Partie IX - Synthèse   Chapitre LVIII - Autour de Rennes   Rennes les Bains, la Petite Ourse et le Dragon   

La voie cleste est trace avec la mise en place de la constellation de la Grande Ourse dans le dpartement de l'Aude. En suivant la carte du ciel, il ne reste qu' tracer les autres constellations proche de Callisto : la Petite Ourse et le Dragon.

Petite Ourse

Lisons ce qu'en dit Charles Dupuis :

Aglaosthne appelle cette constellation Cynosura, une des nymphes de l'Ida, nourrices de Jupiter, laquelle habitait avec les, telchines et les curtes de Crte, prs d'un lieu qui prit dans la suite le nom de Cynosura, et o Nicostrate btit une ville. Aratus rapporte que Cynosura et Hlice, nymphes de Crte , furent charges de nourrir Jupiter qui, en reconnaissance, les plaa aux cieux, o elles sont connues l'une et l'autre sous le nom d'ourses clestes et de septentrion. Ce dernier nom est donn de prfrence la grande ourse. La petite ourse prend celui de Phnic. Eratosthne veut aussi qu'elle ait t chrie de Diane et aime de Jupiter, qui la changea aussi en ourse. Les noms de Cynosura et de Phnic sont ceux sous lesquels elle est plus connue. Quoique beaucoup plus petite et moins lumineuse que la premire , elle tait fort remarque par les navigateurs qui voulaient mettre un peu d'exactitude dans leurs observations, par cela mme qu'elle est beaucoup plus prs du ple que la grande ourse ; c'tait celle qu'observaient surtout les Sidoniens et les Tyriens, grands navigateurs. Ils croyaient qu'elle agitait les mers par son influence. Thals, qui avait crit sur les constellations, et qui donna en Grce le nom d'ourse cette constellation, tira ses observations de la Phnicie o il tait n ; Les habitans du Ploponse continuaient se diriger sur la grande ourse, tandis que les Phniciens, chez qui l'astronomie et la navigation taient plus perfectionnes, consultaient la petite ourse pour obtenir plus d'exactitude dans leurs observations. Thon donne l'extrmit recourbe du timon du petit chariot ou de la petite ourse la forme de la queue de chien, ce qui l'a fait appeler Cynosura et canis. On en fait aussi le chien de Callisto, nymphe de Diane. Lorsqu'elle fut morte, son chien fut aussi plac ct d'elle aux cieux.

On dit des ourses qu'elles nourrirent, durant une anne, Jupiter enfant dans les antres de Crte, l'insu de Saturne, tandis que les corybantes, les curetes, les dactyles dansaient arms la danse appele pyrrique. Ils donnrent l'une de ces nourrices de Jupiter le nom d'Hlice , parce qu'elle pirouette autour du ple, et l'autre celui de Cynosura, cause de sa forme qui ressemble la queue recourbe du chien, dit Thon. L'une est prs du cercle arctique, et l'autre dans le voisinage mme du ple, o elle dcrit des cercles beaucoup plus troits. Elles semblent l'une et l'autre veiller sur l'Ocan; car aucune ne se couche. Les deux toiles de l'extrmit, voisines du ple, se nomment choreutai, parce qu'elles semblent danser en rond autour de l'axe ou du ple mme.

L'toile place immdiatement prs du ple, toile assez brillante, s'appelle l'toile polaire ; les Chinois l'appellent le roi, comme paraissant donner l'impulsion tout le ciel. Les Italiens la nomment la tramontane; les Arabes rucchabah et al-rucchebah, al-rucaba, gnash, errucchaba, arrucabatho.

Cette constellation a pris diffrens noms. Les Arabes la nomment aussi dub-asgher, dubelezguar, dubolazgaro, bendl al-nash , ahsughr, ou les filles du petit cercueil. Car les toiles de ce petit cercueil et celles du grand, ou de la petite et de la grande ourse se nomment ibn na'sh, les filles du cercueil. Quelques-uns la nomment aussi agrala, le chariot; mais ce nom appartient plutt la grande ourse. Les Perses l'appellent haphtrengh kihtn, septemtrio minor. Le nom haphtrengh est commun aux deux ourses; on les distingue par les mots kihn et mihn, minor et major. On crit quelquefois hapht-reng et haphtavreng.

L'toile de l'extrmit de la queue s'appelle en arabe, cocab shemali, ou toile borale; et gjedi, le chevreau. Les deux dernires du cercueil sont alpherkadan, alfarcatan ou alphercadein, les deux veaux. Ulugbeigh appelle la plus australe des deux qui font partie du ct suivant du quadrilatre, anwer al-pherkaadam; et la plus borale, achpha al-pherkadim.

Le ple arctique lui-mme se nomme kutub shemali, et se prend quelquefois pour l'toile polaire. En copte, c'est picoulon. Les constellations borales s'appellent suwer shemali. Cochab est le nom arabe par excellence de l'toile brillance de l'paule de la petite ourse. On appelle les deux toiles de la queue de la petite ourse les gardes, le guardiole, le guardiane en italien.

Les Grecs la nomment ascourotis, Cynosoura, et Cynosuris, micra arctos, ou petite ourse. Thon la fait culminer ou passer au mridien au lever du blier. Les Latins la nomment fera minor, septemtrio, Cynosura, umbilicus, ignis, catuli, canes laconic, plaustrum minus, ursa minor (Charles-Franois Dupuis, Origine de tous les cultes, Volume 6, 1822 - books.google.com).

Constellation de la Petite Ourse

On remarqua une autre constellation moins brillante la vrit que la grande ourse, mais, resserre dans un champ moins tendu, et variant peine de situation , elle fut nomme petite ourse, et comme les trois toiles qui forment sa queue sont releves en ligne courbe, et imitent la queue d'un chien plutt que celle d'un ours, elle fut aussi appele kunos oura (cynosura), queue du chien (Dictionnaire de la conversation et de la lecture: Ola - Pal, Volume 41, Belin-Mandar, 1837 - books.google.com).

Le Pic du Canigou aurait voir avec le chien puisque, en catalan, "canigou" signifie "dent de chien". La clbre abbaye de Saint Martin se trouve sur ses pentes.

Chez Boce, le char Saint Martin, rend le lat. Arcturi sidera, c'est--dire la constellation de la Grande et de la Petite Ourse. E. Langlois (Romania, 42, 1913, 362) la classifie comme populaire, mais l'origine de l'expression char Saint Martin reste obscure (J. Keith Atkinson, Boeces, Volume 277 de Beihefte zur Zeitschrift fr romanische Philologie, 1996 - books.google.com).

Constellation de la Petite Ourse sdans la rgion de Plans

L'Etoile polaire : Plans

La construction approche de l'toile polaire partir de la prolongation du segment constitu des toiles Dubhe et Mrak de la Grande Ourse s'loigne quelque peu de la ralit et donne la commune de Plans. Ulysse de Joyce date de 1922 :

Under what guidance, following what signs ? At sea, septentrional, by night the polestar, located at the point of intersection of the right line from beta to alpha in Ursa Maior produced and divided externally at omega and the hypotenuse of the rightangled triangle formed by the line alpha omega so produced and the line alpha delta of Ursa Maior. On land, meridional, a bispherical moon, revealed in imperfect varying phases of lunation through the posterior interstice of the imperfectly occluded skirt of a carnose negligent perambulating female, a pillar of the cloud by day (www.telelib.com - James Joyce, Ulysses, III, Ithaca).

Avec quel guide, la suite de quel signe ? Sur mer, vers le Septentrion, la nuit, guid par l'toile polaire, situe au point d'intersection d'une ligne droite tire de bta alpha de la Grande Ourse, prolonge et coupe extrieurement omga, et de l'hypothnuse du triangle rectangle form par la ligne alpha-omga ainsi prolonge et la ligne alpha-delta de la Grande Ourse... (James Joyce, Ulysse, traduit par Auguste Morel, Gallimard, 1957, p. 456)

For Teilhard, history was like a globe say, earth with the beginning at the South Pole and the end, the Omega-Point, at the North Pole. Science and religion had, therefore, the same origin, but have always seemed very far apart, like distant longitudinal lines on the globe. In fact, for most of the process of evolution they have been moving further away from each other. The Noosphere has marked the place at which the longitudinal lines have crossed evolution's equator. From now on, Teilhard would insist, these lines will be drawn closer and closer together as they approach the North Pole (the Omega-Point). One of Teilhard's aims in life was to convince people of the "convergence" which was now beginning to take place. * The longitudinal line of science Teilhard called the "Forward" and the longitudinal line of religion he called the "Upward" (Perspective, Volume 13, Pittsburgh Theological Seminary, 1972 - books.google.com).

"Le point Omga reprsente le ple de convergence de l'volution. Le Christ Cosmique manifeste l'avnement d'une re d'harmonisation des consciences fond sur le principe de la coalescence des centres : chaque centre, ou conscience individuelle, est amen entrer en collaboration toujours plus troite avec les consciences avec lesquelles il communique, celles-ci devenant terme un tout noosphrique. L'identification non homognisante du tout au sujet le percevant, entrane un accroissement de conscience, dont l'Omga forme en quelque sorte le ple d'attraction en jeu l'chelle individuelle autant qu'au plan collectif. La multiplication des centres comme images relatives de l'ensemble des centres harmoniss participe l'avnement de la rsurrection spirituelle ou thophanie du Christ Cosmique."

Pierre Teilhard de Chardin, (1er mai 1881, Orcines - 10 avril 1955, New York) tait un jsuite, chercheur, thologien, palontologue et philosophe franais (fr.wikipedia.org - Pierre Teilhard de Chardin).

