Accès direct                                   contact
Pays :
Région
Département :
Ville :
Lacaune
France
Tarn 81

Nonagones "français"
Les tracés des nonagones "français" déborde sur la Suisse.
Ils ont pour centre un lieu dans les environs de La Ferrandière à Neuillay-les-Bois dans l'Indre.

sur la diagonale du grand nonagone Ban-Saint-Martin – Rennes-le-Château

La région de Lacaune compte la plus importante concentration de statues-menhirs en Europe. Les gaulois qui habitaient la région étaient des Tectosages. Intégrée à la Province Narbonnaise en 118 avant J.C., Lacaune acceptait, entre Monts de Lacaune et Rouergue, à quelques kilomètres au nord du village, la voie antique qui reliait Lodève (plaque tournante des ports méditerranéens, aux pieds des Cévennes méridionales) à la région de Cahors. Cette voie était appelée "l’Estrade" ou "Chemin de la Haute Guyenne".
La source thermale de Bel-Air, déjà utilisée sous l’occupation romaine (une piscine fut mise à jour en 1609), a été réutilisée en 1874 par le Comte Ludovic de Naurois pour créer la station thermale qui connut alors son apogée dans les années 1890.
A la fin de la guerre de 14, les thermes de Lacaune sont transformés en préventorium, qui prit le nom de Saint-Michel.
Lacaune est célèbre pour ses salaisons. Dans le midi, l’occitan "maselaria" s’appliqua dès le XVème siècle uniquement à la profession travaillant la viande porcine. Aujourd’hui encore, ce terme est encore utilisé pour désigner la corporation des charcutiers de Lacaune. L’existence des bouchers charcutiers à Lacaune est attestée dès 1321 par une ordonnance du Livre Vert portant sur le règlement sanitaire et le commerce des viandes. Cette ordonnance a été en vigueur à Lacaune avant les premiers réglements sanitaires relatifs à l’inspection des viandes (datés de 1475 et 1710). la charcuterie qui tenait une large place depuis l’âge de bronze avait besoin de sel, celui de mer était déjà extrait des étangs languedociens bien avant l’occupation romaine car depuis environ sept à huit siècles avant notre ère, la saumure (méthode de conservation dans de l’eau fortement salée) pour les poissons et la salaison (méthode de conservation par immersion ou frottage au sel sec) pour les viandes constituèrent le principe de base pour la conservation des aliments. Le sel était également lié à la vie pastorale car les moutons qui en étaient privés manifestaient de graves carences. La célèbre race ovine de Lacaune favorisait et entretenait aussi le commerce du sel.