Partie XI - La Vraie Langue Celtique de l’abbé Henri Boudet   Etudes particulières de psaumes   Excursion en Ecosse : Tintin et L’Île noire   
LA VRAIE LANGUE CELTIQUE BOUDET TITIN ILE NOIRE ROSSLYN

L'Île Noire (initialement intitulé Les Nouvelles Aventures de Tintin et Milou) est le septième album de la série de bande dessinée Les Aventures de Tintin, créée par le dessinateur belge Hergé. À l'origine publié en feuilleton dans Le Petit Vingtième, supplément de l'hebdomadaire Le Vingtième Siècle, du 15 avril 1937 au 16 juin 1938, l'album paraît en novembre 1938 aux éditions Casterman. L'album est colorisé en 1943, avant d'être refondu en 1966, donnant la version actuelle (fr.wikipedia.org - L'Île Noire).

In 1938, Tintin and his faithful companion Snowy landed on the Black Island off Kiltoch. There they discovered two terrifying secrets: a deadly gorilla called Ranko and a counterfeiting operation masterminded by the sinister Dr Müller, who would be Tintin's nemesis in future adventures. The inspiration for this story had come in February 1934, when Hergé read an article in the sensationalist newspaper Le Crapouillot. It revealed the activities of one Dr Georg Bell, a Scot settled in Germany, who had worked with the Nazis to flood the Soviet economy with fake roubles. According to the newspaper, Bell had been liquidated by the Nazis when it seemed that he was going to tell all. In The Black Island, the political aims of the activities of Müller and his accomplices - which extend across Europe, as the notebook discovered by Tintin shows - are not made explicit. However, it is not insignificant that the doctor's chauffeur is called Ivan or that the leader of the gang is called Wronzoff. If the ape is an allusion to King Kong, Tintin's adventure also carries the influence of Alfred Hitchcock's 1935 adaptation of adaptation of John Buchan's The Thirty-Nine Steps (1915), in which Richard Hannay is pursued across the Highlands by Nazi spies. In the imagination of Hergé and others, Scotland therefore seemed rife with tartan treachery on behalf of Nazi Germany. That said, if, as we have already seen, the 'Nazi Laird' had some basis in reality, Scots of different walks of life, and differing motives, were prepared to turn, or appear to turn, traitor for the Fascist cause (Gavin Bowd, Fascist Scotland, 2013 - books.google.fr).

Bizarre, bizarre : Drôle de drame et l'Ecosse

Les Dupont disent "bizarre, bizarre", allusion peut-être au film Drôle de drame (1936).

Joseph Storer Clouston (Cumberland, 1870 – 1944). Il fait ses études à Édimbourg et à Oxford devant avocat. Il obtient un immense succès avec son second livre, Le Fou en liberté (The Lunatic at Large, 1899), un roman drolatique, auquel il donnera plusieurs suites : Count Bunker (1906), The Lunatic at Large Again (1922), The Lunatic Still at Large (1923) et The Lunatic in Charge (1926). Dans son abondante production (une quarantaine de titres), on trouve également deux romans d’espionnage : L’Espion en noir (The Spy in Black, 1917) et The Man from the Clouds (1918).

La Mémorable et tragique aventure de Mr Iwin Molyneux (His First Offence, 1911 - The Mystery of n° 47 aux USA), roman, traduit de l’anglais par Louis Labat. Paris, Éditions Albin Michel, «Les Maîtres de la littérature étrangère», 1922, 250 pages, épuisé. «À Londres, dans le quartier romantique de Saint-John’s Wood, Hyacinth Road, un étroit cul-de-sac, enfoui sous les ombrages, fait, en son milieu, un coude brusque qui en cache l’une à l’autre les deux extrémités. Chaque maison s’y défend contre les curieux par un mur de briques percé d’une porte presque invisible et toujours close. Celle qui porte le n°47 s’est tristement illustrée dans les annales du crime. Il y a quelques années, elle servait de résidence à Mr et Mrs Molyneux qui l’occupaient avec deux domestiques. Et comme bien des gens qui se rendirent célèbres par la suite, Mr Molyneux était, en apparence, le dernier des hommes qu’on dût s’attendre à voir impliqué dans un crime d’une atrocité sans exemple.» Un chef d’œuvre d’humour noir anglais publié en 1911 et adapté vingt-six ans plus tard par Jacques Prévert pour Marcel Carné, sous le titre Drôle de drame (Dictionnaire des écrivaions écossais traduits en français, 2013 - blog.librairie-compagnie.fr).

Kilt

Mais enfin dans la vie courante (celle qui passe vite et où ne s'essouffle que l'individu) on ne croise pas tous les jours le président de la République; aux stades inférieurs de la hiérarchie, les chefs se soucient moins de faire « humain », concret, individuel (bien souvent on ne connaît que trop leurs misères, leurs tics et leurs cravates) que de gagner en puissance symbolique (« Respectez au moins le costume que je porte », répète mécaniquement l'évêque Louis Jouvet dans Drôle de drame, et ce n'est drôle que parce qu'il l'a échangé contre une jupe écossaise (Marc Augé, Pouvoirs de vie, pouvoirs de mort: introduction à une anthropologie de la répression, 1977 - books.google.fr).

Que dire enfin de l'évêque Soper (Louis Jouvet) qui peste contre les ouvrages licencieux, mais qui, lorsqu'il est seul, regarde avec concupiscence des photographies de femmes que l'on ne qualifierait pas, dans les milieux bien-pensants, de vertueuses, et auquel une chanteuse a dédicacé ainsi un programme de music-hall : «A mon grand bébé Bedford» ? Et l'évêque, lui aussi, va se travestir. Convaincu que son neveu Molyneux a assassiné son épouse, Margarett, il mènera une enquête déguisé en Écossais, déguisement qui lui ôtera toute dignité et toute autorité (Carole Aurouet, Jacques Prévert, qui êtes aux cieux, 2001 - books.google.fr).

Cf. page 39 lorsque Tintin fait son effet ("Me voilà !") en revêtant les habits traditionnels écossais que le vieil homme qui l'héberge lui a procurés.

Le gorille Ranko et l'Ecosse

La paternité de l'idée de King Kong semble devoir être accordée à Meriam Cooper et à l'écrivain Wallace. Cooper était notamment ami de l'explorateur W. Douglas Burden et avait été fortement impressionné par un de ses articles sur les îles indonésiennes de Komodo et Wetar, paru dans le National Geographic, en 1927 (Frédéric Durand, Littérature et bandes dessinées fantastiques sur le monde malais: les Indonésiens sont-ils des extraterrestres?, 1996 - books.google.fr).

William Douglas Burden, naturalist, was born at Troy, N.Y.,24, 1898, son of James Abercrombie (q.v.) and Florence Adele (Sloane) Burden, grandson of James Abercrombie (q.v.) and Mary Proudfit (Irvin) Burden and greatgrandson of Henry (q.v.) and Helen (McQmat) Burden. His great-grandfather, a native of Dumblane, Perth, Scotland, came to America in 1819, settling first at Albany and later at Troy, N.Y. W. Douglas Burden was graduated A.B. at Harvard college in 1922 and did graduate work in physiography, geology and paleontology at Columbia university, from which he received an M.A. degree in 1920. For a year and a half after leaving Harvard he traveled in Japan, China, Mongolia, the Philippines, IndoChina, India and the Himalayas, studying the civilizations of the Orient. In the course of these travels he collected a number of mammals for the American museum of natural history, New York city. Since 1926 he has been a trustee of the museum. In that year he led the Burden East Indian expedition to the island of Komodo. This expedition, made under the auspices of the American museum of natural history, was for the purpose of studying and collecting both live and dead specimens of Varanus komodoensis, the largest living lizard, which theretofore had been known only from a single skin brought by natives to the Buitenzorg museum in Java. Successful in this primary quest members of the expedition also made general herpetological collections and brought back to this country the first motion picture films of the island of Bali. In 1927 Mr. Burden published the book, “Dragon Lizards of Komodo,” and he also contributed a scientific paper on Varanus komodoensis to American museum novitiates and several articles to magazines. Inspired by the jungle motion picture “Chang,” produced by Merian Cooper in 1927, he determined that before it was too late he would record in dramatic motion picture form the struggle for existence of the Ojibway Indians as it had been before the coming of the white man. The result was “The Silent Enemy,” which won the universal approval of critics for its vividly realistic and authentic reconstruction of Ojibway Indian life. Becoming interested in the possibilities of motion pictures in education, he organized in 1931 a firm known as Beacon Films, but realizing that he was ahead of the times, he dissolved it. In 1934 he began to consider the possibilities of an undersea motion picture studio and in 1937 he launched with others at the newly founded town of Marineland, eighteen miles south of St. Augustine, Fla, a $600,000 aquarium designed for submarine photography. These studios, formally opened to the public on June 23, 1938, under the name of Marine Studios, Inc., consist of two large oceanariums the only ones in the world and the only tanks specially designed for under water photography. One is polygonal in shape, 100x50 feet at its widest place and 18 feet deep. The other is circular, 75 feet in diameter with a depth of 11 feet. The two are connected by a flume and supplied with water from the nearby ocean. Enclosed galleries run at different levels around the perimeters of both tanks and each of the galleries faces inward upon portholes at various levels in the sides top and even the bottom of the inner tanks. where marine life is displayed in undersea surroundings approximating to the smallest detail its natural habitat. Included are many species of fish never before seen in captivity. Mr. Burden has been president of Marine Studios, Inc., since its inception. In 1928 he was instrumental in starting at the American museum of natural history the department of experimental biology, to which he has been attached since the beginning as a research associate. It is the first such department in any of the world's museums and through its medium the study of life and the opportunity for inquiry into the causes of animal behavior has been greatly extended. In the summer of 1921, while on vacation from Harvard, he assisted in making a report on the Serrenha and Boa Vista diamond mines in Minas Geraes, Brazil. During part of 1918 he was a 2d class seaman in a special instruction unit of the naval aviation service at the Great Lakes training camp in Chicago. He is a member of the American Geographical Society, the Crew of the Half Moon, Sigma Psi and the Boone and Crockett Club. In religion he is a Presbyterian. He finds recreation in reading, chess, hunting, skiing and traveling in primitive countries. He has been married twice: (1) at Menands, N.Y., July 28, 1924, to Katherine Sage, daughter of Ernest Ingersoll White, a lawyer of Syracuse, N.Y.; they were divorced in 1939; (2) in New York city, Jan. 26, 1940, to Elizabeth (Chace) Gammack, daughter of Malcolm G. Chace, a business executive of Providence, R.I., and widow of Thomas H. Gammack. By his first marriage he had three children : Katherine White, William Douglas, Jr., and Andrew White Burden; by his second marriage he had a son, Christopher Burden (The National Cyclopædia of American Biography, 1942 - books.google.fr, snaccooperative.org).

Iles noires

La Mélanésie (littér. îles noires, du grec "melas" 'noir' et "nesos" 'île') est l'un des trois grands groupes «traditionnels» d'îles de l'océan Pacifique qui, ensemble, forment l'Océanie.

La Mélanésie traditionnelle forme un arc situé au nord et nord-est de l'Australie et au sud de la Micronésie. Sont considérés comme en faisant partie les États ou territoires suivants : les Fidji (membre du Groupe mélanésien Fer de lance) ; la Nouvelle-Calédonie ; les îles Salomon (membre du Groupe mélanésien Fer de lance) ; Vanuatu (membre du Groupe mélanésien Fer de lance) ; la Nouvelle-Guinée divisée en 2 parties : la Papouasie-Nouvelle-Guinée (membre du Groupe mélanésien Fer de lance) et La Nouvelle-Guinée occidentale, faisant partie de l'Indonésie et divisée à son tour en deux provinces Papouasie et Papouasie occidentale. Ces États ou provinces ne constituent pas un ensemble politique homogène.

Le mot «mélanésien» est employé en linguistique dans l'expression "langues méso-mélanésiennes", qui désigne un sous-groupe de la branche océanienne des langues austronésiennes, parlées en Papouasie-Nouvelle-Guinée et dans les îles Salomon (fr.wikipedia.org - Mélanésie).

