Accès direct                                   contact
Pays :
Région
Département :
Ville :
Pins-Justaret
France
Haute-Garonne 31

Nonagones "français"
Les tracés des nonagones "français" déborde sur la Suisse.
Ils ont pour centre un lieu dans les environs de La Ferrandière à Neuillay-les-Bois dans l'Indre.

sur la diagonale du petit nonagone Muret - Houécourt

A l'origine, le blason des seigneurs de Pins ne portait que trois pignes de pin disposées deux sur une en pointe.

Le nom de Justaret est mentionné pour la première fois en 1034, dans l'acte de partage passé entre Pierre, évêque de Girone et Roger Ier, son neveu, comte de Foix, le hameau se trouvant sur la ligne de partage.
En l'an 1124, Odon de Pins fait don à l'Eglise d'une partie de ses terres, leur conférant le statut de sauveté. La sauveté de Justaret est dotée de privilèges destinés à attirer les paysans. En 1296, le comte de Comminges donne des terres près de Muret à Odon de Pins, constituant ainsi la seigneurie de Pins. Odon de Pins fut l'année suivante Grand Maître de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Il mourut sans descendance en 1298 et les terres passèrent dans la famille de son frère aîné: Bernard de Pins. Les seigneurs de Pins se sont illustrés dans la bataille de Muret contre Simon de Montfort.

La maison de Pins, établie en France dès la fin du XIème siècle, est issue de la maison de Pinos, en Espagne, et, par celle-ci, de l'antique souche des comtes de Thann, comtes du Saint-Empire, depuis princes de Thann-Waldbourg. Odon et Roger De Pins, grands maîtres de Saint-Jean de Jérusalem, sortaient de Gausserand de Thann, ou de Pinos, l'un des neuf princes qui, vers 714, entrèrent en Espagne pour combattre les Maures, et commencèrent contre les musulmans la guerre qui devait anéantir leur puissance dans la Péninsule. Celui-ci avait pour frère Guillaume-Raymond Dapifer, auteur de la maison de Moncade, de laquelle descendait, par une longue suite de générations, Jeanne d'Albret, reine de Navarre, — mère de Henry IV. Les noms de ces neuf Cid sont relevés par le chanoine Taraffa, dans ses Annales des événements mémorables de l'Espagne. Quand ils eurent chassé les Sarrazins de la province de Tarragone, Charlemagne distribua le pays conquis entre eux. La baronnie de Pinos se forma des terres remises à Gausserand II, fils de Gausserand Ier, qui avait bâti la ville de Baga, au pied des Pyrénées. Les neuf barons avaient définitivement conquis la province de Tarragone par la bataille d'Urgel (768). Charlemagne obtint du Saint-Siège que neuf églises-cathédrales fussent consacrées dans la province de Tarragone. Lui-même, il établit et détermina les rangs, dignités, honneurs et droits accordés aux neuf barons.

Ces neuf barons avaient rang de comtes en Espagne. Cette égalité leur fut reconnue en 1040, à Barcelone, dans un Cortez. Ils avaient pris, à leur entrée en Espagne, des armoiries communes. Le blason primitif était une croix, dont les quatre branches portaient en devise ces quatre initiales: S. P. Q. R., signifiant : « Sacrum populum quis redimet » ou « Sapientia patris quœ redemit. »