Accès direct                                   contact
Pays :
Région
Département :
Ville :
Vitreux
France
Jura 39

Nonagones "français"
Les tracés des nonagones "français" déborde sur la Suisse.
Ils ont pour centre un lieu dans les environs de La Ferrandière à Neuillay-les-Bois dans l'Indre.

sur la diagonale du grand nonagone le Patchalet – Sommet en Manche

L’abbaye d’Acey prend naissance, sur les bords de l’Ognon dans le Val Saint-Jean, avec le soutien d’Anséric, archevêque de Besançon et de Raynaud III, comte de Bourgogne, par l’envoi de moines venant de Cherlieu. Dès 1136 la construction commence. Après un incendie en 1683, un nouveau monastère sera reconstruit dans les années 1763-1769. En 1873, Aiguebelle devient la Maison Mère. Les moines sont chassés en 1880 mais reviendront en 1900-19100, date à laquelle de nouveaux travaux sont effectués. C’est en 1937, sous la direction de l’abbé Dom Eugène Court qu’Acey renaît vraiment. C’est le seul monastère cistercien (trappiste) du Jura encore en activité.
L’église de l’abbaye, Notre-Dame-d’Acey, est du XIIème siècle avec une façade classique du XVIIIème. Il subsiste un cloître du XVIIème et des bâtiments conventuels du XVIIIème.

L’église Saint-Léger de Vitreux était en 1090 le centre d`une vaste paroisse comportant les villages de Vitreux, Pagney, Ougney et Taxenne. L’édifice actuel remonte au XIIème. Un bas-relief du XVIème siècle représente la Vierge à l’Enfant entre saint Nicolas, sainte Catherine, sainte Barbe et saint Laurent. Le retable latéral sud du Rosaire en bois et panneaux peints date du XVIIème siècle.

L’oratoire Saint-Roch, sur la route de l’Abbaye, a été déplacé à cet endroit suite à une construction au centre du village.

La légende de Notre Dame du Bois à Vitreux raconte qu’un bûcheron découvrit dans un chêne qui gémissait sous ses coups de hache une statue de la Vierge à l’Enfant. L’effigie fut apportée au monastère d’Acey mais elle retourna bientôt dans son chêne. C’était en 1561, le Père Laurent Varin, prieur du monastère, fit construire sur l’emplacement qu’avait occupé le chêne miraculeux une petite chapelle qui devint un lieu de divertissements. La chapelle profanée fut rasée en 1812, date à laquelle la statue de Notre-Dame-du-Bois fut déposée dans I église de Vitreux.