Chez les Dayaks, par exemple, le chaman conduit dans une barque l'âme du défunt ; sans son aide, celui-ci risque de s'égarer et, par conséquent, de ne pouvoir jamais trouver de repos. Cf. par exemple la description que donne W. Howell, A Sea Dyak Dirge [Sarawak Museum Journal, vol. I, 1911, pp. 19 sq. ; Mais, chez les Dayaks, il y a aussi la théorie que les âmes des morts s'envolent vers le Ciel, et le «guide» demande l'aide de l'Esprit du Vent et grimpe au sommet d'un arbre pour s'orienter ; cf. Ling H. Roth, The Natives of Sarawak and British North Borneo (Londres, 1896), I, pp. 208 sq. Ailleurs ce voyage vers le ciel se fait toujours dans une barque, comme par exemple dans les îles Marquises (cf. Captain David Porter, Journal of a Cruise made to the Pacific Ocean, seconde édition, New-York, 1822, vol. II, 113, cité par Frazer, The Belief in Immortality and the worship of the dead, vol. II, London, 1922, p. 364-65) (Mircea Eliade, Le problème du chamanisme. In: Revue de l'histoire des religions, tome 131, n°1-3, 1946 - www.persee.fr).

Les Dayaks sont en Indonésie, les Marquises en Polynésie, mais rapprochent de la Mélanésie ("îles noires").

Tintin paie sa barque comme on achète son passage à Charon, pour aller dans l'Orcus.

Barbe

Le mot "bizarre" vient du basque bizar (barbe) par l'espagnol et l'italien (Dictionnaire étymologique Larousse, 1969).

Il y a quelques barbes dans l'album :

page 2 : le médecin qui soigne Tintin d'une balle qui a glissé sur une côte

page 3 : Wronzoff qui accuse faussement Tintin d'une agression

page 5 : une fausse barbe qui déguise Tintin (on se demande où il l'a trouvée)

pages 6, 7, 8, 9, 10 : Wronzoff

page 9 : la barbe de la chèvre excitée par Milou et qui sauve Tintin

pages 15 à 18, 21 : Müller et sa barbiche

pages 24 à 26 : Müller

pages 31 à 33 : Müller

pages 36-37 : Müller

pages 39-40 : le viel homme qui héberge Tintin en Ecosse

page 42 : un Ecossais à qui Tintin demande de l'amener à l'Île noire

pages 47 et 48 : Wronzoff

page 51 : Müller

page 52 : Wronzoff

page 54 : Wronzoff

pages 56 à 59 : Müller, Wronzoff

Page 29, le mot est prononcé :

Tintin : - C'est tout de même vexant de les voir filer à mon nez et ma barbe.

Milou : - Ta barbe ?... Où est-elle, ta barbe ?...

Les douze liens (pièges) et la dignité

Tintin est pris au piège n° 9 parmi les douze installés dans la propriété du Dr Müller à Eastdown (Sussex).

Il y a douze liens qui libèrent de la mort selon l'inquisiteur dominicain Barthélemy de Ferrare (1368-1448) qui emploie le terme de "laqueus" désignant, en latin, le lien comme le piège (R.P.F. Bartholomaeo Ferrariense dominicano, De Christo Iesu abscondito pro solemnitate corporis eiusdem Domini nostri, libri sex. Quibus vniuersum fidei & religionis christianae negocium continetur, 1555 - books.google.fr).

Le neuvième est le lien de l'amour de la dignité.

Cassien, De cœnobiorum institutis, met l'acedia parmi les douze péchés des moines et l'appelle tœdium sive anxietas cordis. Cf. Ebert, Allg. Gesch. der Literatur des Mittelalters, vol. I, p. 334 (Georg Voigt (1827-1891), Pétrarque, Boccace, et les débuts de l'humanisme en Italie, traduit par M.A. Le Monnier, 1894 - archive.org).

Louis Bréhier dans son étude sur le schisme a écrit: «La question de la barbe a tenu une place parmi les griefs qui aboutirent au schisme.» Il s'agit du premier schisme du Xe siècle, et cette question va jouer un certain rôle au Concile qui doit aboutir à l'Union, c'est-à-dire abolir le schisme. En Orient, la barbe, pour les intellectuels et l'Église, est un signe de dignité indispensable. On rase les criminels. Comme les vêtements longs, la barbe est associée à la dignité religieuse. Ainsi dans Les Funérailles de saint Éphraïm, non seulement les moines, mais tous les saints ermites ou les prélats sont caractérisés par la longue barbe. Dans la représentation du Concile de Chalcédoine, à l'église de Tirnovo en Bulgarie (XVe siècle), tous portent la barbe, et en jugeant un hérétique, pour l'humilier on lui tire la barbe. Cette anecdote va loin pour éclaircir la relation entre le physique, l'extérieur, les types et la réalité vécue. Un voyageur espagnol de Cordoue, très curieux personnage, Pero Tafur, fait en 1437-1438 un voyage en Orient, au moment du départ du Basileus et du Patriarche pour le Concile de Ferrare où il les rejoindra et discute du port de la barbe avec l'Empereur (André Chastel, L'Italie et Byzance, 1999 - books.google.fr, Jacques-Antoine Dulaure, Pogonologie ou histoire philosophique de la barbe, 1786 - books.google.fr).

Wronzoff est russe (orthodoxe ?).

Modène

Comment donc est-on arrivé à placer le lieu de naissance de notre Barthélemy à Modène ? Le nom de cette ville n'est jamais mentionné dans les documents qui parlent de notre dominicain; jamais Barthélemy lui-même n'y fait la moindre allusion dans ses oeuvres. Il parle de sa jeunesse, passée à Ferrare, il raconte des événements qui intéressent la ville de Ferrare, il souscrit ses œuvres comme «Barthélémy de Ferrare». Et malgré tant de témoignages qu'on ne peut révoquer en doute, notre dominicain passa à l'histoire sous le nom de Barthélemy de Modène ! De fait, c'est sous ce nom qu'on le trouve dans les répertoires d'histoire littéraire anciens et modernes. Pour preuve de leur assertion, les historiens n'avancent que l'autorité de leurs prédécesseurs. Si l'on suit ainsi la filière des sources, on arrive à Jérôme Borselli (1432–1497) comme au premier responsable de cette notice sur l'origine modénaise de Barthélemy de Ferrare. Voici ce que le chroniqueur bolonais écrit dans sa Chronique des maitres généraux de l'ordre des Prêcheurs: «Frater Bartholomeus de Mutina, appellatus inquisitor ferrariensis, hoc anno, scilicet 1448, apud Ferrariam mortuus est. Hic fuit vir magnarum virtutum, theologus et in divinis scripturis eruditissimus. Edidit complura volumina per modum predicationum: De filio Dei abscondito, De pestilentia et multa alia que vidi in libraria conventus ferrariensis sancti Dominici». Il est manifeste que Borselli parle ici du dominicain dont nous avons décrit ci-dessus la vie et les oeuvres. D'après lui, l'homme connu sous l'appellation courante de «l'inquisiteur de Ferrare», est originaire de Modène, d'où son nom de «Barthélemy de Modène». On peut regretter que le chroniqueur n'indigue pas la source de son information. La tient-il des frères du couvent de Ferrare lesquels la lui ont communiquée pendant son séjour parmi eux lors du chapitre général de 1494 ? S'il en était ainsi ses dires gagneraient naturellement beaucoup en autorité, car il est à supposer que les frères de Ferrare devaient au moins savoir le lieu d'origine d'un de leurs plus illustres confrères! Mais devant la convergence de tant d'indices et de preuves qui plaident en faveur de l'origine ferraraise de l'inquisiteur dominicain il faudra bien chercher ailleurs une source d'information de Borselli, qui ait pu donner origine à son opinion. C'est, croyons-nous, l'inscription sépulcrale qu'il a vue dans le choeur du couvent de Ferrare. Borselli nous le suggère lui-même quand il dit dans la seconde partie de son éloge sur Barthélémy: «Sepultus est in ecclesia sancti Dominici eiusdem civitatis in medio chori cum isto epitaphio : «Progenite antiquis Mutine sub menibus alte / Marmoreo hoc tumulo Bartholomee iaces, / Divini interpres iuris quesitor et huius / Religionis eras philosophusque gravis. / Non valet hoc animi virtutem abolere sepulcrum / Quamvis defunctum corpus et ossa tegat ». Si cette inscription se réfère à notre dominicain, l'inquisiteur de Ferrare, comme Borselli l'a cru, il devient vraiment difficile de douter de l'origine modénaise de Barthélémy. Les inscriptions sépulcrales ne sont pas infaillibles, il est vrai - on en connaît plusieurs qui reproduisent des erreurs - mais le cas est ici tout spécial. Les Ferrarais n'auraient certainement pas permis qu'on fit un modénais d'un de leurs fils et citoyens les plus en vue, et cela à une époque relativement proche de sa mort! D'ailleurs est-ce possible qu'au couvent dominicain de Ferrare on ait pu ignorer le lieu de naissance de Barthélémy: Ferrare ou Modène ! (R. Creytens, Barthélémy de Ferrare O.P. et Barthélémy de Modène, deux écrivains du XVe s., Archivum Fratrum Praedicatorum, Volumes 25 à 26, 1955 - books.google.fr).

Jacques François Édouard Stuart, dit le « chevalier de Saint-George » (20 juin 1688, palais St. James de Londres – 1er janvier 1766, palais Balestra, Rome), fut prince de Galles de 1688 à 1689. Il est le fils du roi Jacques II d'Angleterre et d'Irlande et VII d'Écosse (1633-1701) et de sa 2e épouse, la princesse Marie de Modène (1658-1718) (fr.wikipedia.org - Jacques François Stuart).

Beaucoup d'historiens ont eu tendance à réduire l'exode jacobite à la Cour de Saint-Germain-en-Laye où Louis XIV avait généreusement et royalement accueilli son cousin Jacques alors que la majorité des Jacobites résidaient en province et non pas aupres du Roi Jacques (Patrick Clarke de Dromantin, Les réfugiés jacobites dans la France du XVIIIe siècle: l'exode de toute une noblesse "pour cause de religion", 2005 - books.google.fr).

Page 54, un membre de la bande de faux-monnayeurs réside en France : "Louis Bonvault, villa Gai Soleil de Saint Germain (Seine et Oise)".

C'est Saint Germain en Laye qui est aujourd'hui dans les Yvelines depuis 1967 (fr.wikipedia.org - Seine-et-Oise).

Il y a aussi un policeman du nom de T.W. Stuart apparaissant dans le journal Daily Reporter page 62.

Vronzov pour Vorontzov

Carlo Bossoli is considered one of the greatest Italian vedutisti of the nineteenth century. Born in Lugano, his family emigrated to Odessa in 1820 and settled in the already established community of Ticino. Bossoli started his professional life working in a print shop, but soon began to draw and paint himself. His talent was spotted by the Crimean nobleman Count Vronzov, who sent him to Naples and Rome to perfect his gouache technique. Following his artistic studies in Italy, Bossoli travelled extensively around Europe, Turkey and Asia, becoming a reporter ante literam compiling albums of views that had captured his imagination (www.sothebys.com).

Mikhaïl Semionovitch Vorontsov (30 mai 1782 - 18 novembre 1856), prince russe et maréchal, s'est illustré au cours des guerres napoléoniennes, et en menant la conquête russe du Caucase de 1844 à 1853. Il est le fils du comte Semion Romanovitch Vorontsov et de la compositrice Catherine Séniavina, et le neveu du chancelier impérial Alexandre Romanovitch Vorontsov. Il grandit à Londres avec son père, où il reçoit une éducation brillante (fr.wikipedia.org - Mikhaïl Semionovitch Vorontsov).

On trouve aussi Wronzov pour le maréchal Vorontzov (1837 - 1916) (Francis Roger Sedgwick, The Great War in 1914 : a sketch of the operations in Europe and Asia, with some reflexions and observations, 1921 - archive.org).

Illarion Ivanovitch Vorontsov-Dachkov, né le 27 mai 1837 à Saint-Pétersbourg, est un comte, chef militaire et homme d'État russe, représentant notable de la famille Vorontsov. Il a exercé plusieurs fonctions dont celle de gouverneur général du Caucase. Au début de la Première Guerre mondiale, il est officiellement à la tête des forces russes victorieuses des Ottomans lors de la bataille de Sarikamis bien qu'il ait partagé le commandement effectif avec le général Alexandre Mychlaïevski. En septembre 1915, il est relevé de son commandement ainsi que de la vice-royauté du Caucase et est remplacé par le grand-duc Nicolas Nikolaïevitch. Il meurt le 15 janvier 1916 au palais Vorontsov (fr.wikipedia.org - Illarion Vorontsov-Dachkov).

