partie ix - synthèse   Chapitre LVIII - Autour de Rennes   Les Affaires Gélis & Tournesol   
RENNES LE CHATEAU

Rions un peu en se tirant par les cheveux

L'Affaire Gélis à l'aune d'un album des aventures de Tintin : l'Affaire Tournesol ou la Piste pennsylvanienne

Comme dans l'affaire Gélis, un indice mettant Tintin sur la piste bordure est en rapport avec le tabac et les cigarettes.

Sur le paquet de cigarettes se trouve écrit visiblement Sztoumpex, Lozktex et Macédonia.

Sztoumpex peut renvoyer au mot allemand de Pennsylvanie : schtump qui signifie blunt,"émoussé".

Le mot "émoussé" se retrouve dans les rapports de justice faits au sujet de l'assassinat de Gélis. Le juge d'Instruction Raymond Jean avait été requis le 1er novembre 1897 par le Procureur Bonnefous de la République de Limoux pour "crime d'assassinat". Il notait : " A cote du fauteuil, à droite, et appuyée contre un paravent développé, se trouve une scie qui porte sur le bois les empreintes de sang, démontrant par la qu'on la tenue en mains… Une demi-feuille de papier blanc froissé trouvée dans le trou pratiqué dans la cheminée. Ce papier porte des taches de sang et leurs formes indiquent qu'il a servi à essuyer les pincettes et la tête d'un marteau ", d'un marteau avec hachette. Le docteur Benoit requis donne le descriptif suivant : "un instrument contondant, peut-être un instrument à tranchant fortement émoussé ayant agi autant par sa masse que par son tranchant. Certaines blessures ont été faites par des pincettes. " Le Procureur Bonnefous confirme : "avec le talon des pincettes a feu, avec un instrument contondant comme un marteau, les autres enfin avec un instrument tranchant quelque peu émoussé."

Lozktex se décomposerait en lozk tex ou " Losque " " Tex " pour textile. Si l'on en croit A. Dondaine suivi par Christine Thouzellier, le Liber contra Manicheos, traité de polémique anti-cathare est l'œuvre de Durand de Huesca, auteur également du Liber anti haeresis. Durand de Huesca, d'abord disciple et admirateur de Valdès, devint fondateur des Pauvres Catholiques après avoir renoncé à l'hérésie à Pamiers, à la fin de l'été de 1207. Durand serait né plutôt à Losque près de Parisot en Tarn et Garonne. Le Tex s'explique par le fait que beaucoup de Pauvres de Lyon, d'Aragon et de Lombardie choisirent le métier de tisserand.

Le cathare Bélibaste a connu L'Ascension d'Isaïe sans doute à travers une version occitane, car il est bien peu probable que ce berger des Corbières ait su le latin. Verdunoy a d'ailleurs reconnu L'Ascension d'Isaïe comme étant la source du sermon. Mais le problème se pose de savoir par quelle voie s'est faite la diffusion de cet apocryphe jusqu'en Languedoc. Il est sûr que Pierre Autier commentait L'Ascension d'Isaïe à Larnat, chez les Issaura dans la haute Ariège au début du XIVème siècle. Mais déjà auparavant, Durand de Huesca avait eu en main et lu " le livre secret faussement attribué au prophète Isaïe". L'Ascension d'Isaïe avait donc déjà pénétré en Languedoc vers 1223-1224, date à laquelle on situe la composition du Liber contra manicheos.

L'Ascension d'Isaïe relate, dans une première partie, le martyr d'Isaïe comme celui souffert par Gélis.

" C'est en la vingtième année du règne d'Ezéchias qu'Isaïe avait reçu en une vision les termes de cette prophétie et qu'il les avait transmis à son fils Iashoub. Tandis que le roi donnait ses ordres et que Iashoub, le fils d'Isaïe se tenait debout, Isaïe parlait au roi Ezéchias. Ce n'est donc pas en présence de Manassé seulement qu'il parla : " Gloire au Seigneur dont le Nom n'a pas été révélé à ce monde; gloire au Bien-Aimé de mon Seigneur ; gloire à l'esprit qui déclare au dessus de moi que toutes ces ordonnances et ces paroles seront abolies par ton fils Manassé et que par l'oeuvre de ses mains, je m'en irai moi-même dans le tourment de ma chair. Samaël Malkira fera son office grâce à Manassé, lequel accomplira toute sa volonté, et il deviendra le disciple de Bélial au lieu d'être le mien. Il en détournera beaucoup de la vraie foi à Jérusalem et en Judée. Bélial se fera le seigneur de Manassé et c'est de ses mains que je serai scié. "

...

