Accès direct                                   contact
Pays :
Région
Département :
Ville :
Rocamadour
France
Lot 46

Nonagones "français"
Les tracés des nonagones "français" déborde sur la Suisse.
Ils ont pour centre un lieu dans les environs de La Ferrandière à Neuillay-les-Bois dans l'Indre.

sur la diagonale du grand nonagone Ferrassières – Sommet en Atlantique

Au bord du « Val ténébreux » de l’Alzou, Rocamadour possédait un oratoire de Notre dame remontant au moins au Xème siècle. En 1166, une personne avait exprimé le désir d’être enterrée sur le seuil de l’oratoire. En soulevant la dalle d’une tombe on découvrit le corps parfaitement conservé d’un homme qui fut vénéré comme étant celui de Saint Amadour. L’Abbaye bénédictine de Marcilhac-sur-Célé, qui s’en mordit les doigts lorsque le pèlerinage devint florissant, propriétaire des lieux céda ses droits à l’Abbaye bénédictine de Saint Martin de Tulle. Dans les années 1150 se bâtit la « Cité Religieuse » restaurée au XIXème siècle.
La Tour porche Saint-Michel est placée sous le rocher, face à la chapelle Notre-Dame, porte à l’extérieur des fresques et des fragments de fresques : l’Annonciation ; la Visitation (du XIIème) et les restes de celle de Saint-Christophe (XIVème) invitant à traverser le cours d’eau (pour rejoindre le tracé qui passe au sud de la commune ?).
Dans un corps de bâtiments, construit sur une terrasse rocheuse, à l’aplomb de la ville, au dessus du chemin de ronde, ont été placées les Chapelles Sainte-Anne – mère de la Vierge -, Saint Blaise - évêque de Sébaste décapité -, Saint-Jean-Baptiste – chapelle baptismale - qui se prolongent par le palais des évêques de Tulle. L’Ensemble a été profondément remanié au XIXème siècle.
La Chapelle Notre-Dame est le « Cœur » de Rocamadour. Elle abrite une statue du XIIème en bois, appelée « Vierge Noire » qui a les deux bras grands ouverts appuyés sur les accoudoirs du trône, portant son enfant assis sur son genou, sans le tenir. On peut encore apercevoir, sur un mur de la chapelle, les restes d’une fresque du XVème siècle : le « Dict des Trois morts et des Trois vifs ».
Dans la chapelle Saint-Michel, l’absidiole supporte une fresque du Christ Pantocrator.
Dans la crypte Saint-Amadour, sous la basilique, se trouvait le corps du saint qui fut mis en pièce en le 3 septembre 1562 par les protestants.

Les vieilles cartes postales témoignent que l’épée de Roland était fichée dans le mur du chauffoir des moines, au-dessus du coffre au récit légendaire, à côté de la statue de Saint Dominique. Les reliques que contenait son pommeau ne devant pas tomber aux mains des Infidèles, Roland lança son épée qui vint se ficher dans le rocher de Rocamadour. La Durandal a été volée en 1926, remplacée et placée à 10 m de haut. Roland est aussi en lien avec Roncevaux, sur les tracés « espagnols », et avec Brême, sur les tracés « allemands ».