L'auberge du cerf blanc ("Ye White Hart")

L'enseigne "Ye White Hart" apparaît aux pages 35 et 36.

La devise, Dieu et mon droit, remonte au règne de Richard Ier, qui la prit pour montrer son indépendance de toute puissance terrestre. Edouard III la fit revivre, lorsqu'il fit valoir ses prétentions à la couronne de France. Presque chaque roi d'Angleterre adopta un symbole particulier, quelquefois un cerf blanc, d'autres fois un fanon avec un faucon, emblème par lequel Edouard IV faisait allusion à l'infidélité de ses maîtresses; d'autres fois une herse, devise de la maison de Lancastre, dont la plupart des princes étaient nés dans le château île Beaufort. La rose blanche était celle de la maison d'York, ce qui porta la maison de Lancastre à en adopter une rouge, par esprit de contradiction. Le chardon qui fait maintenant partie des armes royales, appartenait à l'Ecosse, et avait un sens assez fier, quand il était joint à ces mots : Nemo me impunè lacesset; «Personne ne m'attaquera impunément.» (William Guthrie, La Lande, Nouvelle géographie universelle, descriptive, historique, industrielle et commerciale des quatre parties du monde, 1807 - books.google.fr).

Sur le diptyque Wilton, Richard II porte l'ordre du Cosse de genêt, en même temps que l'ordre du Cerf blanc, pour lequel Richard II avait une prédilection. Ce motif emblématique est porté également par les anges sur le dyptique Wilton (Cor Engelen, Miroir du Moyen Age, 1999 - books.google.fr, fr.wikipedia.org - Diptyque de Wilton).

Richard II d'Angleterre (6 janvier 1367, Bordeaux – 14 février 1400, château de Pontefract, Angleterre), duc de Cornouailles, est le huitième roi d’Angleterre de la dynastie des Plantagenêt. Il règne de 1377 à sa destitution en 1399, dans une période de grande instabilité au sein de la guerre de Cent Ans. Fils d’Édouard de Woodstock dit le «Prince Noir», Richard naît durant le règne de son grand-père Édouard III (fr.wikipedia.org - Richard II).

On retrouve Richard II dans l'interprétation de l'album Tintin au Congo (Darmstadt : La piste Darmstadtienne : Tintin au Congo - www.nonagones.info).

Au Moyen Age, le cerf blanc était toujours identifié au cerf de César. A l'époque de Richard II, il existe un exemple quasi-contemporain de cette chasse au cerf blanc : Juvénal des Ursins, dans sa continuation des Grandes Chroniques de France, relate la capture en 1380 par Charles VI d'un cerf blanc dont le collier annonce : "Caesar hoc mihi donavit" (Marie-Claire Rouyer, Figures du souverain, 1996 - books.google.fr).

Cf. "veni vidi vici" prononcé par un Dupondt à la page 60.

Trahison

Une évolution, propre à l'Angleterre, dégage de plus en plus depuis le XIIe siècle la Trahison (seductio,traditio, proditio surtout) de la félonie, notion à l'origine bien voisine. Dès que s'élabore sous Henry II, comme nous venons de le voir, la classification des félonies, il apparaît qu'au-dessus de la félonie la royauté peut imposer un régime exceptionnel, si sa sécurité ou sa majesté se trouve en jeu. Au cas de Au cas de trahison (treason) le roi jouit de plusieurs privilèges, il peut imposer une peine particulièrement terrible. Il juge les clercs, malgré leur privilège de clergie, la trahison est, dit-on, unclergyable. Mais le point essentiel est que le roi prend tout au traître, non seulement ses meubles ou chateux, mais aussi ses terres, au détriment des seigneurs suzerains. Le danger était qu'oubliant le compromis d'Henry II ses successeurs ne cherchassent à entendre dans un sens de plus en plus large la trahison, afin de multiplier à leur profit les confiscations de terres. La plupart des traîtres du XIIe siècle sont des tenants en chef ou les vassaux des tenants en chef rebelles. Un souverain, aussi peu scrupuleux que Jean sans Terre, devait, pour s'emparer de nombreuses terres, saisir l'occasion propice de ces Normands qui, en 1204, venaient de le trahir en optant pour la France. La voie demeura ensuite ouverte à tous les abus, jusqu'à la Grande Charte de 1215. A ce moment les promesses, arrachées à Jean par l'aristocratie, délimitèrent le champ de la félonie et forcèrent la trahison à devenir quelque chose de bien distinct. Pendant un peu plus d'un siècle, la trahison, jalousement surveillée, n'arrivera plus guère à étendre son champ aux dépens de la félonie. En 1352 cependant, un Statut illustre (25 Edouard III, st. 5 c. 2) définit les faits qui constituent la trahison et les cas dans lesquels le roi peut confisquer les terres. Ce statut qualifie de grande trahison les faits suivants : 1° en premier lieu avoir préparé (compass) ou tramé (imagine) la mort du roi, de la reine ou de leur fils aîné, avoir séduit la la femme du roi, sa fille aînée non mariée, la femme de son fils aîné ; 2° avoir levé une guerre contre le roi dans son leur avoir donné aide et appui en Angleterre ou en dehors ; 3° avoir tué certains grands officiers : chancelier, trésorier, justiciers royaux, dans l'exercice de leurs fonctions ; 4° avoir contrefait les sceaux, la monnaie, en avoir introduit de fausses. A côté de ces cas intéressant directement le roi, l'on qualifie par analogie de petites trahisons (petty treason) le fait de tuer celui à qui on doit obéissance : le serviteur son maître, la femme son mari, le clerc son prélat, mais c'est là une branche accessoire de peu d'importance ; plus proche que la, félonie, puisque ici c'est le seigneur, et non le roi qui reprend les terres du coupable. Le parlement en dressant une liste limitative des grandes trahisons cherchait évidemment à mettre un frein aux extensions royales arbitraires. Il se réserve donc à lui seul le droit d'apporter des modifications au Statut des trahisons. C'est ce qu'on exprime en disant que la trahison est statutaire, et en l'opposant à la félonie, déterminée par la coutume du droit commun. Une curieuse conséquence de ce Statut est que la liste précédente, dressée sous le vainqueur de Crécy, monarque glorieux et indiscuté, à une époque où la monarchie anglaise n'est guère menacée, est singulièrement restreinte. Du fait de la difficulté de l'accroître, elle ne devait pas tarder à paraître tout à fait insuffisante, surtout entendue au sens le plus strict. Ainsi, ne sont pas des trahisons : le fait de parcourir le pays en armes, en rançonnant et en se livrant à des violences, le fait d'usurper les fonctions royales, de comploter l'emprisonnement du roi, sa déposition, de comploter une révolte armée, tant que celle-ci n'est pas déclarée. Le complot (cons- piracy) n'est pas estimé trahison avant un commencement d'exécution, il est évident qu'ensuite il est souvent trop tard. Il était donc tout à fait nécessaire, pour les besoins du gouvernement dans les périodes de désordres politiques, par exemple en 1381, 1387, 1397, d'arracher au Parlement de nouveaux cas de trahison. Mais ce que le Parlement consentait à contrecœur, était défait à la première occasion. L'usurpation d'Henry IV en 1399 amenant le renversement de la politique de Richard II, devait rapidement fournir législation sévère, mais prudente, qui avait étendu les cas de trahison dans les dernières années du XIVe siècle (Frédéric Joüon des Longrais, Le droit criminel anglais au moyen âge 1066-1485, Revue historique de droit français et étranger, Volume 34, 1956 - books.google.fr).

Après la mort de Richard II d'Angleterre à la prison de Pontefract, Henri IV n'a de cesse de faire taire la rumeur qui le dit vivant et exilé en Ecosse (M. Kervyn de Lettenhove, Chroniques de Froissart, Tome 16 : 1397-1400 (depuis l'arrestation du duc de Glocester jusqu'a la mort de Richard II), 1872 - books.google.fr).

At the age of eleven years Richard II. succeeded to the throne of his grandfather. The troubles of his reign did not altogether prevent his attention to the affairs of the Mint. He enacted several laws with regard to the to the importation of bullion, to the assay of gold and silver, &c., but besides accommodating the legend on the obverse to his name, he did not make any alteration in the dies of his grandfather. His gold and silver coins are therefore precisely similar to those of his predecessor (Bazaar Exchange and Mart, and Journal of the Household, Volume 13, 1875 - books.google.fr).

On the 24th day of November 1386, the Under-Sheriff for Lincoln delivered into the Court of Exchequer a Die counterfeit of the King's Die (with which certain false Moneyers, who were drawn and hanged for the same, had made gilded Halfpennies, not of Gold but of some other metal), and also six pieces of the false Coins themselves, together with one small piece of Silver weighing nine or ten Pennyweights, and two pieces of the Metal of which the said false Money was made. And the said Under-Sheriff declared that he had found the said Die, and all the articles above-mentioned, in the custody of the said Moneyers; which Die, &c. he delivered to the Chamberlain of the Exchequer, to be kept to the King's used. The Ordinance for reducing the current value of the Scotish Coins seems not to have been sufficiently respected; and accordingly, in the year 1387, a Writ was issued, dated on the 30th of July, by which all the Sheriffs in England were commanded to make Proclamation in every week, until Michaelmas next ensuing, that Scotish Money should be received or paid at no more than the following rates; namely, the Penny for one Halfpenny Farthing, and the Halfpenny for a Farthing and half of English Money, in buying or selling, or in any other manner. And that every one should bring such Money to the King's Bullion, there to receive the said value for it; so that if any such Money should be found in the hands of any person whatsoever, after the said Feast, it should be forfeited, one half to the King, the other to him who should find the same. The solemnity with which the counterfeit Die, &c. were delivered into the Court of Exchequer seems to show that the practice of falsifying the Money had at that time been alarmingly extended; and this idea is confirmed by the issuing of a special Commission, in the year 1389, to the Earl of Northumberland, Sir Robert Belknap, and Sir William Skipwith, before whom seven Counterfeiters of Money were convicted at Lincoln, who had increased one Noble to ten Shillings, by making it into six Farthings. All the seven were drawn and hanged, at the same time. It does not appear, from this account, that the Money made by these persons was base, but that they had melted down the Noble, and re-coined it into six Quarter Nobles, or, as they were called, Farthings of Gold. [...]

We have seen that the quantity of Scotish Coin which was brought into England had been long complained of by the Commons as injurious to them, and that measures were taken to restrain the circulation of it by lessening its current value. In 1390, however, the poor Commons, as they stiled themselves, renewed their complaints, and stated, that, whereas they had in the reign of the late King desired that the Groat might be reduced in its current values, they now petitioned that not only the Groat, but also the Half Groat, the Penny, the Halfpenny, and the Farthing of Scotish Money might be utterly removed out of the Realm ; and that inquiry might be made of such as had carried the Money of England into Scotland, to make Bullion, or Money of Scotland, to the prejudice and injury of the King and the Realm. The King's answer was not favourable to the spirit of this Petition, as to the total banishment of Scotish Money out of England; but he declared it to be his pleasure that the Groat, Half Groat, Penny, and Halfpenny of the Coinage of Scotland should be current for no more than half their value. And if the said Money should be again diminished in weight, its current value should be brought down in proportion; and that Commissioners should be appointed, throughout the Realm, to inquire of those who should carry or send the Money of England into Scotland, to be converted either into Bullion or into Money of that Kingdom h. This answer forms the 12th Chapter of a Statute which was made in the same 14th year. [...]

In 1393, no Gold nor Silver of Scotland, nor of other lands beyond the sea, should run in any manner of payment within the Realm of England, but should be brought to the Bullion, there to be changed into the Coin of England, upon pain of forfeiture of the same, and of imprisonment, fine, and ransom of him who should do the contrary; and that no man should send any English Money into Scotland, to change the same in Money, or for Scotish Money, upon the pain next aforesaid. About this time, John Elyngeham and William Strathern, Serjeants at Arms, were directed to inquire concerning Henry Goldsmyth, of Eton in the County of Bedford, who was suspected of having counterfeited the Coins of Gold and Silver in that village; and to take him, together with his engines, instruments, and counterfeit Money, and to bring him before the King and Council P. (Rogers Ruding, Annals of the Coinage of Britain and its Dependencies, 1817 - books.google.fr).