" Bélial fut irrite contre Isaïe et, s'étant installé dans le cœur de Manassé, ce dernier fit scier Isaïe au moyen d'une scie à bois. Tandis qu' on sciait Isaïe, Béchirra son accusateur se tenait debout, tous les faux prophètes étaient debout, riant et se gaussant d' Isaïe. Bélial et Mekembêkous se tenaient devant Isaïe, riant et ricanant. Béchirra dit à Isaïe: " Dis: j'ai menti en tout ce que j'ai annoncé; les voies de Manassé sont bonnes et droites les voies de Béchirra et de ses Partisans sont les bonnes ". Il lui dit cela alors qu'on avait commencé de le scier. Or, Isaïe état dans la contemplation du Seigneur: il avait les yeux ouverts, mais il ne les voyait pas. Malkira déclara à Isaïe : "Dis ce que je te dis et je les ferai changer d'avis. Je te ferai vénérer par Manassé, par les chefs de Juda, par le peuple et par Jérusalem tout entière. " Isaïe lui répondit: " Si j'ai quelque chose à te dire: maudit sois tu et damnés toi, toutes tes puissances et toute ta maison, car tu n'as rien de plus à me prendre que la peau de mon corps. " C'est ainsi qu'ils s'emparèrent d'Isaïe, fils d'Amos et qu'ils le scièrent avec une scie à bois, Manassé, Béchirra, les faux prophètes, les princes et tout le peuple se tenant là et regardant. Or, aux prophètes qui étaient avec lui, il avait dit, avant d'être scié: " Allez dans les régions de Tyr et de Sidon, car c'est pour moi seul qu'à été préparée la coupe. Et tandis qu'on le sciait, Isaïe ne cria, ni ne pleura, mais sa bouche parlait par l'Esprit Saint, jusqu'à ce qu'il fût coupé en deux."

La piste (penn)sylvanienne s'étaye par l'apparition de Groucho Marx en la page 47 de l'Affaire Tournesol. En effet dans " Soupe au Canard " (" Duck Soup ", qui est une expression d'argot qui désigne quelque chose de facile à faire, 1933), le film interprété par les Marx Brothers, on peut voir deux pays imaginaires, vraisemblablement d'Europe centrale, qui s'affrontent. Leurs noms : Freedonia et... SYLVANIA. Sylvanie, Syldavie : difficile de ne pas faire le rapprochement, d'autant plus que "Le Sceptre d'Ottokar" (1938) est postérieur au film. Notons également l'hommage rendu à Groucho Marx dans " Tintin et les Picaros " (page 59, case 7) (voir http://www.objectiftintin.com).

Les frères Marx se sont sans doute inspiré de Marcel Proust qui dans " Les plaisirs et les jours ", intitule sa première pièce La Mort de Baldassare Silvande, vicomte de Sylvanie.

Mais l'origine des noms de Syldavie et de Bordurie est due à un certain Richardson qui publia un article en 1937 dans le British Journal of Psychologie racontant un conflit imaginaire entre deux pays Syldavia et Borduria.

Les choses se précisent avec la clé que Tintin trouve près du paquet de cigarette. Elle porte le numéro FA 5251.

5251 se lit 5:2 5:1 et fait référence à la non correspondance entre les versets du petit prophète biblique Michée de la bible King James et des bibles françaises.

4.13 Fille de Sion, lève-toi et foule! Je te ferai une corne de fer et des ongles d'airain, Et tu broieras des peuples nombreux; Tu consacreras leurs biens à l'Éternel, Leurs richesses au Seigneur de toute la terre.

5.1 (4:14) Maintenant, fille de troupes, rassemble tes troupes ! On nous assiège ; Avec la verge on frappe sur la joue le juge d'Israël.

5.2 (5:1) Et toi, Bethléhem Éphrata, Petite entre les milliers de Juda, De toi sortira pour moi Celui qui dominera sur Israël, Et dont l'origine remonte aux temps anciens, Aux jours de l'éternité.

5.3 (5:2) C'est pourquoi il les livrera Jusqu'au temps où enfantera celle qui doit enfanter, Et le reste de ses frères Reviendra auprès des enfants d'Israël.

5.4 (5:3) Il se présentera, et il gouvernera avec la force de l'Éternel, Avec la majesté du nom de l'Éternel, son Dieu: Et ils auront une demeure assurée, Car il sera glorifié jusqu'aux extrémités de la terre.

5.5 (5:4) C'est lui qui ramènera la paix. Lorsque l'Assyrien viendra dans notre pays, Et qu'il pénétrera dans nos palais, Nous ferons lever contre lui sept pasteurs Et huit princes du peuple.

5.6 (5:5) Ils feront avec l'épée leur pâture du pays d'Assyrie Et du pays de Nimrod au dedans de ses portes. Il nous délivrera ainsi de l'Assyrien, Lorsqu'il viendra dans notre pays, Et qu'il pénétrera sur notre territoire.

Le prophète Michée

http://www.artbible.net

Le mot essentiel en 5:2 est Ephrata qui nous ramène en Pennsylvanie. Le calembour musical sur "Ephrat(a)" suggère "E-flat," une signature clé chère aux Francs- Maçons. Ou bien "Ephrata" donne "F-flat," (FA bémol) une manière de nommer "E," (mi, le Fa bémol vaut mi) troisième ton, de l'échelle en do majeur. Ce FA est d'autant mieux approprié que Conrad Beissel, le fondateur d'Ephrata Cloister en Pennsylvanie, était un musicien confirmé, auteur de centaines d'hymnes. Il mit au point son propre système de composition musicale, qui vise à simplifier radicalement le processus en se fondant sur des séquences prédéterminées de "maître-notes" et "notes servantes" pour créer l'harmonie. Le Docteur Faustus de Thomas Mann le présente comme une sorte de précurseur du sérialisme (voir http://www.esoteric.msu.edu).