James Joyce et Pierre Teilhard de Chardin - fineartamerica.com - James Joyce par Roger Cummiskey

Le rapprochement des textes de Joyce et Chardin signifie peut-tre celui des auteurs eux-mmes :

In Claybook for James Joyce, Louis Gillet speaks of Joyce's friendship with a French Jesuit with whom he found intellectual identity on matters of language and philosophy. Chardin was born in 1881, Joyce in 1882; Joyce went to Paris in 1920; Chardin was at the Paleontological Laboratory of the Paris Museum during 1919-1922 and had by then published articles in Etudes which foreshadowed his mature scientific thought on man as phenomenon. By the time Ulysses was published in 1922 Pierre Teilhard de Chardin had published an article in Etudes (March, 1921) whose shock of wisdom was widely publicized. The article contained this paragraph : The letter of the Bible shows us the the Creator fashioning the body of man out of the earth. Conscientious observation of the world leads us to see today that by this "earth" we must understand a substance that has been slowly elaborated by the totality of things, in such a way that man, we should say, has been drawn out not exactly from a little bit of amorphous matter, but from a prolonged effort of the whole "Earth". (Review of Marcellin Boule, Les Hommes fossiles: Elments de palontologie humaine, Etudes 166 (March 5-20, 1921), 570-577) In The Phenomenon of Man Chardin reconciles the fact of evolution with the Christian position (Mary Parr, James Joyce: the poetry of conscience: a study of Ulysses, 1961 - books.google.com).

L'Espagne, conquise par les Arabes ds 711, s'tend, la veille de Poitiers, au-del des Pyrnes. Ainsi la Septimanie - l'actuel Languedoc-Roussillon - est-elle une province arabo-berbre gouverne par Munuza depuis Narbonne. Les religions du Livre y cohabitent jusqu'au jour o Munuza pouse une chrtienne, Lampgie d'Aquitaine, fille du duc de Toulouse. Pour l'mir d'Espagne Abd er-Rahman, Munuza est un rengat qu'il faut punir ; pour le duc des Francs, Charles, cette alliance est une menace et une provocation. Se mettent alors en place les conditions d'une confrontation qui demeurait jusqu'alors mconnue (Salah Guemriche, Abd er-Rahman contre Charles Martel: la vritable histoire de la bataille de Poitiers, 2010 - books.google.com).

Othman-ben-Ali-Tisa (Munuza), commandait les troupes musulmanes charges de la garde des Pyrnes. La fille d'Eudes, duc d'Aquitaine, lui plut ; elle tait d'une rare beaut et le pote l'a compare l'toile du matin. Il l'pousa et conclut une trve avec son pre (Horace Chauvet, Folklore du Roussillon, 1943 - books.google.com).

Chez les Touaregs, tatrit tan toufat, cette toile du matin est souvent confondue avec l'toile polaire qui est appele bou al-hd ou celui qui guide , et par extension celui qui guide les voyageurs dans le dsert, leur indiquant le Nord (Jacques Hureiki, Essai sur les origines des Touaregs: Hermneutique culturelle des Touaregs de la rgion de Tombouctou, Hommes et Socits, 2003 - books.google.com).

La parole de Munuza est comme l'toile du Nord, elle ne dvie jamais ! (Justin Cnac-Moncaut, Aquitaine et Languedoc ou histoire pittoresque de la Gaule mridionale, 1848 - books.google.com).

Canig est un pome crit en 1886 par Jacint Verdaguer. Inspir par le Pic du Canigou, il est un des textes emblmatiques de la Renaixena catalane (fr.wikipedia.org - Canigou).

Jacint Verdaguer, n le 17 mai 1845 Folgueroles (Province de Barcelone) et mort le 10 juin 1902 Vallvidrera (aujourd'hui un quartier de Barcelone), est un pote catalan d'expression catalane et lune des figures majeures de la Renaixena. Il a crit entre autres l'Atlantide (1877, pome en dix chants sur les pripties d'Hracls en Ibrie), Idylles et chants mystiques (1879), Montserrat (1889), Ode Barcelone (1883), Canig (1886, aprs un voyage au Pic du Canigou). Qualifi de Prince des potes catalans ("Prncep dels poetes catalans"), il exerait galement la carrire ecclsiastique (il tait le confesseur de la famille Gell) (fr.wikipedia.org - Jacint Verdaguer).

Ramon Casas (1866-1932) - Jacint Verdaguer - MNAC a Barcelona

C'est Jacint Verdaguer qui a rendu la langue catalane, quasi muette depuis de longs sicles dans la littrature, touffe par le centralisme de la monarchie, la place prminente qui avait t la sienne jusqu'au XVme sicle. Fils de paysans pauvres de la rgion de Vich, dans la province de Barcelone, le petit Jacint entre l'ge de onze ans au sminaire. il reoit une solide formation classique, laquelle vient s'ajouter l'influence du mouvement romantique qui rgne encore sur une partie des lettres catalanes au moment o il prsente ses premiers pomes aux jeux Floraux en 1865 (www.universalis.fr - Jacint Verdaguer).

Le 2 octobre 1870, jour de la fte du Rosaire, Jacint Verdaguer dit sa premire messe dans un ermitage de Saint-Georges, au-dessus de son village natal, et parmi les ruines d'un dolmen. Ce dolmen n'est pas un tmoin ordinaire. Verdaguer en gardera le souvenir attendri. Il insistera sur l'union intime en ce lieu de la lgende chrtienne et nationale et de la lgende cyclopenne.

En l'anne 1868, tandis qu'il venait de publier Calendal, Mistral visita Barcelone. Dans une runion de l'Athne, Barcelone, on lui prsenta un jeune homme coiff d'un bonnet de laine violette, et qui tait venu de la plaine de Vich. Jacint Verdaguer n'avait alors que vingt-trois ans. Frdric Mistral, toujours superbe, le prit par la main, le plaa au milieu du cercle des lettrs, et pronona les paroles sacramentelles : Tu Marcellus eris. Il va nous raconter les prouesses d'Hercule, qui conquiert les pommes d'or du Jardin des Hesprides, et qui ouvre le dtroit de Gibraltar sous les coups redoubls de sa massue. Toutes ces fables s'amalgament plus ou moins confusment dans son esprit, et il dispose de la mythologie son gr. Enfin, pour terminer dignement le pome par un Te Deum et lui donner un accent national, il rappelle le songe d'Isabelle la Catholique et les caravelles de Colomb naviguant sur la Mer Tnbreuse la recherche du mystrieux continent. L'Atlantide est base sur une conception que la premire rflexion aurait pu rpudier. Il est difficile d'accorder les rcits de Platon et les visions de l'Apocalypse. On s'tonne encore que le hros grec, le grand Hercule, devienne l'instrument dont se sert Jhovah dans son dlire d'extermination. On est surpris par ce besoin naf de rduire la mythologie sous les images de la foi, cor la mythologie elle-mme mrite d'tre respecte. Mais l'Espagne nous a donn mille exemples de ces fictions composites, et il se peut que l'appareil des Autos Sacramentels ait influenc le pote de Vich (Joseph-Sbastien Pons, Jacint Verdaguer. In: Bulletin Hispanique. Tome 47, N2, 1945 - www.persee.fr).

Hermosssima es Lampegia,

filla del duch d'Aquitania;

quant del castell al mat

puja la torra ms alta,

qui la veu desde'l bosch

li apar l'estrella de l'alba,

qui la veu dintre'l bosch

li apar l'invicta Diana.

Al infel aymador

li donan tomba lluhida

d'un triangle coronat

ab cpula damasquina,

dins lo poble de Plans,

quatre lleugues de Llivia (www.cervantesvirtual.com - Jacint Verdaguer, Canigo - llegenda pirenayca del temps de la reconquista).

Henry, en la Historia del Rossell, preten que l'esglesia de Plans es lo tmol d'Abh-Neza.

Grce Cassini, Mrime put tout au moins confirmer l'existence de ce mystrieux temple et en vrifier l'emplacement. Il s'agissait en fait de l'glise de Plans, un difice du XIme sicle en forme d'toile, que l'on appelait dans le pays "la mezquita" ("la mosque"). Laissez la voiture devant la mairie-cole de Plans et prenez, droite, le chemin de l'glise. Des abords de l'glise qu'entoure un petit cimetire, belle vue sur le massif du Carlit. L'glise est curieuse par son plan en polygone toil aux branches alternativement anguleuses et mousses en absidioles semi-circulaires (Languedoc Roussillon, Le guide vert Michelin, 2012 - books.google.com).

L'glise toile de Plans est probablement du XIIe sicle. En plan, entre trois dents, composant ensemble un triangle quilatral, s'intercalent trois absides. En lvation, les absides et les dents paulent la coupole. Elles ont le mme rle tectonique que le mur toil de l'glise du Berger (de la fin du Xme ou du dbut du XIme sicle ) de la ville d'Ani, ancienne capitale des Bagratides d'Armnie, et, compte tenu des rserves que nous avons formules, le rebord de la lanterne. Il n'y a pas de doute que nous avons Plans une variante de la composition toile, gardant le caractre tectonique, mais rduite son expression la plus simple : un seul triangle quilatral et trois absides seulement (Arts asiatiques, Volume 2, 1955 - books.google.com).

delta Ursae minoris : Roc dels Cimbellls

SIMBEL, s. m. (simbl); Cimbel. Simbell, cat. Pour appeau, V. Rament: signe, enseigne, fig. occasion, cause, sujet. ty. du lat. symbolum, signe, indice pour avertir (S J. Honnorat, Dictionnaire provenal-franais; ou, Dictionnaire de la langue d'oc, ancienne et moderne, suivi d'un vocabulaire fanais-provenal, 1847 - books.google.com).