After Richard II. had been compelled to resign his crown, Henry, Duke of Lancaster, obtained the throne by hereditary right, as the descendant of King Henry III. The coins of this monarch, before the thirteenth year of his reign, were of the same weight as those of Richard II and are therefore easily distinguished from those of the succeeding Henries. [...]

False money still continued to be brought into the realm, notwithstanding the statutes which had been made to prevent that practice. The Scotch appear to have been the chief offenders importing false money of Scotland, resembling the coin of England, and of false alloy (Bazaar Exchange and Mart, and Journal of the Household, Volume 13, 1875 - books.google.fr).

Barbe et trahison

Il y a deux mentions de trahisons dans l'album : "Zut je me suis trahi" dit Tintin déguisé avec sa fausse barbe blanche page 6 et "Trahison, la police !" dit Wronzoff avec sa vraie barbe noire, page 59. Alors qu'apparemment aucun membre de la bande n'a eu de connivence avec la police ou Tintin.

Quand Charles et son année entendent le cor de Roland mourant, Ganelon cherche à empêcher qu'ils retournent. Il affirme d'abord que Charles se trompe en croyant reconnaître le cor de son neveu. Ensuite, que Roland s'amuse: en orgueilleux qu'il est, il sonne non pas dans un des cas spécifiquement prévus par le code vassalique (pour appeler à l'aide) mais à titre privé. On le sait capable de se mettre a u-dessus des lois, et par exemple de sonner «tout un jour» pour égayer une chasse au lièvre. Le duc Naimes intervient alors, pour affirmer que c'est bien Roland, et que le son que l'on entend montre qu'il est bien près de mourir. Charles peut alors agir: il fait retourner l'armée, non sans avoir jeté Ganelon en garde aux cuisiniers. Ils ne se font pas faute de le traiter en traître : leur violence est terrible et infamante : coups de bâton, barbe arrachée poil à poil (Florence Goyet, Penser Sans Concepts, Fonction de L'épopée Guerrière: Iliade, Chanson de Roland, Hôgen Et Heiji Monogatari, 2006 - books.google.fr).

Thomas More déclaré coupable de haute trahison fut décapité le 6 juillet 1535, à l'âge de 53 ans. Lorsqu'il fut au pied de l'échafaud, il dit à ceux qui étoient auprès de lui : Mes amis, aidez-moi à monter; quand je descendrai je n'aurai pas besoin de vous. Quand il eut posé sa tête sur le fatal billot: Un moment, dit-il, en retirant sa longue barbe qui s'étoit engagée sous son menton, ma barbe n'est pas coupable de haute trahison; il n'est pas juste qu'elle soit coupée (James Thomson, Les saisons, 1806 - books.google.fr).

Diogène

Non-seulement Shakespeare a pris à Lyly ses procédés et son goût, mais il lui a fait à plusieurs reprises des emprunts plus directs, et on pourrait citer quelques passages où il l'a imité presque littéralement (Alfred Mézières, Prédécesseurs et contemporains de Shakspeare, 1863 - books.google.fr).

Campaspe (1584) de John Lyly, qui met en scène Alexandre le Grand, figure par excellence de la souveraineté, et pas moins de huit philosophes (dont Platon, Aristote, et Diogène), fait, semble-t-il, la démonstration qu'il ne suffit pas de professer la vertu. L'éthique n'est que le vernis de la tyrannie si les actes ne rejoignent pas la pensée. Car comment prétendre conduire les autres si l'on n'a aucun empire sur sa propre personne ? Comme l'avoue Alexandre, en conclusion de la pièce, «Ce serait honteux si Alexandre prétendait gouverner le monde, alors qu'il ne pouvait se gouverner lui-même.» (Danielle Quéruel, Le théâtre médiéval : de la moralisation à la propagande, Le théâtre élisabéhain, Théâtre et politique: de la fin du Moyen Age à nos jours, Numéro 8 de Revue française d'histoire des idées politiques, 1998 - books.google.fr).

- Gaunt : Think not the king did banish thee, / But thou the King. (Ricahrd II, Acte I, scène III, v. 278-9). [...]

278-9 Lyly tells the story of the philosopher who, when told that the Synoponetes had banished him from Pontus, replied that he banished them from Diogenes (Kenneth Muir, The Sources of Shakespeare's Plays, 2014 - books.google.fr).

Philosophe grâce à l'exil (DL, VI-49), il apprend à l'occasion de ce premier malheur à les surmonter tous (DL, VI-63). On invente un oracle sur mesure pour expliquer le faussaire par un malentendu. En fait, Diogène, «prompt à convoiter» (DL, VI-56), ne fut pas toujours sage. La vocation demande parfois une conversion. L'exil, ce mal absolu dans un monde où les citoyens ont seuls la parole, lui ouvre les yeux. Ayant saisi le vrai de l'existence, le faux-monnayeur, désormais, va «transformer les moeurs (usages, lois, nomisma comme les monnaies» (DL, VI-71). Il prêche d'exemple (DL, VI-71). Jusqu'à la provocation mais d'abord par le symbole. «Il entrait au théâtre par la porte de sortie et comme on s'en étonnait, il déclarait «je m'efforce de faire dans ma vie le contraire de tout le monde»» (DL, VI-64). Diogène accepte la vision agonistique des anciens Grecs et la structure binaire de pensée que partagent Aristote et les pythagoriciens, mais il inverse l'ordre des valeurs. Il range du côté positif la douleur, la pauvreté, la nature (phusis) ; du côté négatif le plaisir, la richesse, la loi (nomos). «Il affirmait opposer à la fortune son assurance, à la loi sa nature, à la douleur sa raison» (DL, VI-38). Le plaisir représente un mal parce qu'il enchaîne l'âme au corps, à la terre ; la douleur, un bien, si on l'accepte et à partir du moment qu'on la déclare telle. Bien plus, on retrouve le plaisir, un plaisir gagné, mérité, inoffensif, au-delà de la peine (DL, VI-71). La richesse, compagne du plaisir, qui favorise les appétits, la débauche de tous les sens, est source de tyrannie. La seule richesse acceptable disait Antisthène, appartient à l'âme (Xénophon, Banquet). Le choc de l'exil, plus la fréquentation d'Antisthène pouvaient tourner Diogène vers la sobriété, l'austérité même. Théophraste raconte qu'une souris lui servit d'exemple et de modèle. Première méditation, sinon premier contact, du futur Chien à l'école des animaux (Jean-Pierre Larre, Diogène: Ou La science du bonheur, 1997 - books.google.fr).

A qui lui reprochait un jour d'avoir fait de la fausse monnaie, il dit : «Il fut en effet un temps où je vous ressemblais, mais vous ne serez jamais ce que je suis maintenant».

Quelqu'un s'étonnait de voir tant d'ex-voto à Samothrace. «Il y en aurait bien davantage, dit Diogène, si ceux qui n'ont pas été exaucés en avaient aussi consacré.» Cette réponse est quelquefois attribuée à Diogoras de Mélos (Jean-Pierre Larre, Diogène: Ou La science du bonheur, 1997 - books.google.fr).

L'empereur Julien se peint sous les traits d'un homme de cabinet aux doigts tachés d'encre à force de tenir la plume. Mais il le fait dans le Misopogon, dans le passage où par ailleurs il se déclare laid, hirsute et couvert de poux. En somme, il assume les sobriquets de «barbe de chèvre» et de «cuistre» dont il était affligé, mais de l'injure il fait une caricature. Or, dans toute caricature, il y a une part de vérité. Julien se reconnaît tenté par le modèle de l'érudit, mais reconnaît aussi que ce modèle est potentiellement dérisoire. [...]

Julien cite une fois le fragment 40 d'Héraclite qui proclame : «Abondance d'étude n'instruit pas l'esprit». A elle seule, cette citation n'aurait pas grande signification, la critique de la polymathie étant un pur et simple lieu commun69. Bien plus saisissante est la manière dont Julien promeut, en la personne de Diogène, le modèle du philosophe sans textes qui prouve la sagesse en agissant. Pour atteindre la sagesse, Platon, dit Julien, a eu recours aussi aux "logos", alors que Diogène n'a eu recours qu'aux "erga", et cela ne le rend pas inférieur à Platon. Julien ne s'arrête pas là : les actes, poursuit-il, pourraient bien constituer la meilleure voie ; Platon en était d'accord, et n'a pas perdu son temps à écrire des textes : les dialogues, ainsi qu'il l'a lui-même révélé, ne sont pas de lui. Voilà une position qui est totalement incompatible avec une pédagogie philosophique fondée sur l'étude minutieuse des textes platoniciens. Julien, qui par ailleurs approuve cette pédagogie, ne semble pas s'apercevoir qu'il est en train d'en saper le principe, tant est puissant l'attrait exercé sur lui par le modèle diogénien. La philosophie cynique, révélée aux hommes par Apollon et Héraclès, n'a besoin d'aucun traité technique (Jean Bouffartigue, L'Empereur Julien et la culture de son temps, 1992 - books.google.fr).

Le titre de Misopogon veut dire «L'Ennemi de la barbe», du grec misein. «haïr», et pogon, «barbe». Le Misopogon, pamphlet écrit à Antioche au commencement de 363, est une satire de la licence et de la mollesse qui régnaient en cette ville, en réponse aux chrétiens d'Antioche qui raillaient les mœurs austères de l'empereur et sa barbe qu'il portait longue, à la manière des philosophes (Johann Peter Süssmilch, "L'ordre divin" aux origines de la démographie, Tome III, 1979 - books.google.fr).

Naturelle par sa croissance, proche de l'animalité et attribut, la barbe, pour les cyniques, ne doit être ni rasée ni taillée, ce à quoi s'emploie Diogène refusant de se soumettre aux conventions sociales qui exigent un menton glabre (Maryse Adam-Maillet, Analyses & réflexions sur Jean Giono : Les grands chemins, 1998 - books.google.fr).

Pour les chiens/cyniques ont a Milou, qui se comporte en ivrogne et en glouton (réputation indue du cynique), et le danois de la propriété de Müller, page 14, les danois furent souverains des Orcades. On pense aussi au bailli de l'île de Man (autre île) dans La Fée aux miettes (qui se passe dans un asile d'aliénés de Glasgow) de Charles Nodier, au corps humain et à la tête de chien danois. Pour le tonneau, ceux remplis de whisky à la page 35.

Les cyniques auraient reçu leur nom, outre leur caractère mordant, d'un quartier d'Athènes Cynosargue (maison du chien blanc ou léger), lieu où Antisthène enseigna (Nicolas Furgault, Nouveau recueil historique d'antiquités grecques et romaines en forme de dictionnaire, 1768 - books.google.fr).

Le cynisme procéderait par exclusion sans exclusivité : exclusion du sujet hors du flux circulant de la valeur, mais sans qu'aucune exclusivité soit projetée sur les objets. Alors que l'avare et le jaloux tentent de créer une unité intégrale en résistant à l'échange social généralisé, le cynique parvient au même résultat en s'excluant lui-même - et non pas avec l'objet - de l'échange. Il renonce à sa part, adopte une extérieure, et ne renoue avec la collectivité que pour y mettre en circulation de la «fausse monnaie» (Denis Bertrand, Sémiotique et humour, 1993 - books.google.fr).

L'acte de naissance du cynisme, ou du moins de la naissance de Diogène au cynisme, consiste en un geste de dévaluation complète de la monnaie comme instrument de l'échange marchand et comme étalon de la valeur économique des choses sous la forme du prix. À ses yeux, la monnaie est en effet une convention purement arbitraire et aliénante. Elle est la fausse «mesure» de la démesure sociale abusivement institutionnalisée, dont nous ignorons le plus souvent qu'elle engendre violences et servitudes en tous genres. Cette attaque contre la monnaie a beau n'être qu'un cas particulier d'un geste plus large de dévaluation du «politikon nomisma», de la «monnaie politique», soit de toutes les valeurs ayant cours dans la cité [DL VI, 20], elle n'en porte pas pas moins sur celle dont la portée symbolique, politique et économique est sans doute la plus forte parce qu'elle est la plus reconnue (Etienne Helmer, De quoi la monnaie est-elle la mesure, Cahiers d'économie politique: Histoire de la pensée et théories, 2017 - books.google.fr).