Fa est aussi un village proche de Rennes-le-Château sur le côté du grand nonagone Rennes-le-Château - Briscous. Sa tour " wisigothe " peut servir de mire pour tracer ce côté (voir http://www.templum.fr).

La Pennsylvanie est l'un des 13 États fondateurs des États-Unis. Le roi Charles II d'Angleterre avait contracté un prêt important auprès du père de William Penn. Comme remboursement, il octroya à William Penn une grande région au sud-ouest du New Jersey le 4 mars 1682, contenant tant la Pennsylvanie que le Delaware actuel. Penn appela la région Sylvania, que Charles changea en Pennsylvanie. La colonie accueille des sectes allemandes et les baptistes irlandais et gallois. Le climat de tolérance religieuse encourage l'économie. Après la guerre de Trente Ans (1618-1648) dans l'empire germanique, 125 000 luthériens allemands s'installent en Pennsylvanie. Vers 1750, la population de Philadelphie dépasse celle de Boston.

http://fr.wikipedia.org.

Benjamin Furly, riche marchand hollandais Quaker, est un agent de William Penn en Europe, libraire passionné par les œuvres de Böhme et par la Kabbale. Il réussit dans le commerce familial, devient un membre éminent de la communauté quaker, et tisse un réseau de relations dans la plus haute société. Ami de Locke, il possède une bibliothèque de 4200 ouvrages, dont beaucoup sur toutes les hérésies et controverses religieuses. Il sillonne l'Europe pour entretenir son réseau de relations, espérant le faire jouer en faveur de la liberté de conscience, et joue un rôle fondamental dans les relations avec la jeune colonie américaine de Pennsylvanie. Il organise le voyage aux Amériques de Francis Daniel Pastorius (1651 - 1720). Né à Sommerhausen en Franconie, dans une prospère famille luthérienne, celui-ci fait des études de droit dans les meilleures universités allemandes de l'époque : Altdorf, Strasbourg, Iéna. De 1680 à 1682, il travaille comme précepteur d'un jeune noble qu'il accompagne dans un tour d'Europe. En 1683, un groupe de mennonites, de piétistes, et de quakers de Francfort demande à Pastorius d'être leur agent pour acheter de la terre en Pennsylvanie en vue de s'y installer. Pastorius part pour Philadelphie il y négocie l'achat de 61 km² auprès de William Penn, propriétaire de la colonie, et il fonde ainsi l'implantation de Germantown, où il vivra jusqu'à sa mort. Proche des Quakers, avec trois d'entre eux, il signe un texte de protestation contre l'esclavage, le premier des colonies anglaises en 1688. Son nom sera utilisé par les nazis en 1942 pour nommer l'" opération Pastorius ", un projet d'attaque contre les États-Unis dont Philadelphie était une cible.

Furly s'occupe aussi du groupe de Johann Kelpius et le rencontre à Rotterdam. Johannes Kelpius naît sous le nom de Johann Kelp en 1673, près du village de Schässburg en Transylvanie. À l'âge de 16 ans, il est diplômé en théologie et a publié plusieurs ouvrages. Il est attiré par le piétisme et par l'ésotérisme, et devient disciple de Johann Jacob Zimmermann, lui-même disciple du théosophe Jakob Böhme. Zimmermann dirige un groupe de fidèle qui souhaite partir en Amérique. Il meurt subitement et Kelpius lui succède à la tête du groupe. En 1693, le Chapitre de la Perfection se rend à Rotterdam en vue de son départ pour le Nouveau Monde et passe en Angleterre. La Sarah Maria Hopewell est affrétée par Kelpius le 7 février 1694. Durant son séjour à Londres, le Chapitre de la Perfection établit des liens avec la Société des Amis (Quakers) et avec la Philadelphian society, un groupe de mystiques réuni autour d'une femme, Jane Leade.

Le groupe finit par s'installer au bord d'une rivière, le Wissahickon. Ils y établissent un programme régulier d'études privées et de méditation, et construisent un grand bâtiment, le Tabernacle, pour leurs réunions. Parmi les quelques livres de la petite bibliothèque, les oeuvres de Jacob Boehme dominent. Certains vivent en communauté, mais d'autres vivent durement dans des grottes et des cabanes d'ermites. Ils ne se donnent pas de nom particulier, car Kelpius ne veut pas créer une secte de plus, mais on les appelle les mystiques du Wissahickon, ou encore Society of the Woman in the Wilderness. Ils créent une école pour les enfants du voisinage, célèbrent un culte public, partagent leur savoir médical. Kelpius est atteint de tuberculose et meurt à 35 ans en 1708. Les derniers adeptes rejoignent Ephrata Cloister.