Le Cimbell est un signe. De l signes, astrismes et constellation. Il n'y a pas que les signes du zodiaque les autres constellations sont aussi des signes.

La petite Ourse, Signe cleste au Ple Arctique ou Septentrional (Pierre Danet, Magnum dictionarium latinum et gallicum, 1726 - books.google.com).

gamma Ursae minoris : Pherkad : Rods

Premire mention en 1068 sous la forme castellum Rodenis, puis castellum Rotenis, Rodes partir de 1153, Roders vers 1375. Les formes Roders et Rods ont coexist pendant plusieurs sicles, avec parfois l'intrusion d'un h parasitaire (Rhods, 1750). De nombreuses tymologies ont t proposes, la plus gnralement admise tant le latin rota (= roue ou meule de moulin) (www.jtosti.com - Rodes).

Rods est une des roues du Petit Chariot de David.

epsilon Ursae minoris : Pic des Tres Estelles

Epsilon Ursae minoris fait partie des trois toiles de la queue de la Petite Ourse.

Par-dessus nos montagnes apparaissent une une des cimes majestueuses : Tres-Estellas, Cimbell, Gallinas (Trois Etoiles, Cymbales, Coqs). La route monte, travers des prairies bordes de peupliers qu'agite un vent trs frais (La Revue hebdomadaire, 1899 - books.google.com).

beta Ursae minoris : Kochab : Campoussy

En catalan, le nom de la commune est Campossi et Camporsin en occitan. Campo Ursino, Camporcy, Campourcy, Champ de lOurs, Lglise primitive romane Saint Etienne (Estve) (premire mention au dbut du XIVe sicle) a t btie fort probablement par les moines de l'abbaye Saint-Michel de Cuxa, la fin du XIme sicle ou au dbut du XIIme (fr.wikipedia.org - Campoussy).

zeta Ursae minoris : Saint Michel de Cuxa

Pietro Orseolo ou Pietro I Orseolo, parfois francis en Pierre Orseolo (mort entre 982 et 997) est le 23e doge de Venise. L'abb Garin (Warinus) de l'abbaye Saint-Michel de Cuxa (dans les Pyrnes-Orientales) arrive Venise pour adorer les reliques de Saint-Marc. Il revient plusieurs fois Venise et dans la nuit du 1er septembre 978 le doge disparait sans laisser de traces. Sous un faux nom, il a gagn l'abbaye Saint-Michel de Cuxa, dans le Roussillon, et y passe le reste de sa vie dans l'expiation, la pnitence et la prire. C'est le seul doge vnitien canonis

Il serait issu de la gens romaine ursia et son nom est un diminutif de orso (ours) : petit ours (fr.wikipedia.org - Pietro Orseolo).

Les armes de la famille Orseolo ressemble au blason des Plantard aux ours affronts du document du Serpent Rouge.

ta Ursae minoris : entre Estoher et Baillestavy

ESTOHER est l'Astovere du IXme sicle (asto : branche ; vere.bero : ours). Il n'y a plus d'ours mais bois et forts abondent.

L'glise Saint Etienne d'Estoher a recueilli le mobilier historique d'poque romane de Saint Jean de Seners : un St Jean Baptiste, une croix cote aux peintures polychromes, une Vierge l'Enfant et la "capelleta" de l'ermite. Cette glise de campagne est sans prtention mais sa visite est enrichissante : le retable baroque du Rosaire est attribuable Pau Sunyer et Lluis Baixa ; celui du Christ de l'Ascension Lluis Generes de mme que celui de l'Immacule Conception. De nombreuses statues datent du 16e et 17e sicles. Un gisant, du 16e, droule sur sa poitrine ses cheveux en nattes (estoher.pagesperso-orange.fr - Commune).

Dragon

Lisons ce qu'en dit encore Dupuis :

Le dragon est une constellation fort grande qui se replie entre les deux ourses. C'est le fameux dragon qui gardait, dit-on, les pommes du jardin des Hesprides, et qui, ayant t tu par Hercule, fut mis au nombre des constellations par Junon, qui l'avait prpos la garde de son jardin ou du jardin connu sous le nom de jardin des Hesprides. Phrcyde raconte que lorsque Jupiter pousa Junon, les Dieux leur firent les prsens de noce; celui de la terre fut des pommes d'or si belles, que Junon ne put s'empcher de les admirer et d'en faire planter l'arbre dans le jardin des Dieux, prs du mont Atlas. Comme les Atlantides ou les filles d'Atlas en dtachaient toujours quelques fruits, Junon fit garder l'arbre par un serpent redoutable d'une norme grandeur. C'est ce serpent qui est actuellement aux cieux , o il fut plac aprs qu'il eut t tu par Hercule. L'image de ce hros semble encore appuyer sur lui son pied, de manire prsenter aux mortels un monument de sa victoire sur ce terrible dragon. Hercule y parat dans l'attitude o il tait quand il le tua, et le dragon a l'air d'avoir la tte demi-coupe : le vainqueur a les bras levs, et tient la main gauche la peau du lion qu'il avait vaincu dans son premier travail, et dans la droite sa massue. Il s'appuie sur un genou, et tend son pied droit sur le monstre qu'il a terrass.

Quelques auteurs ont prtendu que c'tait le dragon que les gans opposrent Minerve dans la guerre des gans contre les Dieux, et que la Desse, s'en tant saisi, le lana au ciel et l'attacha prs du ple, autour duquel il parat encore entortill. On le faisait fils de Typhon et d'Echidna, et frre de la Gorgone, du cerbre et du dragon gardien de la toison d'or ; c'est--dire de tous les monstres mythologiques qui empruntaient des serpens clestes leurs attributs. Thon y voit de plus le fameux serpent Python et le dragon de Cadmus, l'un vaincu par Apollon ou le soleil, et l'autre par le mme Dieu sous les formes de l'Esculape ou du serpentaire, qui monte aux cieux avec le dragon du ple. Le mme auteur veut que ce soit aussi le dragon dont Jupiter prit la forme pour se soustraire aux poursuites de Saturne. On raconte, en effet, que Jupiter nouvellement n fut nourri par les deux nymphes Hlice et Cynosura, que ce Dieu mtamorphosa en ourses pour les drober la poursuite de Saturne, et qu'il se changea lui-mme en serpent ; qu'ensuite, devenu matre de l'Olympe, il plaa aux cieux les formes qu'il avait prises, lui et ses nourrices. Ce dragon a sa tte sous les pieds de l'Ingniculus.

On lui donne diffrens noms dont voici les principaux : Les Arabes le nomment tinnin, al-haya, taabn, aben, taben, etabin. Les Hbreux, tannin, tanim. Les Perses, azhdeh. Les Turcs, etanin. Les Grecs, ophis, megas dracon. Les Latins, anguis, serpens, draco clestis, mirabile monstrum, obliquus draco.

L'toile de la langue du dragon se nomme alrakis ; les trois de la gueule, situes au-dessous de l'il, alawaid; celle qui est au-dessus de la tte, ras altinnim ; celle du repli, al-athaphi ; la suivante des deux qui sort prs du triangle, adphar al-dib ; la plus borale qui se trouve en ligne droite aprs cette toile, aldib ; celle du repli prs la queue au ct occidental, aldibh. Il y a, dit Hyde, dans la tte du dragon quatre toiles appeles al-awaid, al-salib waki. Entre elles et celles qu'on appelle tas alpherkadein, on trouve deux toiles brillantes, al-auhakn et al-dibn. Alawaid sont, comme les corybantes, des musiciens qui touchent sur un instrument appelle oud, espce de lyre. Al-salib a-wki est la croix tombante. Al-auhaks et son singulier al-auhak signifient un taureau noir et un corbeau noir. Deban, dont le singulier est aldib, est un loup. La premire toile est al-rakis ou arrakis, le danseur. Ras al-tinnin est la tte du dragon, raso tabbani, etabin, daban, tanin , etanin, attanino. On remarque aussi prs de la courbure ou du second repli du dragon, altais, le bouc, ou altiyasn, les deux boucs. Les toiles quatorze, quinze, seize se nomment al-atphi; les toiles vingt et vingt-une, adphr, aldib, les ongles du loup ; la vingt-septime, al-dibh, la victime, place devant s'ad al-dabih, fortuna mactantis, qui est dans la corne suivante du capricorne. On distingue surtout celle de la tte, rastaben. Les marbres d'Azoph en appellent cinq toiles, les cinq dromadaires, et deux, les deux loups. On donne encore cette constellation les noms de palmes emeritus, de coluber arborem conscendens, drarco tortus, anguis, sidus Minerv, Bacchi, Esculapii, Python, ladon, audax (Charles-Franois Dupuis, Origine de tous les cultes, Volume 6, 1822 - books.google.com).

Serpent Rouge, Sals et Dragon roux

L'auteur de l'Apocalypse fait paratre dans le ciel, la suite de la femme, un grand dragon roux qui entrana avec sa queue la troisime partie des toiles, et qui la fit tomber sur la terre. Ce dragon s'arrta devant la femme qui devait enfanter, afin de dvorer son fruit aussitt qu'elle en serait dlivre. La femme prend la fuite devant lui. Ce dragon est le mme serpent, dit-on 3, qui s'appelle diable ou Satan, et qui sduit l'Univers, c'est--dire qu'il est le principe du mal et des tnbres, l'Ahriman des Perses. Un des grands gnies ou archanges, compagnon du Dieu-lumire, vint combattre le dragon et les anges des tnbres, qui succombrent et furent vaincus par la force que l'agneau communiqua aux anges de lumire, aux gnies compagnons d'Ormusd. Le dragon est prcipit terre, voit son rgne fini, et, aprs sa dfaite, se retire sur les bords de la mer voil peu prs le prcis de son histoire.