Le seul acte d'achat visible de Tintin se trouve à la page 42 pour louer puis acheter l'embarcation qui lui servira à aborder l'Île noire repaire des faux-monnayeurs. On ne l'a jamais vu changer sa monnaie belge, et d'ailleurs d'où tire-t-il tout cet argent qu'il n'a jamais perdu dans ses tribulations ? Peut-être est-ce même de la fausse monnaie anglaise ?

Dignité et cynisme

Le maître-mot des cyniques était la frugalité, le charme de la vie simple. Lorsque Antisthène posa que celle-ci était conforme à la nature, la lutte des sophistes contre la tradition se transforma en lutte contre les complications artificielles à l'intérieur de la tradition. Le sage ne reconnaît que ce que la nature animale exige impérieusement, il méprise ce que seules des inventions humaines font apparaître comme digne d'être désiré ou d'être suivi. Ce qui recouvre aussi des rapports juridiques tels que la famille, la patrie, le devoir civique ; ils ne sont innés chez aucun homme, l'Humain lui-même n'est pas inné. Ce sont les chiens qui sont dans le juste : pas de propriété, pas de mariage, pas de pudeur, insouciants de ce qu'il faut faire ou ne pas faire. Au-delà de cette recommandation licencieuse, les cyniques ont fait de la simplicité un critère du droit naturel qui depuis se retrouve dans tous les mouvements inspirés par le dégoût de l'abondance (Ernst Bloch, Droit naturel et dignité humaine, traduit par Denis Authier, 1976 - books.google.fr).

La dignité s'acquiert par la vertu, et la capacité à s'abstenir de faire le mal est le seul moyen qui lui permet de juger l'importance d'une personne. Le comportement qui a du mérite est celui qui élève les autres et soi-même. Ainsi la dignité de a mère l'intéressera plus pour sa nature, que sa fonction. Sa fonction de mère devient peu à peu négligeable, car sa nature en tant que personne est la seule valeur à laquelle s'attachera Diogène adulte. Il ne saura lui donner d'autre rôle, et ce sera à sa mère d'accepter les conséquences de la vision de son fils, en confrontant sa propre échelle de valeur à celle du cynique (F.M.R., Pensées cyniques: Vie et naissance de Diogène, 2011 - books.google.fr).

Cicéron critiquait le manque de dignité chez Diogène lors de ses pratiques publiques d'onanisme (Alberto Eiguer, Le cynisme pervers, 1995 - books.google.fr).

Cependant, c'est une indication précieuse pour se méfier de vouloir prendre au premier degré leurs jeux de mots supposés involontaires. La langue de ces oiseaux-là est à lire, à relire et à déclamer à haute voix. Le même raisonnement doit s'appliquer avec profit concernant la remarque qu'exprime Milou au bas de la même page et, comme il se doit, dans la langue cynique.

Les méchants de Hergé ont marqué les esprits des lecteurs par leur cynisme et leur réalisme, à commencer par l'infâme Rastapopoulos. Cupide, violent et fourbe, il constitue un parfait méchant récurrent de roman policier, dans la lignée des Moriarty, Mabuse et autre Fantômas. D'autres méchants, tel le docteur Mùller, Mitsuhirato ou Allan n'apparaissent que quelques images, de loin en loin, mais sont si réussis qu'ils restent gravés à jamais dans l'esprit des lecteurs (Bob Garcia, Hergé & le polar, 2007 - books.google.fr).

A l'époque de Diogène, le tonneau n'existait pas encore, puisqu'il s'agit d'une invention gauloise ! En réalité, Diogène squattait une grosse amphore ou jarre en terre cuite, destinée à transporter et stocker les céréales ou le vin – pithos en grec – sur l'agora athénienne. C'est vraisemblablement un problème de traduction qui est à l'origine de cette erreur, que l'on traîne depuis des siècles et qui situe le domicile habituel de Diogène dans un tonneau, en lieu et place d'une grosse amphore (Lydia Mammar, Toutes ces âneries qu'on apprend à l'école, 2014 - books.google.fr).

Richard II couronné lui faisait horreur ; Richard II dégradé lui fait pitié. Tant que Richard était sur le trône, Shakespeare ne voyait en lui qu'un tyran féroce, hypocrite, lâche, rapace, cynique, sanguinaire, égoïste, hideux; dès que Richard est déchu, Shakespeare ne voit plus en lui qu'un homme. Et, comme le tyran le révoltait par ses violences, l'homme le désarme par ses faiblesses (François Victor Hugo, Traduction des oeuvres de Shakespeare, Tome 11, 1863 - books.google.fr).

Vision des faux-monnayeurs

Voyez, par exemple, les faux-monnayeurs. C'étaient autrefois des cyclopes barbus, à la mine féroce et truculente, aux bras nerveux armés de lourds marteaux, habitant dans des cavernes d'où s'échappaient, comme du soupirail de l'enfer, des lueurs étranges et sinistres, des coups sourds et cadencés, où ruisselait dans des creusets. [...]

Le faux-monnayeur d'aujourd'hui n'a plus cette allure pittoresque et dramatique. Que dis-je ? Le faux-monnayeur n'existe plus, le papier-monnaie l'a tué : il n'y a plus maintenant que des contrefacteurs. Plus de souterrains, de fourneaux, de marteaux, de balanciers, le contrefacteur n'en a pas besoin, il opère en chambre ; un châssis en cuivre, une planche en bois, une petite presse de bureau, quelques chevilles, du papier, de l'encre et des acides, voilà ses éléments de production. Son matériel peut tenir dans un tiroir ou dans un sac de voyage. C'est un graveur, un artiste comme un autre, si ce n'est qu'il travaille dans le faux et se constate à lui-même qu'il encourt la peine des travaux forcés à perpétuité. D'ailleurs homme du monde, mis à la mode du jour, ganté de jaune et chaussé de vernis, poli, sociable, point sauvage, ami des plaisirs faciles, et prodiguant en vrai gentleman les produits de sa petite industrie (Le Monde illustré, 1862 - books.google.fr).

Les faux-monnayeurs de l'Île noire ont leur imprimerie dans une pièce du château à flanc de rocher, dans une quasi-grotte pages 48-51.

Gide

On tombe forcément sur Les Faux Monnayeurs de Gide surtout qu'ils furent publiés en 1926, une dizaine d'année avant L'Île noire, et qu'ils scandalisèrent jusqu'en Belgique.

N'est-ce pas lui-même qu'en dernier ressort André Gide aurait payé de fausse monnaie, par ce livre cynique qui n'est pas un livre franc ? Cette haine de la famille, milieu délétère pour le jeune animal humain, dont il cherche naturellement à s'évader ; cette ostentation de vice, cette froideur avec laquelle sont racontés horreurs ou délits, s'expliquent par une petite phrase d'un des héros, jeune protestant assez inquiétant : « Oui, je crois que c'est ce que j'ai de plus sincère en moi : l'horreur, la haine de tout ce qu'on appelle Vertu. Ne cherche pas à comprendre. Tu ne sais pas ce que peut faire de nous une première éducation puritaine. Elle vous laisse au cœur un ressentiment dont on ne peut plus jamais te guérir... si j'en juge par moi, acheva-t-il en ricanant.» Il y a un peu de ce ricanement sous l'impassibilité des Faux-Monnayeurs, et nous songeons qu'Henri Massis a sincèrement dénoncé le diabolisme de Gide. Un peu, c'est déjà trop. Et il est surtout souhaitable qu'il trouve de l'écho alentour (Le Flambeau: revue belge des questions politiques et littéraires, Volume 9, Partie 3, 1926 - books.google.fr).

Le titre de l'œuvre a des allures de roman policier : le trafic de fausse monnaie a toujours été un délit passible de la prison. De fait, un juge (monsieur Profitendieu) enquête – mais sur une affaire de mœurs à laquelle sont mêlés des mineurs (F.-M., 1re partie, II, p. 20-21). Le trafic de fausse monnaie apparaît plus tardivement : d'abord incidemment à Saas-Fée (2e partie, III, p. 189-190) ; puis en action quand Georges s'y livre clairement (3e partie, V, p. 259) ; enfin sous l'angle judiciaire (3e partie, XII, p. 325-326). Comme le voulait Gide, «toute l'histoire des faux-monnayeurs» n'est donc «découverte que petit à petit» (J.F.-M., I, 21 novembre 1920, p. 33). Ces deux affaires se résolvent presque de la même façon, dans la plus extrême discrétion : dans l'affaire de mœurs, seules les prostituées sont arrêtées, sans que les mineurs soient inquiétés (F.-M., 3e partie, IV, p. 250) ; quant aux trafiquants, un ultime avertissement avant arrestation les pousse à renoncer d'eux-mêmes à leur activité (3e partie, XV, p. 346-351) (Didier Sevreau, Profil - Gide : Les Faux-monnayeurs, Le Journal des faux-monnayeurs: analyse des deux oeuvres, 2016 - books.google.fr).

Comment Gide choisissait-il les noms de ses personnages ? C'est soulever un vaste problème de création littéraire qui ne peut se résoudre en quelques mots. Flaubert écrivait qu'« un nom propre est une chose extrêmement importante dans un roman, une chose capitale. On ne peut plus changer un personnage de nom que de peau». Il est évident que la plupart des noms sont une manière de définition de l'individu. Dans l'œuvre gidienne on trouve peu de patronymes d'un usage commun. Ils paraissent au contraire avoir été longuement réfléchis et minutieusement composés. On ne saurait croire par quelles hésitations passe un romancier avant de trouver le nom qui convient. On chercherait en vain dans un annuaire des Strouvilhou, Fleurissoire et autres Baraglioul. Gide les a souvent voulus cocasses et, à cet égard, les noms des protagonistes d'Isabelle, dans leur forme burlesque et délibérément outrée, préfigurent ceux des Caves du Vatican et des Faux-Monnayeurs. Si Ghéridanisol a un petit air pharmaceutique, c'est l'antiquité grecque ou biblique qui inspira souvent Gide : Ménalque, Tityre, Protos, Rachel ou Luc. De ses séjours en Afrique du Nord il ramena El Hadj. Certains prénoms sont une concession à la mode de l'époque : Jérome, Hubert, Gertrude, Amélie. Alissa, dont l'agréable assonnance dût tenter le romancier, défie l'étymologie. Il semble que Gide fut sensible à une sorte de musicalité du mot, ce qui n'exclut pas une part de préciosité et de recherche un peu pédante (Pierre-Jean Pénault, À propos d'Isabelle, 1964 - books.google.fr).

Ghéridanisol, tend un piège infernal au faible et efféminé Boris, dans le but de le pousser à commettre «un acte monstrueux» ; cet acte, c'est le suicide sous les yeux de son grand-père qui, dans son désespoir, sera amené à des théories d'un mysticisme diabolique (Mario Praz, La chair, la mort et le diable dans la litterature du l9e [i.e. dix-neuvième] siècle: le romantisme noir, 1977 - books.google.fr).

L'activité des faux-monnayeurs se dégage tardivement dans le texte, même si de minces indices sont lâchés de temps à autre. La fausse pièce exhibée par Bernard fait son apparition au cœur du roman, ce qui confère à la problématique de la fausse monnaie une place de choix, mais le thème du trafic d'argent est peu développé et ne peut avoir la valeur d'intrigue principale. La fausse monnaie, dans Les Fauxmonnayeurs, acquiert en fait une puissante valeur symbolique : elle permet à Gide de poser le problème de la littérature comme fausse monnaie. Tout au long du récit, la littérature semble en effet avoir un lien étroit avec l'argent . Édouard et le compte de Passavant, tous deux rentiers et écrivains, sont les maîtres du jeu, des manipulateurs capables de remplacer les sentiments par de l'argent. Passavant surtout, représente l'écrivain faux-monnayeur, lui qui n'écrit que pour plaire, car selon Édouard : «Ses convictions artistiques [...] répondent à la dictée de l'époque ; leur mot d'ordre est : opportunité». Édouard projette d'ailleurs de donner à son roman en abyme le titre : Les Faux-Monnayeurs, en référence à ses confrères qui font de la littérature un art inauthentique, nourri par les faux sentiments. Le romancier serait donc un manipulateur et la littérature serait, par essence, de la fausse-monnaie (Fiche de lecture : Les Faux-Monnayeurs d'André Gide, Paideia éducation, 2019 - books.google.fr).