Le nom d'"Ephrata" a été utilisé pour nommer la communauté de Cocalico (le trou du serpent) River dans un des recueils d'hymne de Beissel, imprimé par Franklin en 1736 sous le titre " Jacobs Kampff und RitterPlatz ", Jacob's Place of Struggle and Elevation (terribilis locus iste). Ephrata de l'ancien Testament est le nom pré-israélite de Bethléhem. C'est sur la route d'Ephrata que Rachel, femme de Jacob meurt en donnant le jour à Benjamin. Et c'est Rachel qui construisit la Maison d'Israël. Conrad Beissel rêvait à la Vierge spirituelle qui construirait un nouvel Israël dans le nouveau monde où les Frères de Sion trouveraient la paix.

Eberbach en Allemagne, est la patrie de Johann Conrad Beissel, qui est né en 1690 et mort en 1768 à l'âge tintinesque de 77 ans. Son père était boulanger. De musicien il devient boulanger à son tour et mystique. A Heidelberg il est l'ami de Piétistes. Il émigre en Amérique et aborde à Boston en 1720. Apprenti tisserand à Germantown sous la houlette de Peter Becker, il décide de vivre en ermite et en 1721, il construit sa première cabane sur la rivière Conestoga (à l'emplacement de ce qui deviendra Cocalico); il y vit avec un compagnon et enseigne les enfants des immigrés allemands. En 1723/24, les Dunkards arrivent en Amérique. Beissel y recrute des disciples. Parmi les Dunkards qui passeront au Ephrata Cloister, on note Alexander Mack junior, les frères Eckerling qui disputeront le pouvoir à Beissel, Maria Eicher qui sera la prieure des Vierges Spirituelles, ou Roses de Saron, c'est à dire la fraternité féminine du Cloister. Le cloître d'Ephrata est fondé en 1732 par Johann Conrad Beissel. Il accueille des hommes et des femmes célibataires qui vivent une abstinence sexuelle et une dévotion spirituelle ardente. Les femmes et les hommes résident dans des quartiers séparés. L'ensemble inclut le Saron, la maison des soeurs célibataires. La maison des frères s'appellait Bethania.

Dans A Dissertation on Man's Fall, Beissel trace ses idées théosophiques d'après celles de Böhme et Gichtel. La chute de l'homme remonte à la séparation des sexes. Quand l'archange se rebelle contre Dieu, il excite l'ardent abîme en lui-même et s'exalte au-dessus de la douceur de la divine féminité.

Notons en passant que l'abîme est en grec Bythos, principe de tous les Éons qui vaut 681 (voir http://www.jwmt.org/v1n7/isop.html).

La propre féminité de Dieu est menacée et Il est obligé de réveiller sa propre masculinité et d'abandonner sa nature aimable pour Se protéger des ardeurs de Lucifer et du courroux de l'ange déchu. Dieu assume un rôle autoritaire et divise toute la création en mâle et femelle et assujettissant l'une à l'autre. Le prince rebelle ne put trouver aucune part féminine pour assouvir l'ardeur de sa masculinité. Alors Dieu proposa à sa part féminine abandonnée de créer un homme à leur image afin qu'il incarne l'unité et l'harmonie que la création avait perdues. Mais Adam corrompu en voyant les animaux divisés, souhaita l'être aussi. La féminité paradisiaque avait fui Adam et Dieu créa pour lui Eve qui reçut les signes de la concupiscence et fut soumise à la volonté de l'homme. La rédemption de la création passait par l'union fidèle d'Adam et Eve au niveau de la vie célestielle sans avoir à mourir. Eve, bien sûr, s'accoquina avec le serpent et ouvrit les voies de l'influence luciférienne. Mais selon Beissel, Eve n'avait qu'accompli les desseins de Dieu, et Lucifer serait enchaîner pour mille ans et Eve remplie de douceur et de lumière absorberait l'ardente abîme. Si Adam ne pouvait dompter ce qui a été réveillé en lui, le Christ ne se drapera finalement dans l'eau de la divine féminité qu'en subissant l'agonie du jardin de Gethsémani par laquelle sera abolie l'ardente volonté d'Adam (voir http://www.esoteric.msu.edu).

Pour Beissel, Jésus est un être androgyne dont la nature masculine est affectée par Sophia, ancienne déesse de la sagesse et partie de la nature originelle d'Adam. Tous les résidents d'Ephrata se considéraient comme partenaires matrimoniaux du Christ.

Beissel décide d'observer le Sabbat juif à la place du dimanche comme dans l'ancien Testament.

La Princess Augusta amènent deux des passagers, Durs Thommen et Benedict Yuchli, qui entrèrent au Ephrata Cloister. En 1738, financé par Benedict Yuchli, le bâtiment appelé Sion sort de terre ; c'est le lieu des activités de la mystérieuse Fraternité de Sion, qui semble avoir eu une certaine indépendance à l'intérieur du Cloister. L'occultisme semble y être poussé encore plus loin que le rosicrucianisne de Beissel lequel paraît ne pas tout savoir de ces cérémonies; on parle même de pratiques initiatiques dangereuses, d'élixir, de materia prima, de cérémonies secrètes datant du temps de Pharaons.