Il n'y a personne qui ne reconnaisse ces traits le fameux Typhon , ennemi d'Isis et d'Orus, celui que les Egyptiens peignaient avec des pieds et des mains de serpent, et qu'ils disaient tre roux, suivant Plutarque. De l leur haine pour tous les animaux roux, parceque, disaient-ils, c'tait la couleur de Typhon. Judas, suivant quelques traditions, Judas qui trahit Christ tait suppos roux. On trouve dans la fable gyptienne un combat d'Orus et de ses compagnons contre un serpent2 qui poursuivait une femme. Ce combat dura quelques jours, et Typhon fut enchan. Toutes ces fables o sont exprimes les combats d'Apollon et de Python, d'Osiris et de Typhon, suivant le mme Plutarque, sont du mme genre, ainsi que d'autres fictions mystiques qu'il n'est pas permis de rvler aux profanes. Il nous est possible d'en faire ici les rapprochemens, et de faire voir que tout cela se rduit aux combats des gnies de lumire contre ceux des tnbres, et que la thologie gyptienne et persanne sur les deux principes en est la base. Ce dragon peut tre le grand dragon du ple appel Python par les astronomes anciens, tels que Thon, et appel fils de Typhon par Hygin, fab. 30. C'est sur lui qu'Hercule appuie son pied ; c'est lui qu'il terrasse. Hercule est le gnie solaire revtu de la peau du lion et de la massue. Ici c'est l'ange ou archange Michel qu'on nous reprsente terrassant ce dragon. Je crois que Michel, toujours peint avec le dragon sous ses pieds, n'est que je fameux Hercule grec que les sphres reprsentent foulant aux pieds le dragon. Tout ce que je sais au moins, c'est qu'on clbre sa fte au lever de l'Hercule cleste en septembre, et que, comme l'Hercule de nos constellations tait revtu de la peau du lion, le Michel des Orientaux, suivant Origne , tait peint avec une tte de hop 2. Il y a entre ces deux images bien de l'analogie. Joignez cela que l'Hercule-Michel se lve avec la balance pour peser les ames, comme il pesa celle de Mose. Ou pourrait suivre plus loin les rapprochemens; mais nous nous carterions ici de notre sujet. Il parait qu' l'occasion du dragon dont le lever suit celui de la vierge, l'auteur de l'Apocalypse a insr la fable de sa dfaite par Michel, comme les astrologues grecs et latins , en parlant du dragon du ple, ne manquent pas d'insrer sa dfaite par Hercule. .Ainsi on peut regarder ce qui es! dit ici comme une anticipation sur le combat de l'ange qui a la clef de rabme, et qui dfait l'ancien serpent appel Satan ou le diable, chapitre 20.

Au reste, c'tait cette poque du printemps que l'on clbrait la victoire d'Apollon sur le dragon du ple ou sur le serpent Python qui avait poursuivi Latone sa mre. Les Egyptiens, pareille poque, clbraient le triomphe d'Ammon ou du Dieu-agneau ou blier; et cette fte tait accompagne d'une autre appele dfaite de Typhon, dans laquelle on tuait le crocodile, symbole du mauvais principe. C'est sous le rgne d'un certain prince appel Crios ou blier, qu'arriva la dfaite de Python, jeune brigand d'Eube dont les potes, dit-on, firent un dragon tu par Apollon pour avoir attaqu son temple. On voit que cette tradition allgorique rapporte par Pausanias nous ramne toujours aries ou au signe sous lequel le Dieu lumire triompha du serpent du ple, qui, en automne, ramenait les tnbres tous les ans. Ce phnomne astronomique a t rendu par mille fables, mille contes diffrens. Les Perses galement, la fin de leur anne, quelques jours avant l'quinoxe de printemps, dtruisent les productions du mauvais principe Ahriman, et marquent tout de rouge, comme faisaient les Isralites la crmonie du passage de l'agneau. Ils emploient les talismans qui doivent dtourner l'effet de la morsure des scorpions, anantir la force de leur venin. On sait que le scorpion cleste dont ces talismans portaient l'empreinte tait le signe de Typhon et d'Ahriman. Ainsi on voit que partout on retrouve des crmonies, des ftes et des traditions qui annoncent la commmoration de la destruction du mauvais principe, de ses gnies et de ses uvres, qu'anantit le principe-lumire en retournant l'agneau quinoxial, par le sang duquel l'Apocalypse, v. 11, dit que Michel et ses anges vainquirent le dragon et ses anges qui se trouvrent plus faibles, et qui, depuis ce temps-l, ne parurent plus au ciel. C1 est-dire que, du moment o le jour reprit son empire sur les nuits , et le bien sur le mal et l'hiver, les gnies, l'influence desquels on devait les tnbres et le mal priodique de la terre, n'eurent plus aucune action, et qu'Ormusd les enchana. On voit dans la thologie des Perses ou dans le Boundesh, Ahriman avec ses gnies qui, sous la forme d'un dragon, veut combattre la lumire, et qui ensuite vaincu, saute du ciel en terre au mois favardin ou quinoxial (Hyd., p. 140), et court du ct du midi, o il brise le monde et porte les tnbres et le ravage.

L'Apocalypse, aprs le combat de Michel et de ses anges contre le dragon, dit que celui-ci fut prcipit en terre et alla faire la guerre aux autres enfans qui gardent les commandemens de Dieu. Il invite les cieux et ceux qui y habitent se rjouir. Que de ressemblance dans les deux thologies !

Le dragon cleste ce moment n'a encore que la tte prs du bord oriental, et ne se lve qu'aprs la vierge. Le reste de son immense corps est l'occident et touche les montagnes vers le nord, au dessus de la mer, o il ne se plonge pas parce qu'il est toujours sur l'horizon ; mais alors il est dans le plus grand degr de dpression possible. Aussi diton qu'il est prcipit du ciel et qu'il s'arrte sur les bords de la mer. Il se trouve tout entier rejet hors du mridien vers le bord occidental. Voil son apapparence astronomique. Quant son tat physique, il est sans influence, puisque le mal de l'hiver et les tnbres vont tre dtruits par le retour du soleil dans l'hmisphre suprieur.

On l'appelle le grand dragon, parce qu'il est excessivement grand, dit Thon. Virgile l'appelle maximus anguis ; Germanicus Csar 3, mirabile monstrum, immanis serpens; Hygin, fable 30, immanis draco, Typhonis filius. Le mme auteur, liv. 2, nous dit de cette constellation du dragon: Hic vasto corpore ostenditur, inter duas arctos. Son corps comprend l'tendue de sept signes, comme le remarque M. Hyde ; c'est--dire qu'tant trs prs du ple o les divisions des signes, ou plutt les cercles de latitude qui les fixent, viennent se runir, il en occupe sept. Il n'est donc pas tonnant qu'une constellation aussi tendue soit reprsente par l'auteur de l'Apocalypse, v. 3 et 4, comme un grand dragon sept ttes, qui entranait avec sa queue la troisime partie des toiles de la constellation , qui alors tombent toutes vers le couchant. Peut-tre mme que les sept ttes reprsentent les sept signes qu'il comprend; d'autres y pourraient voir ses sept principales toiles qu'ont remarques les astronomes arabes, qui en ont appel cinq les cinq dromadaires ; et les deux autres les deux loups, suivant Bayer, tab. 3. D'autres y verront aussi une allusion son influence sur les sept sphres, semblable celle des sept cornes de l'agneau. Il rgne toujours beaucoup d'arbitraire dans ces explications de dtail; heureusement elles ne font rien aux grands traits que nous voulons saisir, ainsi qu'aux rapports des masses gnrales et de l'ensemble de tout l'ouvrage avec la thologie et l'astrologie ancienne. Cesl dans les cieux que l'auteur voit cette femme, et la vierge des constellations s'appelle partout parthenos ourani, ou la vierge du ciel ou cleste. C'est dans les cieux qu'il voit le grand dragon, et celui du ple s'appelle aussi dracn ouranios, dragon cleste. Nous voyons donc ce qu'on nous montre, et dans le lieu o l'hirophante appelle nos regards. C'est une remarque que l'on ne doit jamais oublier, et qui doit donner un nouveau degr de vraisemblance au choix des moyens de solution que nous employons pour expliquer les tableaux mystiques du ciel apocalyptique, qui se trouve tre le mme que le ciel astrologique (Charles Franois Dupuis, Origine de tous les cultes, ou, Religion universelle, Tome 8, 1835 - books.google.com).

Ce n'est pas un hasard si Boudet parle du Dragon gardien du jardin des Hesprides dans sa Vraie Langue celtique et son Cromlek de Rennes-les-Bains, page 90. Il parle aussi du chameau page 89 : "The stars Beta, Gamma, Nu, and Xi Draconis form a lozenge shape which we regard as the dragons head, but which bedouin Arabs visualized as four mother camels with a baby camel at the centre, the baby being represented by an unnamed 6th-magnitude star" (www.ianridpath.com - Draco).

