Accès direct                                   contact
Pays :
Région
Département :
Ville :
Montbazon
France
Indre-et-Loire 37

Nonagones "français"
Les tracés des nonagones "français" déborde sur la Suisse.
Ils ont pour centre un lieu dans les environs de La Ferrandière à Neuillay-les-Bois dans l'Indre.

noeud sur la diagonale du petit nonagone Houécourt - Sommet au large de La Rochelle et sur la diagonale du grand nonagone Vieille-Chapelle - Briscous

A la fin du IXème siècle, Foulques Nerra (le faucon noir), comte d’Anjou, construit un château et son, donjon que les seigneurs de Montbazon remanient au XIIème siècle. Les conflits entre comtes d’Anjou et de Blois ruinent la région. Foulques Nerra était tyrannique et cruel, et dut aller 4 fois à Jérusalem pour se faire pardonner.
Au XVème, le château neuf est construit sur l’esplanade du château féodal, Charles VII et Louis XI y séjourneront. Le Cardinal Balue restera prisonnier dans le donjon durant 8 mois.
Vers 1490, Montbazon passe dans la famille de Rohan et prend leurs armes (« De gueules, à neuf macles d’or accolées (3, 3 et 3) »).
En 1610, Monsieur de Montbazon est blessé avec Henri IV par Ravaillac.
Au XVIIIème siècle, la nouvelle route d’Espagne traverse la ville en la défigurant. Le château-neuf, une partie des remparts et la chapelle sont rasés. Au nord de la ville, le pont nouveau est construit à sec puis l’Indre déviée. L’assèchement de l’ancien lit durera 60 ans.
En 1851, l’église est reconstruite et l’on y trouva un souterrain menant au donjon. En 1920 , le château d’Artigny est reconstruit par le parfumeur François Coty et deux ans plus tard, le donjon est racheté par l’américain William Dudley
puis en 2000 par M. et Mme Atterton qui l’ouvriront au public.