Tout écrivain qui vit de sa plume plaît à un public. Il y aurait un bon public et un mauvais comme une bonne littérature et une mauvaise ? On dit que la mauvaise monnaie chasse la bonne. Jugement de valeur.

Papier-monnaie

La monnaie au début du XXème siècle était de papier comme les livres.

Le papier monnaie naît comme substitut pratique mais provisoire et remboursable des monnaies métalliques. Le premier billet a été utilisé au XIe siècle en Chine à une période où une pénurie de métal bloquait le monnayage, mais pas seulement : les vols de matières précieuses et les longues distances entre les points commerçants expliquent aussi son succès. De nouvelles formes de papier monnaie apparaissent cette fois à Amsterdam en 1609 pour faire face à une situation de pénurie monétaire dans un contexte commercial alors en pleine expansion et tourné vers l'international. En 1619, la Banque de Hambourg, créée par un banquier vénitien, Warburg, reçoit sa charte et travaille sur le mode de la banque d'Amsterdam. En 1661, la banque de Suède se constitue sur des bases comparables et crée véritablement le premier billet de banque occidental. La banque d’Angleterre démarre en 1694, s’implante symboliquement sur l’emplacement du temple de Mithras et obtient le privilège d’émission en contrepartie du financement massif des besoins financiers de Guillaume III. Vient alors le tour de l’Écosse qui, excentrée par rapport au lit du commerce, manque régulièrement de numéraire. La Royal Bank of Scotland, créée en 1695, est totalement indépendante et émet ses billets selon des règles de prudence qu’elle s'impose.

À la fin du XVIIe siècle, au nord de l'Europe, les billets sont vus comme une innovation importante, une étape nécessaire au développement du commerce (mercantilisme). Cette technique semble prête à essaimer partout dans le monde. Les Écossais en sont les promoteurs. C’est en effet un Écossais qui dirige la Banque d’Angleterre, un autre qui crée la première banque au Canada (qui conservera son droit d’émission jusqu’en 1934). Et c’est à l’Écossais John Law que le Régent Philippe d'Orléans, aux prises avec des difficultés budgétaires inouïes, fait appel en 1715 pour mettre en place un système de papier monnaie.

La Révolution française se finance par l’impression de billets, les assignats, dont on assure la garantie sur la valeur des biens nationaux confisqués au clergé et à la noblesse. La terre garantit la monnaie. Comme lors du système de Law, les débuts sont excellents avec une reprise de l’activité et la constitution de remarquables fortunes comme celle des Perrégaux, l'un des créateurs de la Banque de France. Mais l’abus d’émission finit par faire perdre toute valeur aux assignats qui resteront de sinistre mémoire. Dès 1800, Bonaparte refond entièrement le système monétaire français en créant une banque d’émission, la Banque de France, le 18 janvier 1800 puis une nouvelle monnaie, le Franc Germinal en 1803. Le billet de banque, convertible en or, est désormais installé pour longtemps en France, d’autant qu’en dépit de l’état de guerre permanent sous l’Empire, le billet reste constamment et effectivement convertible (ce qui ne sera pas le cas chez son principal adversaire, l'Angleterre).

Les deux siècles qui suivront verront la généralisation des billets avec une double évolution : la démonétisation de l’or et de l’argent pour la circulation privée puis comme instrument de réserve mondial, les billets cessent d’être convertibles et sont seuls l’ultime forme de liquidité, la Première Guerre mondiale jouera le rôle principal dans cette évolution ; La monopolisation de l’émission des billets dans des banques centrales à capitaux exclusivement publics mais devenues largement indépendantes des États (fr.wikipedia.org - Monnaie fiduciaire).

Müller/Molinier/Molyneux

meunier : latin molinarius, vx fr. molinier, moulinier, meunier (L. Grimblot, Vocabulaire synthétique de la langue française, 1902 - books.google.fr).

Meunier, meunière : du latin "molinum" moulin, de "mola" meule. Personne exploitant un moulin à vent ou à eau, destiné le plus souvent à broyer le grain. L'aide du meunier était le "traîne-son". Métier artisanal, plutôt masculin, soumis à patente. Autre appellation: le moulinier. Commerce: la meunerie. Lieu de travail: le moulin. Patrons corporatifs: saint Victor (cf. Meulier). Parfois, sainte Barbe (cf.Pompier), sainte Catherine (cf. Charron) et saint Martin (cf. Tailleur d'habits). Patronymes évocateurs: Lemonnier, Maunie, Mau(l)nier, (Le)Meunier, Meusnier, Meynier, Mon(n)ier, Mou(s)nier, Mugnerot, Mugnier, Mugnot, Munier. De "moulin": De/Du/Desmoulin(s), Molin, Molinard, Molinas, Molineau/not, Molinet, Molinier, Molinari et Molineri dans le Midi, Molitor, Molyneux, Moulin, Moulinery, Moulines, Moulinier, Moulon. En alsacien : Muller. En breton: Le Mélinaire, Milinaire. En flamand : Demeulemeester, Meulemans, Meulenaer, Vermeulen (Gérard Boutet, La France en héritage: Dicitonnaire encyclopédique, Métiers, coutumes, vie quotidienne 1850-1960, 2007 - books.google.fr).

Tous ces mots signifient proprement meunier, et sont aussi répandus en France que celui de Müller en Allemagne (Paul Hecquet-Boucrand, Dictionnaire étymologique des noms propres d'hommes, 1868 - books.google.fr).

Les Faux-Monnayeurs sont le roman des passions amoureuses et de leur analyse psychologique. Elles sont au nombre de quatre dont les amours homosexuelles d'Édouard et d'Olivier Molinier et celles de Vincent Molinier avec Laura Vedel et avec Lilian Griffith qu'il noie (Didier Sevreau, Profil - Gide : Les Faux-monnayeurs, Le Journal des faux-monnayeurs: analyse des deux oeuvres, 2016 - books.google.fr).

Le meunier sans barbe lui dit: « Ici, il n'y en a pas d'autres, tous les meuniers de l'endroit sont sans barbe. » Le gars ne voulut pas le croire et s'en fut vers les autres moulins. Mais partout, les meuniers étaient sans barbe. Ne pouvant faire autrement, il donna son blé à moudre à l'un d'eux. Le meunier prit le blé et le fit moudre. Puis le gars s'en fut régler les comptes avec le meunier. On n'entendait que cela: «Apporte de l'eau, apporte de la farine» et encore et toujours: «Apporte de l'eau, apporte de la farine.» De toute toute la farine, il ne tira qu'une toute petite galette. Le gars n'arriva pas à s'entendre avec le meunier et s'en fut se plaindre à son père. Le vieux dit à son gars: «Je t'avais bien dit que les gens sans barbe essaieraient de te duper. Maintenant que peut-on faire ?» Mais le gars lui répondit qu'il ne céderait pas. Et il s'en fut chercher justice. Il trouva des gens de bien. Ceux-ci se réunirent et lui demandèrent: «Que s'est-il passé?» Le gars leur répondit: «Voilà ce qui s'est passé: j'ai apporté le blé au moulin pour le faire moudre et le meunier m'a dupé.» Les gens dirent : «Que chacun se mette à raconter quelque chose. Qui en saura le plus long, aura la galette.» Et le meunier commença à raconter. Voici ce que dit l'homme sans barbe : « Mon père a semé un jour au bord de la mer une citrouille. Et la citrouille a grossi, tant et plus qu'elle a traversé la mer, jusqu'à l'autre bord, et de cette citrouille il est sorti un pont au-dessus de toute la mer. Et l'automne est arrivé. Le temps est venu de cueillir la citrouille. Nous avons attelé les chevaux à la charrette, nous avons pris la hache et nous sommes partis couper la citrouille. Nous avons frappé la citrouille à tour de bras et nous avons perdu la hache dans la citrouille. J'ai dû descendre et chercher la hache. Je la cherche à n'en plus finir, et voilà que soudain je vois trois cavaliers qui se dirigent vers moi. Ils me saluent, et moi je leur réponds. Ils me demandent: «Que cherches-tu par ici ?» Je leur réponds sur-le-champ : «Voilà notre citrouille. Nous sommes venus la couper avec la hache, mais nous avons égaré la hache dedans.» «Eh, eh, fit l'un des cavaliers tout étonné, nous, on a perdu ici, dans cette citrouille même, un troupeau de cent chevaux. Ça fait une semaine que nous les cherchons sans pouvoir les trouver, et toi tu veux trouver ici ta hache !» Je les ai crus, je suis sorti de la citrouille et je m'en suis revenu sans hache.» Les gens ont demandé: «Tu as fini ton histoire?» «Oui j'ai fini», a répondu l'homme sans barbe. Puis ce fut le tour du gars de raconter: «En ce temps-là, j'étais encore tout petit et seul chez mes parents. Lorsque j'allais travailler au champ, mes parents m'apportaient à l'heure du déjeuner toutes sortes de bonnes choses. Un beau jour, ils m'ont apporté une noix immense. J'ai cassé la noix et je me suis mis à manger et maman a amassé l'écale... Tous les passants s'arrêtaient sous l'arbre, étonnés, jetaient des pierres et cueillaient ainsi les noix. Avec mon père j'ai dû mettre une échelle contre l'arbre... Puis nous avons labouré la terre autour du noyer et nous avons semé du blé. Le temps a passé et le blé s'est épanoui. Un jour, je suis allé voir avec mon père comment poussait le blé. Soudain, un lièvre a jailli de quelque part. Mon père a lancé sa faucille après le lièvre. La faucille s'est plantée dans son derrière. Le lièvre courait et la faucille fauchait le blé. Le lièvre ne cessait de courir et la faucille de faucher. Et c'est ainsi que le lièvre a fauché toute la récolte. Une fois la moisson terminée, la faucille s'est détachée de la queue du lièvre et est tombée à terre. On est allé ramasser la faucille et voilà que nous voyons à côté un bout de papier. Sur ce bout de papier il y avait écrit : «Que l'homme sans barbe aille manger ma m...». [...]

Dans le folklore oriental, le mot kôse signifie «homme sans barbe», d'habitude des gens malins, parfois en relations avec le Malin (Studia et acta orientalia, Volume 3, Societatea de Stiinte Istorice si Filologice din R.P.R. Section d'études orientales, Asociatia de Studii Orientale din R.S. România, 1961 - books.google.fr).

En France et en argot, le "blé" c'est l'argent.

Fausse monnaie et monnaie de singe

Payer en monnaie de singe, payer en gambade, en bouffonnerie, parce que, d'après une ordonnance de saint Louis, le marchand de singes entrant à Paris était quitte de péage en faisant danser un singe devant le péager (Claude-Marie Gattel, Dictionnaire universel de la langue française, Tome 2, 1858 - books.google.fr).

Qu'elle soit d'inspiration religieuse ou athée, la littérature semble resterdans la droite ligne des mises en garde bibliques : l'argent reste une monnaie de singe, un échange factice, une escroquerie sur la valeur des choses. D'un point de vue littéraire, tout se passe comme sila crise de l'argent était permanente. [...] Pour Jean-Joseph Goux (Les monnayeurs du langage, Galilée, 1984), la monnaie est devenue dans les Faux-Monnayeurs de Gide commedans le Farinet de Ramuz la métaphore d'un langage qui dans la littérature s'est dégradé, ne représentant plus l'or initial, ni même la monnaie avec garantie-or, mais seulement une monnaie-papier sans couverture. Mais Ramuz, contrairement à Gide, croit encore pouvoir pratiquer le langage-or pour décrire une réalité plus ancienne, la monnaie de l'état est à ses yeux la langue commune alors que la frappe individuelle de la fausse monnaie est le langage poétique, l'affirmationdu sujet. Que ce soit en littérature ou en économie, il est difficile d'échanger, du fait même de lafausseté de la monnaie (cf. le poète expressionniste autrichien Georg Trakl : "Man kann sichüberhaupt nicht mitteilen"). On peut, aujourd'hui, voir le visage de Ramuz orner le billet de 200 CHF. Faut-il y voir une réhabilitation prudente de Farinet, l'homme dont la fausse monnaie inspire davantage confiance ? Ou une reconnaissance officielle par la banque fédérale de l'autre fausse monnaie qu'est la littérature ? [...]

