Accès direct                                   contact
Pays :
Région
Département :
Ville :
Saint-Sever
France
Landes 40

Nonagones "français"
Les tracés des nonagones "français" déborde sur la Suisse.
Ils ont pour centre un lieu dans les environs de La Ferrandière à Neuillay-les-Bois dans l'Indre.

sur la diagonale Briscous – Le Patchalet

La terrasse de Morlanne (le Mont des Lannes) surplombant le fleuve Adour, est un oppidum barré protohistorique. Les Romains y installèrent un castrum pour surveiller la vallée, après avoir vaincu les Aquitains en 56 avant J.C. Au centre de celui-ci s’éleva le palais du gouverneur appelé "Palestrion", forteresse en place dès Théodoric Ier, roi des Wisigoths de Toulouse. Le comte Sébastien, gouverneur du château, avait trouvé refuge auprès du roi en 444. Menant une politique d’ouverture vers le catholicisme, il fit construire un sanctuaire dédié à saint Sever. Severus, noble Scythe, mais aussi évangélisateur, convertit le gouverneur romain Adrianus. II sera massacré, plus tard, avec ses compagnons, au début du Vème siècle, par les Vandales. Au VIIème siècle, des moines bénédictins amenés par saint Amand, que l’on retrouve à Bascons, évêque de Maastricht, investirent les lieux et fondèrent la première abbaye.
Après sa victoire à Taller, Guillaume Sanche, fonda une nouvelle et plus importante abbaye, sur le plateau voisin. Elle fut agrandie dès 1065 sous l’abbatiat de Grégoire de Montaner (1028-1072), avec sept absides échelonnées. C’est dans le scriptorium du monastère de Saint-Sever, sous l’abbatiat de Grégoire que fut composé Le Commentaire de l’Apocalypse, sous la direction de Stephanus Garcia de Castille. Cet ouvrage est la seule transcription française de l’œuvre de Beatus, moine de Liebana dans les Asturies, commencée en 786. Le Beatus traite des évangélistes, de la généalogie du Christ, de l’Apocalypse de Saint-Jean et du Livre de Daniel mais il y mêle aussi inhabituellement des chartes, dans le but de les sacraliser par les textes saints, chartes qui affirment les droits de Saint-Sever face à l’abbaye Sainte-Croix de Bordeaux. Le Beatus fut sauvé du sac protestant de l’abbaye en 1569 par le Cardinal de Sourdis, archevêque de Bordeaux, qui l’avait emprunté.
En 1100, l’abbé Suavius assura la clôture et la fortification de la ville et créa le marché de la Loubère avec une foire annuelle.
En 1280, le couvent des dominicains (Jacobins) se construit hors les murs, en accord avec l’abbé et le roi. Durant la guerre de Cent Ans, la cité passa plusieurs fois d’un camp à l’autre. Saint-Sever est mis à sac par les troupes du capitaine huguenot Montgomery, le 11 septembre 1569.
Au XVIIème siècle, bénédictins et dominicains reconstruisent et les capucins et les ursulines s’implantent. L’hôpital Saint-Michel, construit au VIIIème siècle qui accueillait les pèlerins, fut fermé en 1778.

C’est la patrie du général Durrieu, et du général Lamarque dont les funérailles en 1832 secouèrent Paris, événement retracé par Victor Hugo dans « Les Misérables » et de l’entomologiste Léon Dufour.