Accès direct                                   contact
Pays :
Région
Département :
Ville :
Limeuil
France
Dordogne 24

Nonagones "français"
Les tracés des nonagones "français" déborde sur la Suisse.
Ils ont pour centre un lieu dans les environs de La Ferrandière à Neuillay-les-Bois dans l'Indre.

sur la diagonale du petit nonagone Le Sarnieu – Sommet au large de Mimizan

Entre 1909 à l913, les fouilles du gisement magdalénien de Limeuil ont révélé de très nombreuses plaques calcaires gravées de figures animale.
La forteresse féodal de, Limeuil contrôla la région mais dut subir des rivalités franco-anglaises de la Guerre de Cent Ans. Son seigneur Jean de Beaufort fut assassiné en 1420 par les bourgeois de Limeuil excédés par sa violence. La paix revenue, la ville connut une nouvelle prospérité et obtint trois foires en 1529. La batellerie fut aussi une source de richesse. La Dordogne était une artère vitale où descendaient les gabarres chargées de merrain (bois de châtaignier) depuis l’Auvergne vers les régions de Bergerac et de Bordeaux, où ce bois était utilisé pour la construction des cuves et des barriques. Pendant les guerres de Religion, le seigneur de Limeuil, Galiot de la Tour, avait une réputation de cruauté et celle d’aimer chasser les Huguenots, commandés par son cousin Henri de la Tour d Auvergne (père du célèbre Turenne, portant le nom de la cité sur le même tracé).
Isabeau de Limeuil, native du château, cousine de Catherine de Médicis fit partie de « l’Escadron Volant » de la Reine Mère.
Limeuil fut au centre du soulèvement des Croquants de 1594 et d’un autre soulèvement rural en 1636.

L’église paroissiale Saint-Martin (dite dans la plaine) possède une plaque commémorative de sa consécration en 1194 par Adhémar de La Tour, évêque de Périgueux, sous le pontificat de Célestin III (1191-1198).
L’église Sainte-Catherine remonte au XIIème siècle possède un porche de style empire daté de 1830. Au-dessus du porche d’entrée, est placée une Vierge à l’Enfant du XIIIème siècle et à l’intérieur une Vierge Noire, datée du XVIIème, de calcaire à grain fin avec l’Enfant Jésus portant un globe et une pomme est recouverte d’un badigeon brun foncé. L’église conserve les reliques de sainte Alvère fêtée le 9 mars.
Fernand Linarès, officier de la légion d’honneur, médecin en mission militaire au Maroc, sauva la vie du Sultan Moulay Hassan 1er, en 1886, d’une épidémie de typhoïde. A son retour du Maroc, vers 1902, le Docteur Linarès a fait modifier cette ancienne demeure située sur un éperon rocheux qui domine à la fois le confluent des rivières Dordogne Vézère et le village, en y ajoutant un minaret d’inspiration mauresque.

La chapelle Saint-Martin fut édifiée en 1194 sur les ordres conjoints de Richard-Cœur-de Lion et de Philippe-Auguste en expiation du meurtre de Thomas Becket.