Que reprsentent les cromlechs ? Les spcialiste ont attribu ces monuments une fonction exclusivement funraire. Ils reprsentent souvent des toiles de la voie lacte, telle a t la conclusion des spcialistes aprs l'tude complte de tous les cromlechs recenss dans les Pyrnes ; ils seraient en quelque sorte un calque du firmament adapt au terrain local, mais rien n'est encore dmontr avec certitude ce sujet. On trouve sur la montagne d'Espiau ces monuments mgalithiques constitus de pierres disposes en cercle. D'origine prhistorique ils auraient t des lieux de rassemblement de culte ou d'observation des astres. Ces alignements circulaires de quelques mtres de diamtre sont matrialiss par des pierres fiches dans le sol, ils peuvent tre isols, disperss ou aligns. Au centre de chacun d'eux, une ciste (sorte de cavit en pierre plates) recueillait les cendres des dfunts dans des pots de terre cuite, ce qui a permis la datation de ces tombes entre 2000 3000 ans avant notre re (www.saint-aventin.com - Cromlechs).

Si un cromlech correspond une toile alors le "Cromleck de Rennes-les-Bains" correspond une des toiles du Dragon.

Rappelons que certains font provenir le nom du Razs d'un Aer-Red, le serpent coureur ou la Wouivre mystique (Jean Markale, Montsgur et l'nigme cathare, Volume 1 de Histoire de la France secrte, 1986 - books.google.com).

Un petit autel en marbre blanc dcouvert au pied de la montagne de Gert ou de Ert, peu de distance de Siradan, vingt kilomtres de Saint-Bertrand-de-Comminges, porte pour inscription : DEO AEREDA CVCVRVS. Le nom du dieu Aereda est celtique, avec une terminaison latine, comme ceux des autels druidiques trouvs Notre-Dame de Paris, dit M. Johanneau (Notice sur un Voyage dans le dpartement de la Haute-Garonne, par M. Du Mge, extrait des Mmoires de l'Acadmie Celtique, 1.1, p. 387), il vient de Aer Red, serpent coureur, ou mieux de AER Red, serpent qui s'allonge, qui s'tenden long. Le serpent difi se retrouve dans presque tous les mythes des anciens peuples (Pierre Laboulinire, Itinraire descriptif et pittoresque des Hautes Pyrnes Franaises, 1825 - books.google.com).

A la mode Boudet "Aer Red" voudrait dire "Serpent rouge", de "red" rouge en anglais.

La Sals (Page 227 de la Vraie Langue Celtique) se trouve entre la Grande Ourse et la Petite, occupant une partie de la constellation du Dragon.

la saison des pluies, l'eau s'infiltrant travers les roches du plateau dominant les sources, augmente son volume et son pouvoir rosif, elle se charge dune plus grande quantit de sel, en mme temps que dargile rouge, ce qui donne l'eau des griffons sals une couleur rougetre. La salure est dans ces circonstances plus leve (www.salicorne-en-aude.fr - La Sals).

Rennes-les-Bains se trouve entre les toile kappa Draconis (Brnac) et alpha Draconis, Thuban qui signifie "tte du serpent" (Soulatg). Rennes-le-Chteau est dans le primtre de la constellation du Dragon.

En page 306, la fin du texte de Boudet se termine sur la "tte du Sauveur", "dominant tous ces monuments celtiques qui avaient perdu leurs enseignements. La croix, victorieuse du paganisme, n'a pas discontinu de rgner dans le cromleck de Rennes-les-Bains." La tte du Sauveur (nouvelle religion) remplace la tte du serpent (Thuban, le dragon du paganisme).

kappa Draconis : Brenac

k Draconis tait l'toile polaire l'poque de l'Exode, selon E. S. Poole, vers 1500 avant J.-C. (Astronomical Register: A Medium of Communication for Amateur Observers and All Others Interested in the Science of Astronomy, Volume 8, 1871 - books.google.com).

Bailly conjectures, as the intermediate stars (of the 6th magnitude,) are too small to have designated the pole, that the Kappa Draconis was the star meant by Eudoxus, which had been at its greatest approximation to the pole, (little more than 4 from it) about 1236 B. C. It must have been distant between seven and eight degrees of a great circle, when Eudoxus wrote. Possibly the great star in the Dragon, which is situated very near to the circle described by the north pole round the pole of the ecliptic, had been previously designated as the polar-star. It was within one degree of the north pole about 2836 B.C. (John Landseer, Saban researches, 1823 - books.google.com).

Le domaine de Brennus signe l'origine gallo-romaine de Brenac dont il est fait mention en 870 dans le cartulaire de St Just de Narbonne. L'abb Courtade, restaurateur de l'glise Saint Julien et Sainte Basilisse qui porte le mme vocable qu' Cucugnan, laisse de nombreux tmoignages dont la statue de Pierre Amiel sur la fontaine du village (village-brenac.monsite-orange.fr).

Boudet nomme le chef gaulois Brennus page 182 de la VLC et plus loin dans la mme page cite Henri Martin : il s'appelait Vincingtorix, c'est--dire, le grand chef de cent ttes, ver-kenn-kedorigh.. Ces "cent ttes" sont l'attribut du dragon du jardin des Hesprides, not page 90. A la page 11, il donne un autre sens la racine "bren" : "pellicule de bl moulu".

Ainsi les Tables de la Loi, parmi les fresques peintes par l'abb Franois Courtade dans les annes 1850 peu prs la mme poque que le furent les mdaillons de Notre Dame de Marceille par Henri Gasc et son quipe, bizarrement numrotes de l'glise de Brnac peuvent s'expliquer. La quatrime table porte les nombres IV, XVI et la suite de chiffres romains VV. On peut se rfrer au Livre de l'Exode.

Exode IV : Mose suivant l'ordre divin jette son bton par terre qui se transforme en serpent (nahash) et qui devient dragon (tannin) lorsque qu'Aaron son frre le jette son tour devant Pharaon (Exode VII). Mose saisi le serpent par la queue et celui-ci redevient bton. Le "Serpent" est trait par Boudet page 103.

Kappa Draconis est bien dans la queue du dragon.

Exode IV, 16 : C'est lui [Aaron] qui parlera pour toi au peuple ; il te tiendra lieu de bouche et tu seras pour lui un dieu.

Exode XVI : La manne nourrit les Hbreux dans le dsert. Boudet en parle page 72.

Selon Gnse 3,14 le serpent mange de la terre (et rampe) en punition de sa sduction d'Eve, alors que les Hbreux mangent la manne tomb du ciel dans le dsert, o Mose lva le serpent d'airain qui est compar par Jean 3,14 au Christ qui doit tre lev. Gense 3, 15 annonce que la postrit d'Eve crasera la tte du serpent lorsqu'elle gardera la Loi, et se fera mordre le talon quand elle s'en cartera (Roger Le Daut, Liturgie juive et Nouveau Testament: le tmoignage des versions aramennes, Volume 115 de Scripta Pontificii Instituti Biblici, 1965 - books.google.com).

La constellation d'Hercule appuie le pied droit sur la tte du Dragon cleste.

Exode V,5 (VV) : Pharaon dit : "Maintenant que le peuple est nombreux dans le pays, vous voudriez lui faire interrompre ses corves ?"

C'est une allusion au sabbat, pendant lequel la manne ne tombait pas dans le dsert. Bien que le commandement d'observer le Sabbat ait t donn en Mara (5me station dans le dsert), selon les Juifs, ils disent pourtant, que le premier Sabbat ne fut observ qu'au Dsert de Sin, quand Dieu fit dcendre la manne (M. Jurieu, Histoire critique des dogmes et des cultes, 1704 - books.google.com).

Ainsi Exode V,5 est li Exode XVI. Et, comme dit Pierre de Lancre : "Dragon iamais n'est en repos" (Pierre de Rostguy L'Ancre, Tableau de l'inconstance des mauvais anges et demons, 1612 - books.google.com). D'aprs l'apocryphe dualiste l'Interrogatio Johannis qui est le seul livre sacr qui soit parvenu des Bogomiles et des Cathares, Satan, identifi au Dragon apocalyptique, rejet du ciel, descend au firmament et n'y trouve aucun repos (Edina Bozky, Interrogatio Iohannis, 1980 - books.google.com).

Et Jsus se montre matre du sabbat.

C'est pourquoi, en annonant que Mon Pre est l'uvre jusqu' prsent et j'uvre moi aussi, le Jsus johannique rappelle que, une fois franchie en lui la distance entre Dieu et l'Homme, le travail de l'Homme rejoint celui de Dieu. Parce qu'ils sont attels tous deux la mme tche, Dieu et l'Homme sont en quelque sorte gaux de par la responsabilit qu'ils portent dans la russite et dans l'chec de leurs tches respectives. Et c'est donc galement en perdant son ct arbitraire et coercitif que le sabbat de l'Homme peut s'identifier au sabbat de Dieu. [...] A une autre occasion, et aux Juifs qui une nouvelle fois lui reprochaient de se faire l'gal de Dieu alors qu'il n'tait qu'un homme, Jsus dira encore: N'est-il pas crit dans votre Loi: "J'ai dit : vous tes des dieux" ? (Jn 10,34) (Andr Thayse, Accomplir l'criture: Jsus de Nazareth, un enseignement nouveau, 2008 - books.google.com), comme Mose passe pour un dieu en Exode IV,16.

Pierre Amiel

Pierre Amiel, ermite de Saint-Augustin, fut bibliothcaire, sacristain et confesseur de Grgoire XI, et succdait Raymond Draconis, vque de Frjus (1361-1370) dcd. Il fut vque de Sinigaglia, patriarche de Grado et d'Alexandrie, et est mort avant juin 1401. Grado tait sige du patriarcat d'abord tabli Aquile. En 1451, le patriarcat de Grado fut supprim en mme temps que l'vch de Rialto et tranfr Venise. En 1391, Pierre Amiel sigea comme patriarche de Grado parmi les cardinaux-vques ; et, peu aprs le Jeudi-Saint de l'an 1393, nous le voyons juger de procs criminels. Nous le retrouvons enfin, en 1400, administrateur du diocse de Dax, en Gascogne. En outre de son Itinraire qui raconte le voyage de Grgoire XI d'Avignon Rome, il est l'auteur anonyme de : De Cremoniis Sanctae Roman Ecclesae.

