Accès direct                                   contact
Pays :
Région
Département :
Ville :
Saint-Marin
Saint-Marin
Saint-Marin


Nonagones "italiens"
Ils couvrent l'Italie du Nord, une partie de la Croatie, de l'Autriche, de la France et de la Suisse. Ils sont construits à partir des sommet du grand nonagone "français" du Patchalet et Ferrassière.
Ils ont pour centre un lieu proche d’Empoli en Toscane.



La légende raconte que Marino, ancien tailleur de pierre originaire de l’île de Rab en Dalmatie, fonda une communauté de chrétiens sur le mont Titano, en 301, pour échapper aux persécutions de l’empereur Dioclétien. Il fut nommé diacre par l’évêque de Rimini et serait mort en 395.
La petite communauté chrétienne fondée se fortifia au Moyen Âge afin de se protéger des attaques des Hongrois, des Sarrasins et des Normands. Saint Marin fut reconnu pleinement indépendante en 1296, lorsqu’un jugement de Palamede, célèbre homme de droit et érudit originaire de Rimini, communiqué par ailleurs au pape Boniface VIII déboutait la famille Feretrani qui revendiquait le pays. La République fut occupée militairement deux fois, brièvement : en 1503 par Cesare Borgia, duc de Valentinois, et en 1739 par le cardinal Giulio Alberoni.
Saint-Marin établit sa constitution et prit le nom de république en octobre 1600.
En 1797, Napoléon qui admirait la petite république, lui proposa d’agrandir son territoire. Les citoyens refusèrent son offre et, en 1815, le Congrès de Vienne reconnut l’intégrité des frontières de Saint-Marin qui sera toujours confirmée par la suite.