Accès direct                                   contact
Pays :
Région
Département :
Ville :
Avignonet-Lauragais
France
Haute-Garonne 31

Nonagones "français"
Les tracés des nonagones "français" déborde sur la Suisse.
Ils ont pour centre un lieu dans les environs de La Ferrandière à Neuillay-les-Bois dans l'Indre.

sur la diagonale du grand nonagone Rennes-le-Château – Edern

Une voie romaine, traversant la commune d’Est en Ouest, reliait Bram (Eburomagus) à Baziège (Badera). Ont été découverts une statue de Jupiter capitolin et une figurine de Mercure.
Au Moyen Âge, de nombreux silos à grains sont creusés dans la roche, sous la place de l’église en particulier. Les seigneurs d’Avinio construisent le premier donjon. La ville sera fortifiée et même en 1614 est construite la tour en poivrière pour renforcer l’accès de la porte de Cers.
A la fin du mois de mai 1242, des inquisiteurs tiennent tribunal à Avignonet qui est un baillage de Raimon d’Alfaro, viguier du Comte de Toulouse, Raimon VII, soutien des cathares. Des hommes descendus de Montségur, et qui passèrent à Baraigne, sont attendus par Raimon d’Alfaro qui les accompagne dans la pièce où dorment les inquisiteurs qui sont assassinés. En représailles, le Pape décide la fermeture de l’église. La légende dit qu’en 1282, alors que la Papauté décide de la réouverture de l’église, une statue de la Vierge en bois est découverte sous le porche de l’église. Un pèlerinage à la Vierge dure tout le mois juin. Un tableau de Dayssac, daté de 1703, qui est une copie d’un tableau peint en 1631 qui était lui même la copie de l’original détruit en 1562 par les protestants, représente le massacre des inquisiteurs le 28 mai 1242.
Si la Peste Noire, la guerre de Cent ans et les guerres de religion n’épargnent pas Avignonet, Avignonet connaît une vraie renaissance avec la culture du pastel, comme à Toulouse et à Albi. Vers 1590, l’indigo des Indes, de meilleure qualité, met fin à l’âge d’Or du « Pays de Cocagne ».
Le creusement du Canal du Midi donne deux écluses à Avignonet : En Borrel et En Cassan.
L’église Notre-Dame-des-Miracles en grès et calcaire est de la première moitié du XIVème siècle et XVIème siècle. Le clocher polygonal de base carrée a 40 mètres de haut. La statue de Notre-Dame la Belle ou des Miracles est une copie de l’ancienne.