Accès direct                                   contact
Pays :
Région
Département :
Ville :
Charmey
Suisse
canton de Fribourg


Nonagones "italiens"
Ils couvrent l'Italie du Nord, une partie de la Croatie, de l'Autriche, de la France et de la Suisse. Ils sont construits à partir des sommet du grand nonagone "français" du Patchalet et Ferrassière.
Ils ont pour centre un lieu proche d’Empoli en Toscane.



Après la guerre de trente ans (1618-1648), Charmey devient prospère avec le commerce du gruyère en direction de Lyon. Les échanges avec la France se feront aussi sur le plan des idées pendant les années qui suivent la Révolution.
Au XIXème siècle, le fromage d’alpage est concurrencé par les productions de plaine. L’industrie du bois se développe ainsi que le tourisme, avec les nouveaux moyens de transport, qui est une ressource importante de Charmey.

Au Moyen, Âge, tout le Val de Charmey dépendait de la chartreuse de Valsainte.
En latin Vallis sanctorum omnium, puis Vallis Sancta, La Valsainte est l’unique maison suisse de l’ordre Chartreux encore vivante. La Valsainte a été fondée en 1295 par Girard I, seigneur de Corbières, à Cerniat. En 1381 elle fut détruite par un incendie. Elle fut supprimée en 1778 par le gouvernement patricien fribourgeois.
Dom Augustin de Lestrange obtint l’autorisation, en 1791, de se réfugier dans les bâtiments avec 24 religieux originaires de l’Abbaye de La Trappe. Un bref pontifical de 1794 érigea le monastère en abbaye de la Congrégation de La Trappe. Grâce à l’arrivée massive d’exilés les fondations se succédaient depuis 1793. Au début de 1798, les moines durent s’exiler une nouvelle fois. 87 religieux réoccupèrent la Valsainte en 1803. Dom de Lestrange s’opposa de front à Napoléon à propos du serment exigé des Italiens en 1810. En représailles, Napoléon ferme La Valsainte en 1811. Le Grand Conseil de Fribourg impose de telles conditions en 1815 qu’un départ définitif fut décidé. 9 religieux furent détachés pour réoccuper l’abbaye de La Trappe et, en 1816, un autre groupe restaure Aiguebelle.
Depuis 1861, c’est le retour des chartreux. Les anciens religieux de la chartreuse voisine de la Part-Dieu, elle-même supprimée en 1848, constituèrent le noyau de la communauté restaurée.

La chartreuse est un foyer spirituel important de la vie catholique suisse et française. Dans les années 1920, Dom Florent Miège, religieux français, conseiller de Jacques et Raïssa Maritain, et Dom Nicolas Barras, suisse d’origine qui intégrera complètement le monastère dans le paysage, contribuèrent à son rayonnement.