Pierre Amiel, ancien sacristain de la chapelle papale sous Urbain V (1362-1370), entreprit la rdaction d'un nouveau Crmonial (Ordo romanus XV ou Ordo romain XV), qu'il ne cessa de retoucher et d'accrotre jusqu'aux approches de l'anne 1400, et pour lequel il emprunta de nombreux matriaux au travail de son prdcesseur. Un des manuscrits de l'ouvrage d'Amiel a t publi par Mabillon. Dans ces nouvelles compilations, nous retrouvons la rubrique que nous avons successivement rencontre dans les livres romains du XIIIme sicle et dans l'Ordo de Gaetani (Mmoires, Acadmie des sciences, lettres et arts de Marseille, Acadmie de Marseille, 1911 - books.google.com).

Le plus ancien rituel funraire de la papaut, qui est d la plume de Pierre Amiel.

Le retour de Grgoire XI, avec les encouragement de Catherine de Sienne, Rome n'empchera pas le Grand Schisme d'avoir lieu.

Catherine devinait aussi en lui l'effroi des curs timides qu'attriste la pense d'une rsolution trs grave, irrvocable; il se rsignait quitter la France, se jeter dans la fournaise italienne, mais il n'osait dire : A demain! Alors elle crivit cette lettre si curieuse oii elle lui conseille le stratagme d'une sainte fourberie, un santo inganno . Faites semblant de prolonger votre sjour pour quelque temps, et puis partez l'improviste et bien vite. Mais elle disait encore : Dpchons-nous, mon pre, sans aucune crainte : si Dieu est avec vous, personne ne sera contre vous . Grgoire XI consentit demi au mensonge joyeux que lui recommandait Catherine : il fit armer en secret une galre sur le Rhne. Le 13 septembre, les portes du palais pontifical s'ouvrirent tout coup; le pape, accompagn de quinze cardinaux, s'apprtait descendre vers le fleuve. La mule qu'on lui prsenta d'abord se cabra et refusa son cavalier, accident qui sembla de mauvais augure. Le pre du pape accourut tout en larmes et poussant de grands cris, afin d'empcher la sortie de son fils : Tu passeras d'abord sur mon corps , lui dit-il. Grgoire rpondit : Dieu a dit : Tu marcheras sur l'aspic et le basilic, tu fouleras aux pieds le lion et le dragon . La foule muette s'ouvrit pour laisser la voie libre l'glise romaine retournant vers la Ville ternelle (Emile Gebhart, Moines et papes, 1913 - archive.org).

Usserius divise tout le temps, pendant lequel le Dragon a t dlivr de sa prison, en trois priodes ; la premire s'tend jusqu'au-temps d'Innocent III, la seconde jusqu' Grgoire XI, & la troisime jusqu' Lon X. [...] La seconde priode du temps, pendant lequel Usserius conoit que le Dragon a t dli, s'tend depuis le commencement du Pontificat d'Innocent III, jusqu'au commencement de celui de Grgoire XI, c'est dire depuis l'an 1194, jusqu' l'an 1170. [...] En ce mme temps-I Innocent tablit une Inquisition Thoulouse & dans les autres lieux suspects; parce que les Evques occupez de leurs affaires temporelles ne prenoient pas alez de foin d'extirper l'hrsie. S.Dominique fut commis sur la Gascogne, & tablit son ordre pour y tenir la main ; auparavant il n'y a voit jamais eu d'Inquisiteurs rglez & perptuels. II s'tablit encore alors d'autres ordres de Moines mandians, outre celui des Dominicains, savoir celui des Frres Mineurs fond par S. Franois d'Assise, & celui des Augustins [auquel Pierre Amiel appartenait], comme pour secourir les Evques & les Curez (Bibliothque universelle et historique de l'anne, 1688 - books.google.com).

Usserius ou Usher (Jacques), thologien anglican, archevque d'Armag, n Dublin en 1580, est mort en 1656. Il crivit la fois contre les catholiques et et contre les Arminiens. Il publia un grand nombre d'ouvrages thologiques et de chronologies comme le pre Bernard de Montfaucon son contemporain n Soulatg.

Le Saint Graal pour Usserius (Antiquitat. eccles. Britan. c. 2) est le symbole de la foi. Aprs la Rsurrection ,Josepn d'Arimathie inspir, comme tous ceux qui avaient approch de Jsus Christ, du zle de la prdication, avait abandonn sa ville natale, et s'tait mis annoncer l'Evangile. L'aptre saint Philippe lui ayant impos les mains, l'envoya vers les les de l'occident. Il partit aussitt, et traversant au milieu des prils les monts et les mers, ll arriva en Angleterre, moins de dix ans aprs l'Ascension. Joseph d'Arimathie convertit la foi la population de cette le, y fonda des glises et y institua des vques, avec lesquels il resta longtemps en relation quand d'autres intrts l'eurent rappel sur le continent. A l'appui de ces faits imaginaires, les lgendaires et les trouvres apportent une collection de lettres tout aussi authentiques (L'Universit catholique: Recueil religieux, philosophique, scientifique et littraire, Volumes 7 8, 1839 - books.google.com).

lambda Draconis : Puivert

Giauzar (Juza, Giausar, Giansar, Gianfar) al-Jawzhar (du persan gozihr) noeud (toile)

La cl de vote de la chapelle du chteau de Puivert porte un couronnement de la Vierge, avec un motif latral reprsentant saint Michel foulant le dragon. Puivert tait situ un nud routier important.

Le blason de Puivert porte Parti, au premier dor au lion rampant de sable, arm et lampass de gueules, la queue fourchue, noue et passe en sautoir (qui est de Bruyres) au deuxime d'azur aux neuf besants d'or et au chef du mme (qui est de Melun). Ce blason est grav et donc encore visible au chteau de Puivert (www.territorioscuola.com - Armorial de France).

A Puivert il y a un serpent, le pica-divendres (pique-vendredi) qui ne pique que le vendredi et qui est inoffensif les autres jours de ta semaine. Les formules dont on use son encontre comprennent galement une dimension calendaire. Le premier mardi de mars, avant le soleil lev, on rcite la formule suivante pour se prserver des serpents : "Le prumir di mars de marc / La vipra sort del trauc / Jo la vi / Ela non me vi / Jo dis : que non piques a jo / E en cap de ma maison / E en cap de mon bestiaron" (Le premier mardi de mars / La vipre sort du trou / Je la vis / Elle ne me vit pas / Je te dis de ne piquer ni moi / Ni personne de ma maison / Ni aucun de mes bestiaux). Il faut dire : Santa-Crotz le tres de mai Que la colobra boje pas mai. (Sainte-Croix le trois de mai Que la couleuvre ne bouge plus.) Le serpent s'immobilise aussitt et on peut prendre un caillou. Aprs avoir rcit cette formule, si dans le courant de l'anne on rencontre un serpent, il est oblig de rester immobile. Ce secret peut tre communiqu sans que celui qui l'emploie perde le pouvoir de l'employer (Robert Jalby, Le folklore du Languedoc (Arige, Aude, Lauraguais, Tarn), 1971 - books.google.com, Croyances populaires des pays d'Oc, 1984 - books.google.com).

alpha Draconis : Soulatg

Il ne reste pas Soulatg autre chose qui mrite une mention; dans les environs, on rencontre les vestiges de l'ancien prieur de Paza. Des masses informes de constructions couronnent un mamelon situ deux cents mtres des locaux d'habitation et d'exploitation de la campagne actuelle de Paza. Ce sont les ruines de l'ancienne demeure noble des Seigneurs du dit lieu, de l'ancienne glise du prieur : Saint-Michel de Paza. A l'extrmit Ouest de la Combe de Pierrepertuse, des restes d'une construction btie avec des moellons rectangulaires de calcaire, presque gaux entre eux, font songer des vestiges d'un fortin avanc de la forteresse de Pierrepertuse. Une Charte de la fin du XIIIe sicle, deux Cahiers de Reconnaissances souscrites par les habitants de Soulatg leurs seigneurs dans le cours du XVIe sicle; un petit Registre paroissial remontant au XVIIe sicle, ont attir notre attention au au milieu des vieux papiers conservs dans les archives de cette commune. Ces trois documents ont t dposs par nos soins, aux archives dpartementales avec l'autorisation de M. le Prfet et l'assentiment de M. le Maire de la commune (Bulletin, Volumes 37 38, Socit d'tudes scientifiques de l'Aude, Carcassonne, 1933 - books.google.com).

M. Jean d'Alairac, visitant la haute Corbire pour ses tudes gologiques, reut en cadeau un cachet qu'il nous remit l'an pass et dont nous prsentons ici mme une empreinte. Il lui avait t donn par le cur desservant de Soulatg. qui l'avait rcemment dcouvert dans sa paroisse. M. Jean avait cherch faire dterminer ce cachet, et on lui avait dclar que les caractres gothiques qui semblaient tre imprims tout autour n'taient que des ornements, et qu'il qu'il n'existait aucube trace d'inscription. Tel ne fut pas l'avis de M. E. Bonnet, Secrtaire de la Socit archologique de Montpellier, auquel je confiais ce cachet. Voici la dtermination qu'il a pu en faire : Sceau du prieur de Saint-Michel. S (IGILLVM) PRIORIS SANTI MICAELIS Au centre, saint Michel terrassant le dragon (Bulletin, Volume 10, Socit d'tudes scientifiques de l'Aude, Carcassonne, 1899 - books.google.com).

