Accès direct                                   contact
Pays :
Région
Département :
Ville :
Vaulx-en-Velin
France
Rhône 69

Nonagones "français"
Les tracés des nonagones "français" déborde sur la Suisse.
Ils ont pour centre un lieu dans les environs de La Ferrandière à Neuillay-les-Bois dans l'Indre.

sur la diagonale du petit nonagone Le Sarnieu – Sommet au large de Mimizan

La plus ancienne mention écrite de Vaulx-en-Velin remonte à 1225. Le terme latin "Valles in Velleno", signifiait vallée, ou "lieu bas", des brebis (du latin vellus, velleris) ; velin évoquant alors une région d’élevage et par extension donnant son nom à l’immense forêt qui couvrait jusqu’au début du Moyen-Age, le Bas-Dauphiné : le pays du Velin. Selon une hypothèse, Pierre Valdo ou de Vaulx, fondateur de la secte des Vaudois, y serait né vers 1140.
Vers 1320, un débordement exceptionnel du Rhône fait passer Vaulx sur la rive gauche. La Rize serait un restant de cet ancien bras du Rhône. Le Dauphin du Viennois propose le rachat ou l’échange de ces terres à Jean de Montluel. Finalement, en 1334, Vaulx appartient au Dauphiné.
En 1349, le Dauphiné est vendu au royaume de France. Au XIVème siècle la seigneurie de Vaulx dépend du domaine de la Couronne. La terre de Vaulx-Villeurbanne est érigée en marquisat en faveur d’Alleman de Champier.
En 1628, la peste frappe le village de Vaulx-en-Velin. Elle est amenée par des soldats revenant d’Italie, du Milanais où elle régnait à l’état endémique. Malgré toutes les précautions, elle se propage à Villeurbanne et Lyon, faisant 30 000 victimes.
Les inondations, comme celle de 1756, modifient constamment les îles du Rhône que se dispute les villages environnant. Le règlement définitif n’interviendra que vers 1850.
Les derniers seigneurs avant la Révolution furent Hugues de Rachais qui possédait le "Château" de Vaulx-en-Velin et Armand Jullien de Villeneuve, seigneur engagiste, qui possédait le château de Ville, plus tard appelé château de la Barre démoli lors de la construction du cinéma Les Amphis.
En 1790, Vaulx est rattachée au district de Vienne, département de l’Isère. Le 24 mars 1852, Vaulx est rattachée au département du Rhône (en même temps que Villeurbanne, Bron et Vénissieux).
Le canal de Jonage et l’usine hydroélectrique de Cusset sont construits entre 1892 et 1898.
En ce début de XXème siècle, Vaulx-en-Velin, traditionnellement axée sur les productions agricoles (blé, légumes et fourrages puis betterave pour le sucre et l’alcool), se transforme : en 1900, la ligne de tramway est prolongée jusqu’au village qui s’électrifie en 1906 ; implantation de la SASE (Soie Artificielle du Sud-Est) en 1925. En 30 ans la population est passée de 1251 habitants en 1901 à 8105 habitants en 1931.
Sous la municipalité René Carrier (1953-1966) intervient la victoire sur le Rhône : la grande digue réalisée entre 1955 et 1956 a résisté à la crue de 1957. C’est aussi, en 1963, la décision interministérielle de créer une ZUP, confirmée par le gouvernement dans son arrêté du 18 janvier 1964. Mais le transfert de compétences en matière d’urbanisme à la COURLY, à sa création en 1969, retire à la commune son pouvoir décisionnel.
La construction de la ZUP (Zone à Urbaniser en Priorité) débute en 1970. L’ENTPE (École Nationale des Travaux Publics de l’État), est, en outre, transférée de Paris à Vaulx en 1975. La ZUP a provoqué une explosion démographique (1978 : 43 791 habitants). La ville conserve une large zone maraîchère : les légumes vaudais sont réputés sur les marchés de l’agglomération et Vaulx a su rester la capitale du cardon.
Les émeutes des 7 et 8 octobre 1990 éclatent en plein cœur du Mas du Taureau, dans la ZUP, suite à la mort accidentelle et controversée d’un jeune à moto, Thomas Claudio.

Le quartier du Pont des Planches s’est développé à la fin du siècle dernier. Les ouvriers qui ont travaillé entre 1892 et 1898 au percement du canal de Jonage se sont établis dans le secteur. Ils venaient en majorité du Massif Central et d’autres de Silésie en Pologne. C’est dans les guinguettes du bord de la Rize que les habitants de Lyon et autres communes venaient passer leur dimanche à manger la friture et guincher. L’on pêchait et l’on se baignait dans la Rize.

Proche de l’église Saint-Joseph, la première église de Vaulx remontait au XIIIème siècle et fut saccagée en 1562 par les troupes du Baron des Adrets. Notre-Dame de l’Assomption fut reconstruite en 1842 par l’architecte Dupasquier dans un style romano-byzantin au même endroit.