Peter Miller, successeur de Beissel, reconnut que la vie monastique n'était plus attractive pour les nouvelles générations. Il écrivit à Benjamin Franklin, que l'esprit des Américains avait pris un autre chemin. En 1813 mourut le dernier célibataire de la communauté et les années suivantes les membres restants formèrent la German Seventh Day Baptist Church.

Le Cloister eut de nombreux amis très estimables : Benjamin Franklin ; Voltaire qui en fait l'éloge dans son Dictionnaire philosophique ; Thomas Penn et Lady Juliane ; le gouverneur William Denny ; le Comte de Zinzendorf ; David Rittenhouse ; le Duc de La Rochefoucauld-Liancourt qui devint duc de La Rochefoucauld après l'assassinat de son cousin, Louis Alexandre, à Gisors, le 4 septembre 1792, défendant l'abolition de la Traite des Noirs, et fondant le 15 novembre 1818 la Caisse d'Epargne et de Prévoyance de Paris, première Caisse d'Epargne de France (voir http://badonpierre.free.fr/princess2/f044.html).

Le 11 septembre 1777, la bataille de Brandywine est une sévère défaite pour les troupes américaines; les blessés affluent au Cloister, seul hôpital moins d'une centaine de kilomètres du champ de bataille; ils arrivent comme ils peuvent, en charrette ou à pied pour ceux qui peuvent marcher. Les maladies contagieuses s'ajoutent aux blessures; la contagion frappe soignants et soignés, si bien que leur charité coûte la vie à ne nombreuses sœurs et à quelques frères, dont le dévouement ne faiblit pas pour autant; dans l'affolement, on ne pense pas à relever les noms, si bien que les soldats qui meurent sont enterrés dans un fosse commune avec cette simple épitaphe: "Hier ruhen die Gebeine von viel Soldaten" ("Ici reposent les restes de nombreux soldats").

12 h 15, Tzar, Macedonia

La montre de Gélis était bloquée sur 12 h 15. Et si cette heure signait une date : 1215.

Saint Sava, le plus jeune fils du roi Stéphane Némagna, vénéré dans toute la Serbie comme le protecteur des écoles nationales serbes, combina les réponses à l'hérésie bogomile, mère du catharisme, qui sévit en Languedoc, et au catholicisme en faisant appel au bien-être matériel et à l'expérience sensuelle de l'orthodoxie, mais aussi à la prédication en langue vernaculaire et à l'accès étendu aux sacrements, pour les laïcs, qui avaient été articulés en 1215 au quatrième Conseil de Latran. Ainsi ni le Bogomilisme ni le Catholicisme ne purent menacer à nouveau la région. Sa stratégie a pleinement réussi. C'est à partir de 1215 que Sava fit construire le monastère de Zica où plusieurs souverains de la dynastie Nemanjic furent couronnés. En 1219, Sava fut consacré par le patriarche de Constantinople premier archevêque et métropolite de la Serbie, avec son siège à Zica.

1215 est donc la date du concile Latran IV, convoqué par le pape de la croisade des Albigeois, Innocent III, où apparaît un nouveau personnage, le curé, et où est défini le dogme de la transsubstantiation. Le curé est un prêtre affecté à un territoire, la paroisse, avec la charge d'en soigner les âmes. D'où son nom, dérivé du latin "cura animarum" (soin des âmes). Le Concile exhorte les Grecs à se réunir et à se conformer à l'Église romaine, afin qu'il n'y ait qu'un pasteur et qu'un troupeau ; et l'on défend aux Grecs, sous peine d'excommunication et de déposition, de laver les autels où les prêtres latins avaient célébré, et de rebaptiser ceux qu'ils avaient baptisés, ce que certains Grecs faisaient parfois. Le concile règle l'ordre et les prérogatives des quatre patriarches d'Orient, mettant après l'Église romaine, qui a la principauté sur toutes les autres, comme mère de tous les fidèles, celui de Constantinople, puis ceux d'Alexandrie, d'Antioche et de Jérusalem.

Le pape Innocent III

Stefan Uroš IV Dušan a acquis le droit et porté le titre de tsar, seulement une fois qu'il est devenu souverain des grecs. En tant qu'empereur, il se réclame maître des biens que Dieu avait donnés à Constantin Ier le Grand, des terres et des grandes villes dans tout l'empire grec. Après la mort de son fils Stefan V, la Serbie ne contrôlant plus la majorité du territoire byzantin, le titre ne fût plus d'actualité. Le règne de l'empereur Dušan a marqué l'apogée de la Serbie médiévale. C'est le premier patriarche serbe Joannicius II et le patriarche Siméon, qui l'intronisent " Empereur des Serbes et des Grecs " le 16 avril 1346, le jour de Pâques, à Skopje en Macédoine.