Il peut s'agir du sceau du prieur de Plaza.

D'autres bestioles Soulatg se manifestent. Tailhant, cur de Soulatg, publia en 1693 un Jugement contre les danses, par un cur du diocse de Narbonne, Toulouse. C'est un livre curieux et singulier. Danser, dit l'auteur, vient de Dan, duquel Jacob prophtisa qu'il serait comme un serpent qui mordrait le pied du cheval, afin que le cavalier tombe la renverse. Danser, c'est donc imiter Dan: aussi voyons-nous que ceux qui dansent font comme les serpents; ils tordent leurs corps par des postures et par des tours et des dtours et se suivent en serpentant les uns les autres. Les danseurs vendent leur droit d'anesse, non pas Jacob, leur frre, pour une cuelle de lentilles, mais au Diable, pour un lger plaisir brutal. La danse est dfendue cause des baisers, cause du mauvais usage des mains, cause des regards qu'on y donne, cause des sauts, des postures indcentes, des cris et des ris, cause des paroles immodestes et double sens etc. (Lon Techener, Rpertoire universel de bibliographie, 1869 - books.google.com).

Prs de Soulatg, Druilhac sous Peyrepertuse possdait aussi son prieur Saint Michel. La Vierge enceinte de Cucugnan est une statue du XVIIme sicle dans l'glise Saint Julien et Sainte Basilisse. La Vierge tient les mains jointes et appuie ses avant-bras sur son ventre rond. Son pied gauche est pos sur la tte d'un ange qui repose sur un segment de Lune. Un serpent rampe ses pieds (www.etapecathare.com - Vierge de Cucugnan).

iota Draconis : Tautavel

Elle porte aussi le nom traditionnel Edasich, ou Eldsich Elle tait appele Al Dhiha par Ulug Beg et sur le Dresden Globe, ou Al dhili 'Hyne mle' par Kazwin.

Par chance on trouve des hynes Tautavel.

Les associations de grands mammifres du Plistocne moyen sont relativement rares enFrance, et le remplissage de la Caune de lArago Tautavel, trs riche en fossiles, dat de 670 000 97 000 ans illustre trs bien cette priode. La Hyne tachete (Crocuta crocuta) est la plus grande des hynes. Elle apparat dans le complexe sommital de la grotte de La Caune de l'Arago Tautavel (-120 000 -95 000 ans). Le renouvellement de la faune des niveaux du complexe sommital, est document par lapparition de U. spelaeus, Crocuta crocuta, une sous-espce volue de E. ferus, S. scrofa, C. aff. caucasica et Hemitragus cedrensis . Ces deux dernires espces, les plus intressantes pour la biochronologie, nont pas t trouves en Italie, alors que les autres sont toutes dj apparues diffrentes priodes duPlistocne moyen. On peut seulement noter quen Italie, lhyne devient plus frquente pen-dant le Plistocne suprieur.La structure des faunes du complexe sommital est indicatrice dun milieu plus forestier sous des conditions de climat tempr et humide. Les faunes de grands mammifres de la Caune de lArago (Tautavel) dans le cadre biochronologique des faunes du Plistocne moyen italien (www.academia.edu - Les faunes de grands mammiferes de la Caune de l'Arago Tautavel, fr.wikipedia.org - Hyne tachete).

Sur le trac du Dragon

Rivesaltes

Depuis le Moyen ge, Rivesaltes a son monstre qui dfie le temps : le babau prononcer babaou. Cette lgende remonte au XIIIme sicle. A cette poque, sous le rgne de Jaume II, le village vivait paisiblement l'abri de ses pais remparts, dont toutes les portes taient soigneusement verrouilles le soir venu. Pourtant, en ce terrible 2 fvrier 1290, par une nuit sans lune mais toile, le monstre, mlange d'iguane et de dragon, sortie de la rivire Agly et fit une brche dans les remparts de ville. Il dvora des 6 bbs. Il revint deux autres fois, dont l'une en passant par le "forat dal forun" (trou du four). La troisime fois Galdric Trancavent, seigneur de Fraisse et de Prillos, le blessa mortellement de deux flches. Le dragon alla mourir prs d'Ortolane sur les rives de l'Agly (Dominique Auzias, Jean-Paul Labourdette, Collectif, Pyrnes Orientales 2013, Petit Fut, 2012 - books.google.com).

Le babaou agit comme le roi Hrode par un massacre des Innocents.

En comparant l'histoire de la femme, de son fils et du dragon, dans l'Apocalypse de Jean, avec celles de Marie, de l'enfant Jsus et du roi Hrode, on est frapp de leur ressemblance (Matt. II, 1315, 16). Marie, avertie qu'Hrode cherchait faire mourir son enfant, s'enfuit avec lui en Egypte, et y resta jusqu' la mort d'Hrode. Hrode est donc le dragon qui veut dvorer son fils ou le faire mourir. Le dragon s'irrita contre la femme, et s'en alla faire la guerre au reste de ses enfans. De mme Hrode, n'ayant pas t inform par les mages du lieu o tait le petit enfant, comme il le leur avait ordonn, fut fort en colre, et mit mort tous les enfans qui taient dans son territoire. La femme de l'Apocalypse est bien la vierge du zodiaque, puisqu'elle est assimile la vierge Marie; ou bien Marie, mre du petit enfant, est suppose vierge, parce qu'elle reprsente la vierge des constellations, la seule qui peut allgoriquement devenir mre, sans cesser d'tre vierge. La sphre des mages et des Chaldens, dit Dupuis, peignait, dans les cieux, un enfant naissant, appel Christ et Jsus; il tait plac dans les bras de la vierge cleste ou de la vierge des signes, celle-l mme qui Eratosthne donne le nom d'isis, mre d'Orus ou d'Apollon. On peignait souvent Bacchus ct de la vierge sa mre ou de Crs, appele la sainte vierge, autrement Isis, ces deux noms tant ceux de la vierge de nos constellations (Jean Andr de Luc, claircissemens sur l'Apocalypse et sur l'pitre aux Hbreux, ou analyse de leur composition, 1830 - books.google.com).

Perpignan

Perpignan proximit de la constellation du Dragon fit partie du royaume de Majorque. Les grottes de Drach (Dragon) sont un des principaux attraits touristiques de l'le. Prs des ctes de Majorque s'lvent Dragonera (l'le aux dragons), Conejera (l'le aux lapins), et Cabrera (l'le aux chvres). De la citadelle de Perpignan du XIIme sicle, il ne reste que quelques murs d'une solidit admirable (appareil en arte d p0iss6h)j et une portion de l'glise, dont le portail surtout est remarquable. La porte est cintre avec des voussoirs lisses, fort larges (c'est un carctr d l'architecture catalane), composs, ainsi que les parois latrales de la faade, de plaques de marbre alternativement rouge et blanc; un gros tore entoure l'archivolte, qui retombe sur des colonnes engages dans la muraille. Leurs chapiteaux, autrefois peints, reprsentent des dragons combattans, moins lourds et moins grossirement travaills que ne sont d'ordinaire les animaux des chapiteaux romans (Prosper Mrime, Notes d'un voyage dans le midi de la France, 1835 - books.google.com).

Ce n'est plus le monstre roman, serpent sans ailes ni pattes, mais le dragon gothique aux ailes de chauve-souris, qui apparat au mme moment au clotre d'Elne, prs de Perpignan (Marcel Durliat, L'art dans le royaume de Majorque: les dbuts de l'art gothique en Roussillon, en Cerdagne et aux Balares, 1962 - books.google.com).

L'empereur Sigismond de Luxembourg, fondateur de l'Ordre du Dragon, s'arrta Perpignana pour essayer de rgler le Grand Schisme qui divisait la catholicit, et convaincre Benot XIII d'abdiquer.

Sigismond tait parti sur la fin du mois de juillet 1415, du concile de Constance, pour Perpignan, o se tenait alors Pierre de Luna, sous la protection de Ferdinand dArragon, qui, quoique malade, se lit transporter de Valence Perpignan pour le voir. Cest probablement son retour de Perpignan que Sigismond se rendit Paris Il y avait alors trois papes : le pape de Rome Grgoire XII, qui dmissionna en juillet pour faire table rase, Jean XXIII, l'antipape de Pise lu par le concile de Pise en 1409 et qui fut dmis parle concime de Constance et Benot XIII l'antipape d'Avignon qui s'tait enfuit du Comtat pour se rfugier Pniscola au royaume d'Aragon qui tait le dernier le soutenir. Le roi d'Aragon Alphonse V se ralliera en 1429 au pape officiel Martin V lu en 1417 (fr.wikipedia.org - Benot XIII (antipape)).

Insigne de l'Ordre du Dragon (Drachenorder) - www.ucs.mun.ca

Canigou

Prs du prieur de Serrabonne, la Boule d'Amont, le rocher du dragon (rocher ayant l'apparence d'un Dragon). A l'exception d'un chapiteau mettant en scne Saint Michel terrassant le dragon, la sculpture de Serrabona n'est pas narrative, mais symbolique (www.rac-st-esteve.fr - Trail de Serrabone, www.cg66.fr - Prieur de Serrabone).

Selon la lgende, sur le Canigou, un dragon effraya Pierre III d'Aragon, premier souverain escalader, en 1280. Ce serait donc la plus ancienne ascension dont on ait gard la relation, crite par un moine, selon laquelle on aurait trouv au sommet un lac et un dragon .