Le roman Farinet ou la fausse-monnaie est écrit au moment où son auteur, l'écrivain vaudois Charles Ferdinand Ramuz, s'inquiètedans un article ("Questions sur l'or") de l'abandon par la Grande-Bretagne de l'étalon-or en 1931. Farinet a réellement existé et a été un véritable faux-monnayeur suisse, traqué dans les montagnesdu Valais où il a trouvé la mort dans des circonstances confuses en 1880 au moment où il était cerné par les gendarmes valaisans. Farinet a été perçu par les populations du Valais comme un bandit sympathique et généreux, dans la lignée des Robin des Bois, Cartouche et autres Mandrin (Bertrand Froidevaux, Monnaies de singe : l'or, l'argent, les mots - lgcorneille-lyc.spip.ac-rouen.fr).

Ranko anagramme de "Orkna"

1510 : Decreet of the Lawman of Schetland and Orkney : Be it kend til al men be this present letters, me, Nychol Hawe, lawman off Schetlande and Orkna, for the tym, that thair comperit befor me and the wordiest in Orkna, upon the fursday in the lawting in Kyrkwall, Sir Wilzam Syncler of Warsatter, knycht, sytand for justice, Rychert Sincler, in the umbyf of Jhon Ademsone, one the tayn part, and Wilzam Flet, in his awyne umbyf, on the tother part, as anent the qui callit Hurre, liand in Sanct Andros parochyn : the quhilk land Sir Dauit Synclar, quhom God asoilze, had conquist fra the said Jhone, and gewyn him therfor four merk off land, lyand in myn, in Burray, in Schetland... (Documents relating to Orkney and Shetland 1438-1563, The Miscellany of the Spalding Club, Volume 5, 1852 - books.google.fr).

Les Orcades, en anglais Orkney, en gaélique écossais Arcaibh, sont un archipel subarctique situé au nord de l'Écosse à 16 km de la côte de Caithness. Cet archipel compte 67 îles légèrement vallonnées, dont 16 seulement sont habitées. Les quelque 20 000 Orcadiens vivent pour la plupart sur l'île principale, Mainland, d'une superficie de 523,25 km², dans les villes de Kirkwall et Stromness.

Pythéas a visité l'île de Bretagne certainement entre 322 et 285 av. J.-C., il y décrit notamment une région appelée Orcas, à l'extrême nord de l'île. Au Ier siècle apr. J.-C., Pomponius Mela recense plus de 30 îles dans un archipel qu'il appelle Orcades. De même, Tacite, en l'an 98, affirme que son père Agricola, avait découvert Orcades que Pline l'Ancien avait également mentionné dans son Histoire naturelle, livre IV, § XXX.

Le préfixe Orc-, est généralement interprété comme venant de la langue picte et signifie «cochon» ou «sanglier juvénile». L'ancien terme irlandais pour désigner l'archipel était Insi Orc, que l'on peut traduire par «île aux cochons». En gaélique écossais, l'archipel se nomme Arcaibh. À la fin du IXe siècle, avec l'arrivée des colons norvégiens, le préfixe Orc- est réinterprété en vieux norrois comme venant de «orkn», qui signifie «phoque». Il lui est rajouté le suffixe -ey, qui signifie «île», pour former le terme de Orkney en anglais.

L'archipel devient une terre picte avant d'être annexée par des Vikings norvégiens en 875. Henry Sinclair (v. 1345 – v. 1400) est investi du titre de comte des Orcades comme héritier de son grand-père maternel par le roi Haakon VI de Norvège en 1379. Passées sous domination danoise avec la Norvège, les Orcades et les Shetland sont enfin cédées à l'Écosse en 1469 : elles font partie de la dot de Marguerite de Danemark qui épouse le roi Jacques III d'Écosse. En 1470, William Sinclair, comte de Caithness cède son titre sur les Shetland à Jacques III d'Écosse et l'année suivante les Orcades et les Shetland sont directement annexées à la couronne d'Écosse Il dessina les plans de la chapelle de Rosslyn dont il fut aussi le maître-d'œuvre, et dont la construction débuta en 1446. La tradition dit que, en 1441, Jacques II d'Écosse nomma Saint-Clair patron et protecteur des maçons écossais ; que la fonction était héréditaire ; qu'après sa mort en 1480, ses descendants tinrent des réunions annuelles à Kilwinning (fr.wikipedia.org - Orcades, (fr.wikipedia.org - Henry Sinclair, (fr.wikipedia.org - William Sinclair).

On pense aussi à Orcus, l'ogre romain, dieu des morts.

L'Ogre des contes a aussi quelques traits de similitude avec Cernunnos, auquel étaient offerts des sacrifices humains. Son appétit était énorme, comme celui de Gargantua, « le Dévorant ». Son nom vient d'Orcus, mot qui en latin désigne un lieu d'enfer, non un personnage. Mais saint Augustin assimile Dis Pater à Orcus, «la partie terrestre et basse du monde» et Ennius identifie Dis pater à Pluton. Au haut Moyen Âge, Orcus est une figure divine insaississable, liée à la mort. Il incarne l'âge «antérieur», les temps «primitifs». L'Ogre est à la fois vorace et mal dégrossi, affreux au physique mais bon de l'intérieur (Anne Lombard-Jourdan, Aux origines de carnaval, 2005 - books.google.fr).

Colomb, Samothrace et César

Le rapprochement des trois est fait par un des Dupondt page 60 après la prise des faux-monnayeurs.

Thomas Merkes, évêque de Carlisle, fut le courageux défenseur des droits de Richard II. Religieux bénédictin de l'abbaye de Westminster et docteur d'Oxford, il devint, en 1397, évêque de Carlisle. Richard II lui avait légué par son testament une coupe de la valeur de vingt livres. Henri IV le fit emprisonner au monastère de Saint-Alban, puis il le fit traduire en justice au mois d'octobre 1399, comme coupable d'avoir assisté à des réunions de conspirateurs dans l'église de Saint-Paul et dans d'autres quartiers de Londres. Il fut condamné et enfermé à la Tour ; mais l'année suivante il fut rendu à la liberté, probablement après avoir renoncé à l'évêché de Carlisle. Nous voyons en effet qu'il fut transféré par le pape à l'évêché de Samothrace in partibus infidelium (Joseph Marie Bruno Constantin Kervyn de Lettenhove, Chroniques de Froissart, Tome 21 : table analytique des noms historiques J-Q, 1875 - books.google.fr).

On the 28th November he was pardoned, and was afterwards treated by Henry with lenience and generosity. The pope had translated him to a titular see, "ad ecclesiam de Samastone." This see has been variously identified with Samos, Samos in Cephalonia, and Samothrace. But it has been more recently suggested that it was Samosata ; and that the "Millatencis pontificatus" of Adam of Usk is a see (be it that of Miletus or what it may) to which there is some reason to believe that Merke was translated in 1402 (Diet. Nat. JBiog. XXXVII.284). He died rector of Todenham in Gloucestershire, in 1409 (Edward Maunde Thompson (1840-1929), Chronicon Adae de Usk, A.D. 1377-1421, 1904 - books.google.fr).

Le naturaliste germano-écossais Johann Reinhold Forster, spécialiste, passionné de la faune et de l'histoire nord-américaine, identifia, dans Geschichte der Entdeckungen und Schiffahrten im Norden, Frankfurt an der Oder, C.G. Strauss, 1784, le mystérieux prince Zichmni comme pouvant être le comte Henry Sinclair (v. 1345 – v. 1400), investi du titre de comte des Orcades, décrit dans les lettres prétendument écrites à la fin du XIVesiècle par les frères Zeno de Venise. Ce courrier raconte la description des voyages effectués dans tout l'Atlantique nord sous le commandement de Zichmni-Sinclair. L'identification de Zichmni comme pouvant être Henry Sinclair est une hypothèse très controversée (fr.wikipedia.org - Henry Sinclair).

Johann Reinhold Forster (22 octobre 1729, Dirschau au sud de Dantzig - 9 décembre 1798, Halle (Saxe-Anhalt)) est un naturaliste allemand. Forster est un descendant d'une famille du Yorkshire qui s'est installée au milieu du XVIIe siècle à Dantzig (fr.wikipedia.org - Johann Reinhold Forster).

The lord of the Orkney Isles, to the great injury of my lord of March, who was still in wardship of the king, thought good to attack Ulster in Ireland belonging to the earl.

Apparently Henry Sinclair, second earl of Orkney. Henry, the first earl, died about 1400, but the exact date is uncertain (Edward Maunde Thompson (1840-1929), Chronicon Adae de Usk, A.D. 1377-1421, 1904 - archive.org).

Mélusine : le château

L'appareil mixte des murs du château de l'Île noire ressemble assez à celui du château de Fougères.

Le château féodal de Fougères est un véritable condensé d'architecture militaire érigé sur 400 ans : les premières tours sont carrées et ont un rôle certes défensif, mais passif ; les tours circulaires permettent aux défenseurs de ne pas redouter les angles morts lors des tirs ; les tours en fer à cheval protègent astucieusement les bases des tours et donnent assez de débattement aux archers et arbalétriers. Les remparts sont très bien conservés et forment trois enceintes. Si le logis seigneurial est en ruine, les tours s'élèvent encore avec majesté. Certaines sont visitables : la tour carrée de la Haye-Saint-Hilaire (XIIe siècle) qui donne accès à la «basse cour», la tour Raoul (XVe siècle), la tour Mélusine (XIVe siècle) et à la tour du Hallay. Le châtelet d'entrée, est défendu par les tours Mélusine et des Gobelins. Le gros-œuvre est en granite et en schiste, monté en pierre de taille et appareil mixte. Les toits sont en ardoise (patrimoine-de-france.com, (fr.wikipedia.org - Château de Fougères).

Fougères, l'une des neuf grandes baronnies de Bretagne, joua au Moyen Age un rôle essentiel en raison de sa situation aux confins des deux duchés de Bretagne et de Normandie. Aussi la ville connut-elle bien des vicissitudes. Un premier Un premier château fut construit vers 1024. En 1166, Henri II Plantagenet l'enleva à Raoul II, baron de Fougères, et le rasa. Dès 1173, Raoul le reconstruisit. Au siècle suivant, le château passa par mariage aux Lusignan, illustre famille poitevine qui se flattait de descendre de la fée Mélusine. Ils donnèrent son nom à la tour qu'ils firent construire en 1243 (Henry de Ségogne, F. Énaud, Jacques Houlet, Ille et Vilaine, Trésors touristiques de la France, 1962 - books.google.fr).

Dans les légendes, Mélusine est la fille du roi d'Albanie ou d'Ecosse Elinas.

L'hypothétique existence de Mélusine comme dame du Moyen Âge fut revendiquée par de nombreuses familles, autres que les Lusignan. On en trouve des traces dans les seigneuries bas-poitevines (vendéennes), le long de la Loire, et en Gironde. En Belgique également, Mélusine se fait présente en tant que protectrice de la maison de Gavre.

Le Roman de Mélusine est un livre en prose rédigé par Jean d'Arras racontant l'histoire de Mélusine, composé entre 1392 et 1394, à la demande du duc Jean de Berry et de sa sœur Marie de France, duchesse de Bar. A l'époque de Charles VI er Richard II (fr.wikipedia.org - Mélusine (fée)).

Le terme Alba est issu du celtique, d'un mot désignant l’ensemble de l’île de Grande-Bretagne, et ceci avant l’utilisation du terme classique d’Albion. Il fut employé dans ce sens jusqu’au IXe siècle et au Xe siècle, avant de désigner uniquement les royaumes des Pictes et des Scots (Pictavia et Dál Riata), situés au nord de la rivière Forth et de l’estuaire de la Clyde, unifiés par Kenneth Mac Alpin. Avec le temps, ce royaume en incorpora d’autres situés plus au sud. Son nom se latinisa au haut Moyen Âge pour devenir Albania. La famille du gaulois albos, albios et albanos se réfère originellement au «blanc», puis au «monde d'en haut, le ciel». Il est sans doute parent d’Albania, qui désigne l’Albanie moderne ou l’Albanie du Caucase par le biais de l'indo-européen *albho- «blanc». Cette racine indo-européenne se poursuit également dans le grec alphoús, le latin albus qui signifient «blanc» et le vieux haut allemand albiz «cygne». Le terme Albania fut principalement employé par des auteurs celto-latins. C’est ce mot, passé dans la langue anglaise qui donna Albany, surtout utilisé à propos du Duché d'Albany. Dans l’Historia regum Britanniae, Geoffroy de Monmouth attribue la fondation du royaume d’Albanie au légendaire Albanactus, fils de Brutus de Bretagne. Le Roi Lear de William Shakespeare a parmi ses personnages principaux un duc d'Albany qui est le mari de Goneril, la fille aînée du roi Lear (fr.wikipedia.org - Alba (royaume), (fr.wikipedia.org - Duc d'Albany).

