Accès direct                                   contact
Pays :
Région
Département :
Ville :
Piney
France
Aube 10

Nonagones "français"
Les tracés des nonagones "français" déborde sur la Suisse.
Ils ont pour centre un lieu dans les environs de La Ferrandière à Neuillay-les-Bois dans l'Indre.

sur la diagonale du petit nonagone Houécourt - Ploufragan

L’actuelle commune de Piney résulte de la réunion, à la Révolution, des communautés de Piney, Rachisy (paroisse de Piney), Brantigny (succursale de Piney), Villevoque et Villiers-le-Brûlé (paroisses autonomes).
Jean de Luxembourg, seigneur de Beauvoir, avait épousé Marguerite d’Enghien, comtesse de Brienne, qui lui légua ses terres dont Piney. Cette importante seigneurie fut érigée en duché, puis en duché-pairie, par Henri III, en faveur de François de Luxembourg (mort en 1613) devenu duc de Piney-Luxembourg. Sa petite-fille Marguerite Charlotte (1607 - 1680), duchesse de Piney-Luxembourg se maria en 1620 à Léon d’Albert (mort en 1630), puis à Charles Henri de Clermont-Tonnerre (mort en 1674). Leur fille Madeleine Charlotte de Clermont-Tonnerre (1635 - 1701), duchesse de Piney-Luxembourg, épousa en 1661 François Henri de Montmorency (1628 - 1695) devenu maréchal de Luxembourg surnommé le « Tapissier de Notre-Dame » en raison de ses nombreuses victoires militaires.
Charles de Montmorency-Luxembourg, dernier descendant des ducs de Piney-Luxembourg, ouvrit les Etats Généraux de 1789 comme président de la Noblesse. Il mourut en exil au Portugal en 1802. Le sud de la Forêt d’Orient que l’on nommait Orient de Piney et qui fut sa propriété, fut intégré au domaine national sous le nom de forêt du « Grand Orient ». Probablement, parce que, en 1773, le principal artisan de la réforme du Grand Orient de France fut Charles de Montmorency-Luxembourg et que le Second consul Cambacérès qui inscrivit cette forêt au domaine public avait succédé à Montmorency à la tête de l’Obédience maçonnique.
En 1921, le centre du bourg fut ravagé par un incendie.

L’église paroissiale Saint-Martin possède des verrières représentant la création des astres, la création des animaux, la Tentation d’Adam et Eve, Sacrifice de Caïn et Abel du XVIème siècle.

Le hameau de Brantigny (sur les tracés) possède une chapelle du XVIème avec des vitraux, une Vierge de pitié et des fonts baptismaux de la même époque. Le château remonte au XVème siècle mais fut reconstruit par François Marquis des Reaulx, conseiller au parlement de Paris, et achevé par son fils.

L’église de l’Assomption à Brantigny possède aussi des verrières représenatnt l’Annonciation, le Couronnement de la Vierge, saint Pierre, saint Michel, saint Phal, saint Roch, du XVIème siècle.