Accès direct                                   contact
Pays :
Région
Département :
Ville :
Saint-Martin-de-Hinx
France
Landes 40

Nonagones "français"
Les tracés des nonagones "français" déborde sur la Suisse.
Ils ont pour centre un lieu dans les environs de La Ferrandière à Neuillay-les-Bois dans l'Indre.

sur la diagonale du grand nonagone Vieille-Chapelle - Briscous

L’église forteresse du XIIIème siècle possède un clocher-mur et une tourelle d’escalier à meurtrières. C’était un lieu de repos des pèlerins de Saint Jacques de Compostelle.
Le château du Pouy est une ancienne forteresse du XIIIème siècle, remaniée au XVIème, et au début du XXème, avec trois tours subsistante sur quatre.
Le village possède un chêne de 1000 ans, alors qu’à Saint-Vincent-de-Paul il a 800 ans.

Jean François Henri Carlier (Paris, 1824 – Saint-Martin, 1889), rentier, s’établit à Saint Martin de Hinx dans les Landes, au lieu dit « Maisonnette » avant 1859.En 1865, grâce au Professeur Raulin de Bordeaux, M. Carlier prend contact avec Antoine d’Abbadie (1810-1897) qui construisait une demeure à Hendaye sur les plans de Viollet-le-Duc. Membre de l’Association Météorologique Française, d’Abbadie développait un réseau d’observatoires météorologiques dans le Sud Ouest. Il donne ses premiers instruments à Carlier qui monte un observatoire à Saint Martin, jugeant l’endroit idéal. Cette station sera progressivement équipée de tous les appareils nécessaires. Elle est très régulièrement citée en exemple par le Bureau Central de Météorologie et Renou écrit en 1883 : « Il est impossible de citer une meilleure station météorologique que celle de Saint Martin de Hinx ». A la mort de Carlier, sa veuve cède l’ensemble des instruments, que l’Etat avait refusé d’abord, à une société installée à Bayonne, qui fonde en 1892 un observatoire météorologique régional à Orthez.