Accès direct                                   contact
Pays :
Région
Département :
Ville :
Chartres
France
Eure-et-Loir 28

Nonagones "français"
Les tracés des nonagones "français" déborde sur la Suisse.
Ils ont pour centre un lieu dans les environs de La Ferrandière à Neuillay-les-Bois dans l'Indre.

à proximité de la diagonale du petit nonagone Houécourt – Ploufragan qui passe entre Notre-Dame et l’abbaye de Josaphat

fut la capitale des Carnutes. La région fut évangélisée par les saints Eodald et Altin. Charles le Chauve y déposera, en 876, la relique du voile de la vierge rapporté de Constantinople. L’évêque Fulbert entreprend, au XIème siècle, la construction de la cathédrale et crée une école épiscopale qui sera un des foyers de la culture occidentale. Une partie de cette école émigrera à Oxford. Après plusieurs incendies de l’ancienne église, la cathédrale gothique sera édifiée au XIIIème siècle. Elle possède 9 portails sculptés. Saint Bernard prêchera dans la ville la deuxième croisade. Plus tard, annexée par les Bourguignons, elle sera rendue au roi de France en 1432. Henri III y trouvera refuge lors des journées des Barricades qui vit les Parisiens se révolter contre lui. Henri IV, son successeur, sera sacré le 27 février 1594 dans la cathédrale. La statue de la Vierge noire Notre-Dame-de-Dessous-Terre est brûlée pendant la révolution.

Jean Moulin sera préfet de l’Eure-et-Loir et siègera à Chartres.

Un peu partout dans la cathédrale, on peut voir des symboles tels que des poissons - célébrant le 5ème jour de la création - ou des visages, gravés au burin dans les pierres.
On y trouve des verrières représentant les prophètes Jonas, Daniel et Abacuc (baie 141), Melchisédech (baie 121). Au porche nord, porte de droite, les voussures retracent le livre de Tobie.

L’abbaye de Josaphat, du nom de la vallée près de Jérusalem où devrait se dérouler le Jugement dernier, a été fondée par Geoffroy de Lèves en remplacement d’un pèlerinage en Terre sainte que sa nomination à l’évêché de Chartres empêcha. On peut y voir encore le tombeau de l’évêque Jean de Salisbury, mort en 1180.