Accès direct                                   contact
Pays :
Région
Département :
Ville :
Saint-Maurin
France
Lot-et-Garonne 47

Nonagones "français"
Les tracés des nonagones "français" déborde sur la Suisse.
Ils ont pour centre un lieu dans les environs de La Ferrandière à Neuillay-les-Bois dans l'Indre.

sur la diagonale du grand nonagone Rennes-le-Château – Edern

L’abbaye clunisienne Notre-Dame du village est construite sur le tombeau du martyr Maurin et consacrée en 1097. Subsistent une partie de l’église romane, du cloître ainsi que le château abbatial du XVIème siècle et son donjon. Dans deux travées du chœur, on peut voir deux chapiteaux : la décollation de saint Maurin et l’autre sa céphalophorie, où il porte sa tête dans ses mains jusqu’à la fontaine près de laquelle il guérit d’une lépreuse. Une première église fut élevée sur sa sépulture, dédiée à saint Pierre.

L’abbaye fut pillée par le Comte de Derby en 1346 puis brûlée en 1356 par l’armée du Prince Noir. A la fin du XVème siècle, l’abbaye tomba en commende au profit des Lustrac. Bernard de Lustrac, évêque de Lectoure, fonda le château en 1500. Son neveu Jean restaura le cloître et fit construire les bâtiments conventuels.
En 1561, les huguenots incendièrent l’église abbatiale. L’abbé Pierre de Villemon rappela les moines. La restauration de l’abbatiale fut terminée en 1645. Le XVIIIème fut florissant mais, à la Révolution, l’abbaye ne comptait plus que quatre religieux. Le dernier abbé, Joseph de Galard de Saldebru, réfractaire, se fit embaucher comme comptable à Bordeaux où il fut reconnu, emprisonné au fort de Ha et décapité le 17 février 1794. En 1806, l’église abbatiale servit de carrière.

L’église Saint-Pierre del Pech, au nord du bourg de Saint-Maurin, est bordée par un cimetière.