Accès direct                                   contact
Pays :
Région
Département :
Ville :
Grosrouvre
France
Yvelines 78

Nonagones "français"
Les tracés des nonagones "français" déborde sur la Suisse.
Ils ont pour centre un lieu dans les environs de La Ferrandière à Neuillay-les-Bois dans l'Indre.

sur la diagonale du grand nonagone Ban-Saint-Martin - Edern

La commune est composée plusieurs hameaux : les Aubris abritent l’église Saint-Martin de style roman du XIIème siècle, modifiée au XVIIème siècle.
Le Chêne rogneux été choisi par Robert Merle (Tebessa (Algérie), 1908 - Grosrouvre, 2004), écrivain français qui reçut le prix Goncourt en 1949 pour « Week-end à Zuydcoote » auteur aussi en 1952 de « La Mort est mon métier » et de la série de « Fortune de France ». Notons, en matière de fortune, la présence de François Pinault, président du groupe Pinault-Printemps-Redoute (PPR), qui possède le château de la Mormaire.
Le parc du château de la Couarde se trouve sur la commune de Grosrouvre. Le château fut mis à la disposition des Missions étrangères de l’ordre des Jésuites entre juin 1659 et décembre 1660. En 1645, Mademoiselle de Rubelle, âgée de 16 ans, avait épousé Jean-Jacques de Beauharnais, seigneur de Miramion et de la Couarde. Devenue veuve jeune, elle était connue sous le nom de Madame de Miramion. Elle était parente de François Pallu, membre de la Compagnie du Saint sacrement, nommé évêque d’Héliopolis, et Vicaire apostolique du Tonkin et chargé d’administrer la Chine de l’Ouest, en 1658.
Madame de Miramion fut enlevée par les hommes du comte de Bussy-Rabutin qui s’imaginait conquérir ainsi le cœur et la fortune de la jeune veuve. Elle reconquit sa liberté et, aidée et dirigée par Saint Vincent de Paul, s’adonna aux œuvres de charité.