En l'glise disparue de Saint-Saturnin de Vernet (874), un legs de 1288 avait t adress saint Georges et saint Andr : associs l'autel du saint titulaire, ils y auraient occup les deux absidioles latrales. En 1415, un autel est ddi saint Georges Sainte-Marie de l'cluse (Santa Maria de la Clusa), prs de la ville frontalire du Perthus (Communaut franaise de Belgique, Saints et dragons: rle des traditions populaires dans la construction de l'Europe, 1997 - books.google.com).

L'Ouillat

Le col de l'Ouillat ou de l'Ullat se trouve dans la tte du Dragon. L'assimilation d'une source un oeil est universelle y compris par le basque begi. Elle se vrifie avec les Oueil de Haute-Garonne (valle d'Oueil) et des Hautes-Pyrnes (Arcizans, Gouaux d'Aure, Jarret, Bergons Salles, Baronnies), inclus le lac d'Oueil Ngre (Glre), le ruisseau de Louey (Castelloubon), la fontaine d'Oulhet Ouzous. Egalement avec les Oueillet, Oueillots barnais, comme avec les hydronymes arigeois Ouille, Louille, Ouillette et les Ouillat des P.-O. (source, fontaine, agouille) (Nouvelle revue d'onomastique, Numros 39 40, Socit franaise d'onomastique, 2002 - books.google.com).

Cerbre

La constellation d'Hercule dans la configuration prsente se trouve dans la Mditerrane, et posant son pied sur la tte du Dragon, zone o se trouve Cerbre, bien connu comme un des travaux du gant. Cerbre serait l'origine un serpent, un dragon.

Il ny a rien de plus connu dans la Mythologie que le Chien Cerbre, que les Potes avaient mis la porte de lEnfer pour en garder lentre. Jai prouv dans le second Tome de mon Explication des Fables, que lide de ce Chien tait tir de lHistoire des Egyptiens, qui faisaient garder le champ de leurs Mumies par des Dogues. Et prendre la chose dans son origine, il est sr que les Grecs avaient puis tout leur systme de lEnfer & des Champs Elises dansla Thologie de cet ancien peuple. Cependant ce que conte ici Ovide de la Cigu & des autres herbes venimeuses (aconit) que lcume de Cerbre avait fait sortir de terre dans les lieux qui en avaient t infects, est une aventure qui tire son origine de lHistoire Grecque. Dans la caverne de Tnare (Pausanias in Lacon.) habitait autrefois un Serpent qui ravageoit les environs de ce Promontoire; & parce quon regardait cet autre comme une des avenues du Royaume de Pluton, on prit de-l occasion de dire; que ce Dragon en toit le portier: voil lorigine de Cerbre quon appelle le Chien de lEnfer, parce quen effet il mordoit & dvoroit ceux qui sapprochoient de ce lieu, ainsi que le remarque Hcate de Milet. Pausanias observe quHomre est le premier qui ait dit que Cerbre toit un Chien, quoiquen effet ce ne ft quun Serpent, dont le nom Grec quon lui a donn, signifie celui qui dvore la chair. Les Potes qui ont suivi Homre ont la vrit nomm Cerbre un Chien, mais ils lont peint en effet comme un Serpent: Cui vates, horrere vident jam colla colubris (Virgile, Enide Livre IV v 419) - Quamvis furialc centum Muniant angues caput ejus (Horace, Livre III Od XI) - Sordidum tabo caput Lambunt colubrce : Viperis horrent jub, / Longusque tort fibilar caud Draco (Snque in hercul Fur v 785) (Ovide, Les Mtamorphoses, de la traduction de l'abb Banier, Volume 2, 1768, 2009).

Esperaza

L'Ampelosaurus atacis, le dinosaure du vignoble de lAude originaire de Bellevue dans la Haute-Valle de lAude Campagne, vers Brnac, vivait il y a 72 millions dannes. Il a t dcrit en 1995 et est conserv au muse des dinosaures d'Esperaza (www.dinosauria.org - Les fouilles).

Le dragon du catharisme : un tte queue

Puivert, Quribus, et Peyrepertuse sont des chteaux cathares. Le catharisme peut tre symbolis, pour des catholiques, par un serpent ennemi de la vraie foi. Saint Dominique est bien reprsent sur le segment Mrak - Phecda de la Grande Ourse (Autour de Rennes-le-Chteau : Saint Sulpice, Aude et Grande Ourse).

Aprs la chute de Montsgur en 1244, le chteau de Quribus accueille les hrtiques cathares en fuite. Le chteau de Peyrepertuse se trouve sur la commune de Duilhac. Peyrepertuse veut dire "pierre perce". Il est vrai que le seigneur de Peyrepertuse, Guilhem de Peyrepertuse, est sympathisant de la cause cathare. Il se soumet pourtant sans combattre Simon de Montfort ds 1217. Excommuni sept ans plus tard pour ses liens tenaces avec la cause il rejoint la rvolte albigeoise de Raimond Trencavel vers 1240 puis finit par se soumettre dfinitivement le 16 novembre de la mme anne, encore une fois, sans que la citadelle ne soit assige (Dcouvrez nos plus beaux Chteaux, Michelin, 2009).

Au dbut de la croisade en 1210, l'arme dirige par Simon de Montfort prit le chteau de Puivert aprs 3 jours de sige. C'est l'un de ses compagnons, Lambert de Thury, que reviendra le chteau de Puivert. La famille seigneuriale du chteau, les Congost, perdirent leurs biens d'autant plus facilement qu'elle comptait plusieurs membres parmis les communauts cathares. Vers 1208, la femme du seigneur de Puivert, Alpas, meurt aprs avoir reu le consolamentum. Quant son mari, Bernard de Congost, il devint parfait au moment de sa mort, Montsgur, en 1232 (cathares.org - Puivert).

(c) 1995 Visual Language. All rights reserved - www.windows2universe.org

Blanche de Castille avait ordonn, que l'on trancht la tte du dragon , c'est--dire que l'on s'empart de la montagne sacre des hrtiques albigeois. Mais Montsgur dans notre configuration est dans la queue du Dragon aprs Puivert, la lambda Draconis. Dans les reprsentations figures anciennes, la queue du Dragon se prolonge au-del de lambda Draconis. A moins que Montsgur ne soit l'une des ttes du Dragon qui se mord la queue comme l'Ouroboros antique et alchimique et le Skandola, talisman manden.

Skandola

En mars 1243, Hugues d'Arcis, snchal de Carcassonne, reut l'ordre d'en finir. Une arme se mit en marche vers Montsgur, flanque de deux redoutables ecclsiastiques : Pierre Amiel, archevque de Narbonne, et Durand, vque d'Albi, lequel tait spcialis dans la construction des machines de guerre (Ren Nelli, Les cathares, 1972 - books.google.com).

On connat la suite, et le bcher du 16 mars 1244. L'"hrsie" n'a plus de soutien militaire, elle sera la merci des inquisiteurs. C'est la "fin du Dragon" (queue).

En 1278 encore, eurent lieu de nombreuses excutions de Parfaits et de Croyants rentrs de l'exil ; les inquisiteurs dpassrent mme tellement toutes les bornes , que des rumeurs. gnrales s'lvent contre eux ; pousse bout, comme le fut plus tard la population des Cvennes, qui s'arma de dsespoir en 1702, la secte cathare se rveille avec puissance; les migrs rentrent en foule ; les dbris se rejoignent ; l'organisation se rtablit; et les tronons du Dragon se multiplient comme par enchantement. Mais l'Inquisition est fortement soutenue par Philippe le Bel (1306). Ce roi craignait que le Midi n'aspirt recouvrer son indpendance et se donner l'Infant de Majorque, Ferdinand. En consquence, il fournit aux inquisiteurs les troupes qu'ils lui demandent ; et cex-ci dploient de nouveau toutes leurs fureurs ; comme un vent d'orage ils dispersent la secte ; elle se reforma bien encore quelques autres fois ; mais finalement , elle ne compta plus que des membres isols, craintifs, simulant la conversion pour chapper aux flammes ; toute trace de cette noble et laheureuse protestation se perd dans l'histoire vers le milieu du quatorzime sicle (Camille Rabaud, Histoire du protestantisme dans l'Albigeois et le Lauragais: depuis son origine jusqu' la rvocation de l'dit de Nantes (1685), 1873 - books.google.com).

La Cauda Draconis est le nom latin de la figure de gomancie dite la queue du dragon en franais, le seuil sortant ou le soleil extrieur en arabe. Elle voque la dispersion, lextriorisation, la dsagrgation, la corruption, la dissolution, le retour la matire, la destruction, la trahison (www.jason-voyance.com).

Selon Georges Michel Claude Duby, historien franais spcialiste du Moyen ge, priode dont il a largement contribu renouveler la connaissance, lApocalypse fut trs prise au Xme et au XIme sicles. Bon nombre de chrtiens, se sont nourris de ce mythe dans lequel la queue du dragon vaincu entrane avec lui dans sa chute le tiers des toiles du ciel. Ce thme saccompagnait de celui du grand combat entre larchange saint Michel, dfenseur de la cit cleste contre lattaque du dragon, qui est aussi appel lantique serpent de lApocalypse . Il est ainsi nomm, parce quon lavait assimil au serpent qui tenta Eve (rosamystica.kazeo.com - Le catharisme).

La queue du dragon se dit de l'Antechrist & des faux Prophtes, qui sont comme la queue du Diable, dont il se sert pour faire tomber beaucoup de personnes, mme distingues par leur science & leur dignit. Apoc. 12.4. Cauda ejus trahit tertiam parte stellarum (Charles Hur, Dictionnaire Universel De L'Ecriture Sainte, 1715 - books.google.com).