Accès direct                                   contact
Pays :
Région
Département :
Ville :
Boquen
France
Côtes-d’Armor 22

Nonagones "français"
Les tracés des nonagones "français" déborde sur la Suisse.
Ils ont pour centre un lieu dans les environs de La Ferrandière à Neuillay-les-Bois dans l'Indre.

sur la diagonale du grand nonagone Edern – Ban-Saint-Martin

En 1137, le seigneur de Dinan, Olivier II ordonna qu’une abbaye soit construite sur le site de Boquen au milieu des marécages et y envoya 12 moines pour la construire. Ce n’est qu’à la fin du XIIème siècle que commença la construction avec une église, un dortoir, une salle capitulaire et des dépendances. Au XIIIème siècle, 100 moines et 100 convers travaillaient à Boquen.
L’abbé Louis du Verger réclama, en 1450, le corps de Gilles de Bretagne, frère du Duc François II, pour l’inhumer dans l’église. Au XVIème siècle, le système commendataire est instauré. A cela s’ajoute qu’à la fin du siècle l’abbaye est pillée. En 1665, le roi de France s’approprie la forêt de Boquen. De 1682 à 1789 il ne reste que 3 moines et un convers. Après la Révolution, l’abbaye sert de carrière.

Dom Alexis, né Mathurin Presse en 1883 à Plouguenast (sur la même diagonale), quitte Tamié en Savoie, et s’installe à Boquen en 1936 avec un bâton et une musette contenant son bréviaire. De 1937 à 1965, Dom Alexis aidé de plusieurs autres personnes restaure l’abbaye et sa vie monastique. Le 22 août 1965, l’église abbatiale est consacrée par le cardinal Ferretto venu de Rome. Dom Alexis meurt le 31 octobre 1965.
Aujourd’hui environ 30 moniales de la Famille de Bethléem vivent à Boquen. Cette congrégation a été fondée en 1950 et reconnu en 1998. Chaque moniale vit seule dans son ermitage et y passe ses journées. Elle se joint aux autres pour les différentes prières. Les moniales s’adonnent aux travaux d’entretien de l’abbaye ainsi qu’à la fabrication d’objets revendus aux visiteurs.

Au sein de la forêt de Boquen, se trouve une énorme pierre marquée d’un trou appelée « Le pas de l’âne ». Le sabot d’un âne qui refusait d’avancer, s’imprima dans la roche, lors du passage de la dépouille de Gilles de Bretagne.