Accès direct                                   contact
Pays :
Région
Département :
Ville :
Poix
France
Somme 80

Nonagones "français"
Les tracés des nonagones "français" déborde sur la Suisse.
Ils ont pour centre un lieu dans les environs de La Ferrandière à Neuillay-les-Bois dans l'Indre.

sur la diagonale Ban-Saint-Martin – Sommet en Manche

La ville de Poix, sur la rivière du même nom, était au carrefour de deux voies romaines et surplombé par un temple dédié à Mercure, remplacé par une église dont seul le nom a subsisté, « Le Montcille ». Le doyenné de Poix comptait en 1301 49 cures, 12 chapelles et 9 prieurés. Le prieuré de Saint-Denis à Poix fut fondé par Gauthier Tyrel III vers 1116. L’église prieurale est devenue paroissiale, reconstruite de 1540 à 1555, dédiée à saint Denis fêté le 9 octobre. Les ornements le plus remarquables de l’édifice sont les 45 clés de voûte en pendentifs sculptés, dont 13 dans le chœur.

Les seigneurs de Poix qui se sont succédé sont les Tyrel (1030-1417), les Soissons-Moreuil (1417-1510), les Créquy (1510-1574), les Blanchefort-Créquy (1574,1687), les Trémoille (1687-1717), les Rouillé (1718-1729) et les Noailles jusqu’à la Révolution.
Gauthier Ier Tyrel, sire de Poix, accompagna Guillaume le Conquérant en Angleterre et combattit à la bataille d’Hastings avec des habitants de Poix, les Pohiers. Par sa femme Alix de Frémontiers, fille unique de Richard, il devient seigneur de Frémontiers et de Famechon (sur les tracés). Son fils Osmont deviendra seigneur de Conty (sur les tracés), en 1063, du chef de sa femme, Havoise. Les armes des Tyrel sont « de gueule à la bande d’argent de six croix recroisettées et fichées d’or, posées 3 et 3 ». Si l’on considère que la bande cache trois croix, on en a neuf en tout.

Par testament, Jean V, mort à la bataille d’Azincourt, laisse Poix à sa soeur Marguerite mariée à Thibaud de Soisson. Un de ses frère Adam retrouve son oncle en Berry où il fait souche. Il se marie avec Marie Savary, fille du seigneur de Lancosme (près de Vendoeuvres dans l’Indre) qui lui apporte peut-être la Ferrandière, près du centre des nonagones français. En effet Vincent-François de Poix, né au château Marécreux à Saint-Lactancin (Indre), né en 1684, est seigneur de la Ferrandière dans les années 1720. Lui-même était marié avec Agnès-Angélique Savary de Lancosme.

En 1346, trois jours avant Crécy, Edouard III d’Angleterre pille et brûle Poix. En 1357, les Anglais sont de retour. Un an plus tard, les Jacques saccagent la ville et le château. En 1472, les Bourguignons de Charles le Téméraire, qui échouait devant Beauvais et l’énergie de Jeanne Hachette, incendie Poix. Outre la guerre, la nature ajouta aux malheurs de la cité : la peste en 1352 ; les incendies de 1491 et 1707 ; les inondations de 1552 et 1757.