Dans le Dictionnaire géographique portatif, Lyon et Paris 1809 de Vosgien on peut lire : Macédoine, (la) Macedonia, Province de la Turquie européenne, bornée au N. par la Servie et la Bulgarie, E. par la Romanie et l'Archipel, S. par la Livadie, O. par l'Albanie. Ce pays qui a été si célèbre, est peu de chose aujourd'hui. Salonique en est la capitale. C'est le pays du monde le plus propre à la culture du tabac (Ce qui justifie le nom des cigarettes bordures). Jean-Baptiste Ladvocat, né à Vaucouleurs en 1709, mort à Paris en 1765, fut prêtre, docteur et professeur (1740) et bibliothécaire (1742) de la Sorbonne, savant hébraïsant, il fut curé de Domrémy en Lorraine, le village natal de Jeanne d'Arc (voir http://www.1789-1815.com/ladvocat.htm).

Pour l'Eglise catholique, les Empires centraux représentaient des principes d'ordre, de hiérarchie et de conservation qui sont chers à la Papauté. Avant 1914, l'Autriche-Hongrie est le bastion du catholicisme dans l'Orient européen en face des Slaves : son expansion permet, par exemple, à Léon XIII de rétablir la hiérarchie ecclésiastique en Bosnie-Herzégovine ; mais le rayonnement de la Double Monarchie ne dépasse pas un domaine très limité.

Avant l'occupation de 1878, la Bosnie-Herzégovine n'avait pas d'épiscopat. C'était une terre de mission, relevant de l'évêché de Diakovar en Croatie, dont le titulaire, le vénérable Mgr Strossmayer, qui vota contre l'infaillibilité papale au Concile Vatican I, s'est acquis une réputation européenne par son éloquence, son patriotisme slave et son dévouement à la cause de l'union des deux Églises. Il espérait une Yougoslavie rassemblant tous les slaves du sud. Comme en mainte région de la Turquie d'Europe ou d'Asie, les paroisses bosniaques étaient desservies par des Franciscains; mais, au lieu de provenir de l'Italie ou de l'Occident, ces Franciscains bosniaques, dont les monastères demeurent les forteresses de l'esprit national slave catholique, étaient des gens du pays ou des pays voisins, pour la plupart Slaves de langue et de cœur, comme leurs ouailles. Les moines franciscains ne sont plus cependant les seuls dispensateurs du culte catholique. L'Autriche, d'accord avec le Saint-Siège, a créé un archevêché à Sarajevo, avec deux évêchés suffragants. Comme il fallait ménager l'influence des Franciscains, demeurés d'autant plus chers au peuple qu'ils sortent de son sein, un des trois sièges épiscopaux, celui de Mostar a été attribué à un moine. En outre, un grand nombre de paroisses sont demeurées, comme par le passé, aux mains des Franciscains (Notons que sainte Angelina de Corbara était une tertiaire franciscaine). A côté d'eux, ou au-dessus d'eux, s'exerce toutefois, aujourd'hui, une autre influence, celle des Jésuites, appelés en Bosnie depuis l'occupation, comme l'ordre le plus capable d'y introduire les idées ou les méthodes de la culture occidentale. Le haut enseignement laïque et ecclésiastique a été, en grande partie, confié à la Compagnie de Jésus. L'archevêque lui a remis la direction du grand séminaire de Sarajevo; et à Travnik, l'ancienne capitale, la Compagnie a fondé un gymnase classique, où sont élevés les fils de la plupart des fonctionnaires. En aucune région de l'Orient, l'union des Églises, si ardemment invoquée par le pape Léon XIII, n'aurait des effets plus profonds et plus durables. En aplanissant, si elle ne le comblait, le fossé historique qui, depuis tant de siècles, sépare le Serbe orthodoxe du Croate catholique, elle préparerait, avec l'unité religieuse, l'unité nationale du monde serbo-croate. Seule peut- être, l'union peut ouvrir la voie au grand songe des patriotes yougo-slaves et, de ces deux peuples jumeaux, séparés par des rivalités séculaires, refaire une nation et un peuple. Pour mettre un terme à l'espèce de schisme national qui divise le Serbe et le Croate, il semble que le plus sûr moyen soit de mettre fin au schisme religieux qui a été le principe ou la cause première de leur séparation et de leur long antagonisme. Le sentiment patriotique se joint ainsi au sentiment religieux pour entretenir, chez les Serbo-Croates catholiques, l'espérance de l'union des Églises. Aux yeux des Allemands et des Hongrois de la monarchie habsbourgeoise, cette union, tant souhaitée des patriotes croates, n'est qu'une forme du panslavisme, d'un panslavisme yougoslave qui, pour la monarchie dualiste, pouvait être peut-être plus périlleux que le panslavisme moscovite, champion de l'orthodoxie orientale (voir http://www.rastko.org.yu/rastko/delo/13017).

