Accès direct                                   contact
Pays :
Région
Département :
Ville :
Saint-Georges-sur-Loire
France
Maine-et-Loire 49

Nonagones "français"
Les tracés des nonagones "français" déborde sur la Suisse.
Ils ont pour centre un lieu dans les environs de La Ferrandière à Neuillay-les-Bois dans l'Indre.

sur le rayon du grand nonagone allant à Edern

En 1663, lassé des tractations infructueuses de son oncle l’abbé Sconin pour lui obtenir un maigre prieuré, Jean Racine quitta Uzès pour revenir à l’Hôtel de Luynes à Paris. Quelques années plus tard, les leçons de son oncle s’avérèrent fructifiantes puisqu’il obtint les titres de prieur de Sainte-Madeleine de l’Épinay à Saint Georges sur Loire et prieur de Saint-Jacques de la Ferté. Mais a la même époque, l’évêque d’Angers a également nommé un certain Valéran François Le Ferron comme Prieur de l’Epinay. Il s’en suit un procès. De 1666 à 1669, Racine portera bien le titre de l’Epinay qui lui sera reconnu dans le privilège de la première édition d’Andromaque, le 28 décembre 1667. Ses lettres de l’époque montrent qu’il suivra attentivement le développement du procès visant à le priver du bénéfice du prieuré. Mais las de voir des avocats et de solliciter des juges, Racine abandonnera la procédure. C’est à lui, pourtant que reviendra le mot de l’affaire : il en tirera le sujet de son unique comédie : Les Plaideurs. La chicane « est une langue qui m’est plus étrangère qu’à personne, et je n’en ai employé que quelques mots barbares que je puis avoir appris dans le cours d’un procès que ni mes juges ni moi n’avons jamais bien entendu » (Les Plaideurs).