Accès direct                                   contact
Pays :
Région
Département :
Ville :
Levroux
France
Indre 36

Nonagones "français"
Les tracés des nonagones "français" déborde sur la Suisse.
Ils ont pour centre un lieu dans les environs de La Ferrandière à Neuillay-les-Bois dans l'Indre.

sur le rayon du petit nonagone allant à Homblières

Levroux et sa région furent occupés dès l’époque paléolithique. Le Néolithique a laissé des dolmens. Dans son livre « Histoire et Légendes de Levroux », Pascal Rechaussât dit que la ville s’appela Krâeg puis, à l’époque gallo-romaine, Gabatum. Les Arènes, au sud de la ville, sont les restes du théâtre. La légende raconte que, vers 48 apr. J.-C, Sylvain évangélise la contrée, aidé de Sylvestre et de Rodène. Silvain et Silvestre sont envoyés par saint Pierre pour évangéliser le Berry. En chemin Saint Silvestre meurt. Silvain retourne à Rome où saint Pierre lui confie le bâton pastoral pour ressusciter Silvestre. Ils repartent avec Rodène, une vierge qui vient de se convertir et a abandonné son fiancé et arrivent à Gabatum où ils prêchent, chassent les démons et guérissent les infirmes. Une autre légende, du XIème siècle, dit que la ville prend le nom de Leprosus lorsque saint Martin y guérit des lépreux.

La collégiale Saint-Sylvain fut construite à partir du XIIème siècle au dessus de l’ancienne église Saint-Pierre, avec du calcaire blanc dit « pierre de Levroux » et avec du ciment rose. Le portail représente une iconographie du « jugement dernier » avec le Christ, Marie et Jean, deux anges et les douze apôtres. Les chanoines accueillaient les malades atteints d’un mystérieux mal de peau « le feu de Saint Silvain ». Le tombeau de saint Sylvain a été transféré dans une chapelle de La Celle dans le Cher au XVème ou XVIème siècle (toujours sur les tracés). Le buffet d’orgues est le plus ancien de France encore existant et date de 1502. Il a été restauré au cours des siècles
Les Tours sont les ruines du château des seigneurs de Levroux dont la première construction remonterait à 990, démantelé sur ordre de Catherine de Médicis.
Construite entre 1536 et 1547, la maison Saint-Jacques sert d’hospice aux pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle. A l’angle, il faut remarquer des lépreux, dont la peau se détache par squames, évoquant le miracle de Saint-Martin. On peut voir encore à Levroux la fontaine Sainte-Rodène.

Le musée du cuir et de la mégisserie retrace deux siècles d’histoire du travail du cuir à Levroux où l’on fabriquait du parchemin. Aujourd’hui, Levroux est l’un des derniers centres de production de parchemin et le cuir est destiné aux maisons de haute couture du monde entier.