L'Union des églises était prôné par un Languedocien - ce qui nous rapproche un peu de Rennes - le Père Fernand Portal, né à Laroque (Hérault) en 1855, personnage très important et influent dans tous les domaines tant sur le plan national qu'international. Il oeuvra en direction des Anglicans avec Lord Halifax, Clémenceau fit appel à lui, en tant que conseil, en 1917 sur la question de la révolution russe. Son rôle de formateur dans différents séminaires l'a mis au contact de jeunes intellectuels, prêtres ou laïcs, avec lesquels il a développé des cercles d'études religieuses. Il a dirigé des revues dont le but était la connaissance approfondie des Églises, n'hésitant pas à prendre également hors de l'Église catholique des correspondants de haut niveau (anglicans, orthodoxes et protestants).

Cette politique de rapprochement a du être vue d'un mauvais œil par les nationalistes serbes qui craignaient l'empiètement de leur pré carré par les missions catholiques. Après l'occupation de la Bosnie-Herzégovine en 1878 par l'Autriche, de nombreuses sociétés secrètes anti-Habsbourg se créent parmi les Bosniaques Serbes, liées aux clubs nationalistes serbes. La principale "Mlada Bosna" (Young Bosnia), organisée en 1893. Après l'annexion de 1908, Mlada Bosna decide de resister aux Autrichiens par la violence. En 1910, Bogdan Zerajic, un étudiant de Mostar de 23 ans échoue à assassiner le gouverneur de Bosnie et se tue. Gavrilo Prinzip, assassin de l'archiduc François-Ferdinand le 28 juin 1914, faisait partie de Mlada Bosna. Il apparaît qu'il fut téléguidé par la Main Noire ou du moins armé par elle. Le chef de la Main Noire Dragutin Dimitrijevic surnommé Apis, qui voudrait dire "abeille" (du latin) ou "boeuf" (de la myhtologie égyptienne), avait déjà participé à l'assassinat du roi Alexandre Ier de la dynastie des Obrenovic alliée aux Habsbourg et de la reine, le 11 juin 1903.

http://theserbianarmy.spaces.live.com

En 1889, Milan Obrénovitch, roi de Serbie, abdique en faveur de son fils, Alexandre. Il répudie son épouse, la reine Nathalie de Serbie, et part vivre avec la femme d'un de ses secrétaires, Madame Christich. Alexandre est ramené à Belgrade, et Nathalie, ex-souveraine, décide de voyager et de chercher un lieu de résidence. Elle choisira Biarritz qui a eu le privilège de l'accueillir pendant 22 ans, et 10 ans sa dame d'honneur, Draga Maschin. Le jeune roi viendra à Biarritz en 1895. Alexandre profita de son séjour dans la station balnéaire pour parcourir la région à bicyclette, et notamment le circuit Biarritz-Boucau, via les plages, au grand dam des policiers chargés d'assurer sa sécurité, novices dans ce genre d'exercice. En 1897, année de la mort de Gélis, Alexandre revient à Biarritz.

Il a pu être pisté par des opposants serbes dès cette époque. L'émigration serbe au XIXème et début du XXème s'oriente surtout vers les grands centres urbains et les bassins miniers, en France, Belgique, Allemagne, États-Unis et Canada. Les populations agricoles cherchaient à améliorer leur quotidien dans les grandes villes du monde développé. L'immigration serbe en France est due à l'origine à l'alliance Franco-serbe. La Serbie a été dés sa libération de l'occupation ottoman un pays ou l'influence française s'exerça de façon continu. Elle est encore aujourd'hui le pays le plus francophone de l'ex-Yougoslavie. Sur les 114 boursiers serbes formés en France au XIXe siècle, 12 auront une carrière politique et 28 deviendront professeurs de l'université de Belgrade (voir http://jeunes-et-societes.cereq.fr/PDF-RJS2/MOULINIER.pdf).

Alexandre Obrenovic nouera dans la résidence royale Sacchino de Bidart une relation avec Draga Maschin. Nathalie renvoie Draga, qui part pour Paris. Alexandre la rejoint aussitôt, et l'emmène à Belgrade, pour en faire sa maîtresse officielle, puis finalement se marier avec elle en 1900.

La reine Draga Machin

http://fr.wikipedia.org/wiki/Draga_Mašin

Trois ans plus tard, le couple royal était assassiné dans le vieux palais de Konak, dans des circonstances tragiques et sanguinaires (voir http://www.geocities.com/jeromdimitri/seconde_capitale_fr.htm).

Le changement de dynastie permettra à Pierre Ier Karadjordjevic d'accéder au trône.

La Main Noire avait infiltré la plus grande société nationaliste serbe "Narodna Odbrana" (National Defence), fondée pour supporter la guerilla en Macédone. En 1909, Narodna Odbrana se restreint à une activité culturelle. "Ujedinjenje ili Smrt" (Union or Death) connue comme la Main Noire fut organisé par Apis en 1911 avec les régicides de 1903. Elle publiait un journal "Pijemont" (nommé d'après le noyau de l'unification italienne). Déçue par les institutions démocratiques rendues responsables de la trop lente unification des Slaves du Sud, la Main Noire rallie autour de " Piedmont ", une idéologie nationaliste autoritaire. Avec 178 membres actifs, la plupart de Serbie et jeunes officiers, la Main Noire jette les bases d'une organisation similaire aux conspirations militaires européennes sur des principes de loges maçonniques. En 1913 Apis devient le chef des services secret de l'armée. La Main espérait une troisième guerre balkanique limitée face à l'Autriche.

Et ta sœur (Angelina) ?

L'installation aux ultrasons qui se trouve dans le laboratoire du Professeur Tournesol et sensé détruire à distance une ville comme New York comme en font la démonstration en réduction les Bordures de la page 51, fait penser aux armes à " énergie dirigée " que Tesla avait décrit dans une théorie avant le début du vingtième siècle. Son fameux " rayon de la mort ", pensait-il, installerait la paix sur la terre parce qu'il pourrait détruire des cités entières partout dans le monde et instantanément (voir http://www.crystalinks.com/teslawheel.jpg).

A la fin de l'album, Tournesol, en pensant aux conséquences, détruit les plans de son arme comme Tesla aurait abandonné la légendaire expérience de Philadelphie (Pennsylvanie). La génèse du mythe de l'expérience de Philadelphie remonte à 1955, date de publication de The Case for the UFO, ouvrage de feu Morris Jessup, un scientifique titulaire d'un doctorat en astrophysique. L'Affaire Tournesol date de 1956. En 1884, âgé de 28 ans, Tesla débarque aux Etats-Unis comme le firent de nombreux autres Serbes. Les premiers arrivèrent après 1815, la plus large vague eut lieu de 1880 à 1914. Les premières années, les Serbes rejoignent d'autres groupes slaves comme le Slavonic Benevolent Organization fondé à San Francisco in 1857. La première organisation proprement serbe est la Srpsko Crnogorsko Literarno i Dobrotvorno Društvo (Serbian-Montenegrin Literary and Benevolent Society) de San Francisco créée en 1880, puis la Srpsko Jedinstvo (Serbian Unity) de Chicago en 1894. A l'est, 8 loges forment leur propre organisation à McKeesport, Pennsylvania, en 1901. La Srpki Pravoslavni Savez - "Srbobran" (Serbian Orthodox Federation - "Srbobran"), qui était d'abord une mutuelle, devient en 1929 la Srpski Narodni Savez (Serbian National Federation, SNF). Son quartier général était et reste Pittsburgh, Pennsylvania. La première église serbe en Amérique fut établie à Jackson, California, en 1893, suivie par McKeesport, Pennsylvania (1901), and Steelton, Pennsylvania (1903).

Nicola Tesla après avoir quitté la compagnie d'Edison où il a été floué, travaille à Pittsburgh (Pennsylvania) pour le magnat George Westinghouse qui vit l'importance du courant alternatif mis au point par Tesla et qui acheta ses brevets.

Nicola est l'un des cinq enfants de Milutin et Djuka , dont un frère (Dane, qui a été tué dans un accident d'équitation quand Nikola avait cinq ans) et trois sœurs : Milka, Angelina et Marica.

Angelina Tesla

Il se consacrera entièrement à la science, vivant dans un célibat perpétuel tel qu'il était prôné par Conrad Beissel.

" Tesla " est un mot serbe qui signifie herminette, qui est une sorte de hachette à lame tranchante recourbée et perpendiculaire au manche utilisée pour le rite de l'ouverture de la bouche chez les Egyptiens ou une hachette de charpentier à tranchant parfois recourbé, pour atteindre, pour tailler, mettre en forme des parties creuses ou concaves. L'abbé Gélis fut frappé avec une hachette.

Tombe d'Angelina Tesla et Jovo Trbojevic son mari

http://www.moje-kistanje.net/kolumna_22.htm

Le monument funéraire des Trbojevic indiquerait-il qu'ils étaient franc-maçons ?

Comme au XVIIIème siècle les hiéroglyphes n'ont pas encore été déchiffrés, l'égyptologie se résume alors surtout à une égyptomanie aux tendances ésotériques dans lesquelles puise abondamment la franc-maçonnerie. Elle transparaît ainsi dans la Flûte enchantée que Mozart compose en 1791, comme chez des auteurs préoccupés d'expliquer les religions. Au parc Monceau, Philippe d'Orléans étant grand maître du Grand Orient de France et qui avait créé sa propre loge maçonnique " Saint-Jean de Chartres à l'Orient de Monceau ", fit construire plusieurs fabriques d'inspiration maçonnique, en particulier le tombeau en pyramide et l'obélisque. Il. Le pavillon central servait d'habitation et de lieu de fête (voir http://cesarigd.club.fr/parcsafabriques/monceau/monceau1.htm).

Nana Mouskouri, Supérieure Inconnue ?

Avec ses chansons, Adieu Agelina :

Mais adieu Angélina le ciel se déchaîne

Je vais chercher la paix

Et Le Tournesol

Mais toi Monsieur, mais toi Monsieur,

Tu ne sais que fermer les yeux

Nana en saurait-elle plus qu'elle n'en laisse transparaître ? En tous cas, Sacha Distel ne s'en cache pas.