Barbe blanche/barbe noire, danois noir et blanc, Île noire/Albanie.

Jack Mylner

Un couvreur en tuiles du nom de Wat: Wat-Tyler entraîna facilement à la révolte ceux d'alentour contre la pression fiscale en 1381 ; et le mouvement se communiqua de proche en proche dans tout le comté de Kent, cette terre si bien préparée par les prédications de John Ball, et dans les comtés du voisinage, Essex, Sussex, Surrey, Hertford, Cambridge, Suffolk, Norfolk, etc. (Henri Alexandre Wallon, Richard II: épisode de la rivalité de la France et de l'Angleterre, Tome 1, 1864 - books.google.fr, fr.wikipedia.org - Wat Tyler).

The leaders of the insurgents adopted the practice usual in such cases of giving themselves fictitious names. Such were Jack Straw, Jack Mylner, (Miller), Jack Carter, Jack Trueman, &c, under which's names they put forth addresses such as the following : "Jakke Mylner asket help to turne his my me aright. He hath frounden smal smal; the king's sone of heven he seal pay for alle.! ioke thy mylne go aryght with the foure sayles and the post stand in steadfastnesse. With ryght and with myght, with skyl and with wylle, let myght help ryght, and skyl go before wylle and ryght before myght, then goth oure mylne aryght. And if myght go before ryght, and wylle before sky lie, then is our mylne mys a dyght." (Joshua Toulmin Smith, The illustrated history of England, 1876 - books.google.fr).

"Jacques le meunier (mylner) vous demande aide pour tourner bien droit son moulin. Il a moulu menu, menu. Le fils du roi du ciel payera pour tout. Veillez à ce que le moulin aille droit avec ses quatre ailes, et que le pivot tienne en toute solidité. Avec droit et avec pouvoir, avec adresse et avec vouloir; que le pouvoir aide au droit, que l'adresse aille devant le vouloir, et le droit devant le pouvoir, et notre moulin ira bien (aright). Si le pouvoir va devant le droit, et la volonté devant l'adresse, alors notre moulin ne va plus." (Henri Alexandre Wallon, Richard II: épisode de la rivalité de la France et de l'Angleterre, Tome 1, 1864 - books.google.fr).

La bande de faux-monnayeurs de l'Île noire pourrait être un groupe international de révolutionnaires (Ivan, Müller, Wronzoff).

Sur la liste des correspondants des faux-monnayeurs, on trouve un Nieuwenhuis :

Ferdinand Domela Nieuwenhuis (1846-1919) fut le premier dirigeant et député socialiste néerlandais (www.marxists.org).

Mais aussi un Steinkopf (Otto) :

Steinkopf war bereits am 19. Januar 1919 als 33 jähriger Postinspektor für die SPD in die Nationalversammlung gewählt worden. Von 1920 bis 1930 war er Mitglied des Deutschen Reichstages. Als 1933 die Faschisten in Deutschland an die Macht gelangten, wurde Steinkopf nicht nur inhaftiert, sondern darüber hinaus aus dem Dienst bei der Reichspost entlassen. Nicht viel anders als Steinkopf erging es dessen Parteigenossen Max Seppel aus Breslau. Auch er, der von Beruf Oberpostsekretär gewesen war, wurde 1933 von den Nazis verhaftet (Post und Postler im Nationalsozialismus: Verfolgung und Widerstand, Deutsche Postgewerkschaft, 1986 - books.google.fr).

Triangle

Premier roman ouvertement revendiqué comme tel par André Gide, Les Faux-monnayeurs s’ouvrent sur la découverte par Bernard de sa bâtardise. Ce faisant le roman, comme texte et comme genre, se donne comme scène fondatrice celle de la seconde naissance, ce moment où la connaissance de la véritable origine permet au fils de nier du même souffle l’imposture (la paternité d’Albéric Profitendieu) et l’importance de l’origine : «Ne retenons de ceci que la délivrance» (FM, p. 175) se dit Bernard. Ne l’écoutons pas trop, pourrait-on ajouter, car l’ouverture au devenir qu’annonce cet incipit le conduira ultérieurement à remettre en question l’idéal d’indépendance absolue. L’évolution du personnage se révèle d’ailleurs symptomatique du mouvement accompli par le roman dans son ensemble, porté par une profonde tension entre rupture et filiation, liberté et discipline. [...]

En même temps qu’il fait du bâtard un aspirant-écrivain, Gide dépeint le véritable artiste ou écrivain avec les couleurs mêmes qu’il utilisait pour faire le portrait du bâtard : «J’ai souvent pensé, interrompit Édouard, qu’en art, et en littérature en particulier, ceux-là seuls comptent qui se lancent vers l’inconnu» (FM, p. 435). On pourrait avancer, ici, que Gide a recours à la figure du bâtard pour penser la paratopie littéraire à partir de la topique familiale. Pour l’écrivain, comme pour le bâtard, les liens sociaux ne vont plus de soi, doivent être recomposés : ils doivent donc partir à la recherche d’une autre famille, d’une autre communauté, voire ériger leur « extériorité » en signe distinctif, en emblème identitaire. L’onomastique, enfin, souvent significative chez Gide, fait sonner à la fin des noms de Bernard et d’Édouard un phonème renvoyant tout aussi bien à l’art qu’au bâtard. [...]

Il y a à cet égard un triangle amoureux et littéraire opposant Édouard et Passavant pour l’amour et le «mentorat» d’Olivier. Là où, avec Bernard, il n’y a pas de soubassement érotique explicite à la relation littéraire, avec ce triangle la «filiation» littéraire possède une nette coloration homosexuelle, mais deux «polarités» : positive avec Édouard, négative avec Passavant. Le rapprochement entre le développement romanesque de cette relation et le plaidoyer en faveur de l’idéal pédérastique grec, effectué dans Corydon, dont la première édition publique précède de peu de temps celle des Faux-monnayeurs, n’a pas manqué d’être fait. On n’a par contre pas examiné l’articulation de la «pédagogie» grecque et des questions de générations littéraires (Michel Lacroix, L'aventure de la bâtardise critique : rupture, filiation et mise en abyme dans Les Faux-monnayeurs, Littérature, n° 162, 2011 - www.cairn.info).

Conway (Conwy, or Aberconwy), a municipal borough in the Arfon parliamentary division of Carnarvonshire, N. Wales. [...] The town is enclosed by a high wall, roughly triangular, about 1 m. round, with twenty-one dilapidated round towers, pierced by three principal gateways with two strong towers. The castle in the south-east angle, built in 1284 by Edward I., was inhabited, in 1389, by Richard II., who here agreed to abdicate (The Encyclopædia Britannica: a dictionary of arts, sciences, literature & general information, Volumes 7 à 8, 1926 - books.google.fr).

Prophétie de Merlin. «Un ancien chevalier qui estoit des conseillers du duc Henri me dist en chevauchant à Cestre, que la prise du roy et la destruccion avoient Merlin et Bède prophétisée dès leur vivant; et que se j’estoie en son chaste] il le me monstreioit en la forme et manière comme je l’amie vue advenir, disant ainsi: Il ara un roy en Albie, lequel règnera l'espace de XX à XXII ans en grant honneur et en grant puissance, et sera alié et adjoint avecques cequ de Gaule, lequel roy sera deffait ès parties du nort en une place triangle.» [La Chronique anonyme (Ms. 3884, f° 143, ou Buchon, Variantes, p. 78) donne ainsi cette prédiction: «En l’an mille quatre cent moins ung, ou chaste] triangle sera trahi ung roy après ce qu'il aura regné puissamment vingt—deux ans.»] «Ainsi me dist le chevalier qu'il estoit escript en un sien livre : la place triangle, il approprioit à la ville de Cornuay; et de ce avoit-il très-bonne raison; car je vous say bien à dire qu’elle est en triangle, comme si elle eût esté ainsi compassée par une vraie et juste mesure. En la dicte ville de Cornuay fut le roy assez deflait, car le comte de Northumberland le tira hors, comme vous avez oy devant, par le traictié qu'il fist à lui; et depuis n’ot nulle puissance. Ainsi tenoit le dit chevalier ceste prophétie vraie, et y adjoustoit grant foi et créance; car ils sont de telle nature en leur pays, que en prophécies, en fantasmes et sorceries croient très parfaitement, et en usent très volontiers: maiz il mest advis que ce n’est pas bien fait; aies est grant fault de créance. x (Creton, p. 412.) Sur ces prophéties de Merlin, et notamment sur celles qu'on appliquait à Richard II et aux révvlutions suivantes, voyez l’Archæol., t. XX, p. 250 et suiv., append. n° 4. (Richard II. episode de la rivalite de la France et de l'Angleterre par H. Wallon, Volume 2, 1864 - books.google.fr).

Horncliff

Dans l'album, Horncliff, employé d'un asile d'aliéné, est appelé au téléphone par son directeur Müller, page 15.

Dans le Northumberland, à une lieue 1/2 de Coldstream, on remarque les ruines du château fort de Norham, situé sur un roc inaccessible, au bord du Tweed. La description de ce château, par laquelle commence le poème de Marmion de Walter Scot, racontant la bataille de Flodden Field en 1513, suffirait pour le rendre célèbre ; mais il est surtout fameux pour avoir été le lieu où se tint cette assemblée de barons écossais, à laquelle Édouard Ier découvrit pour la première fois ses prétentions ambitieuses à la souveraineté de l'Ecosse. A une demi-lieue de Norham sont Horncliff-House et Paxton-House (Albert Montémont, Louis Barré, Œuvres de Walter Scott, Tome 14, 1841 - books.google.fr).

Le comte de Northumberland était un soutien d'Henri Bolingbroke qui renverse Richard II.

«Être ou ne pas être roi», telle est l'interrogation de Richard face au comte de Northumberland, chargé par Bolingbroke, futur Henry IV, de le faire abdiquer légalement parun acte écrit. Préférant s'autodéposer,le roi se dépouille lui-même de tous les attributs dela dignité royale, puis il contemple son visage dans un miroir. Il n'existe donc comme sujet qu'au prix de s'assujettir à l'image de sa souveraineté narcissique reconquise : «J'abjure ma dignité sacrée [...]. J'abdique toute pompe et toute majesté, j'abandonne mes manoirs, restes et revenus [...]. Que ne suis-je un dérisoire roi de neige exposé au soleil de Bolingbroke pour me fondre tout en eau [...]. Je suis plus grand qu'un roi, car quand j'étais roi, mes flatteurs n'étaient que mes sujets et maintenant que je suis un sujet, voici que j'ai un roi pour flatteur.» (Elisabeth Roudinesco, La famille en désordre, 2002 - books.google.fr).

Immatriculations

L'avion pris par Tintin à Halchester est immatriculé G-ARCR (1966).

In 1956 Allison and Rogers published A Catalogue of Catholic Books in English Printed Abroad Secretly in England, 1558-1640. Known simply as A & R, it is the standard listing of the clandestine vernacular output of English Catholics during that period. Now, after more than thirty years work, Allison and Rogers have produced a substantially updated, comprehensive catalogue to be published in two interlocking volumes. This first volume describes books which are linked to specific English Catholic writers, including translators and editors, or to various English bodies, and nearly two hundred other publications which concern English Catholic affairs. It is a major reference tool for historians and bibliographers (www.crcpress.com).

Ce catalogue est aussi connu sous l'acronyme ARCR (L. Underwood, Childhood, Youth, and Religious Dissent in Post-Reformation England, 2014 - books.google.fr).

L'avion que prend Müller à l'aéroport de Halchester porte le numéro G-AREI.

"Arei pagi" est le géntif de Areus pagus, Aréopage, chez Valère Maxime (Ier siècle) (Carl Kempf, Valerii Maximi dictorum factorumque memorabilium libri IX, 1854 - books.google.fr).

On retrouve Nodier (cf. le danois) :

Si Diogene s'étoit mêle activement des lois, l'Aréopage l'auroit envoyé pendra à Sinope, où il avoit débité de la fausse monnaie avant de débiter de la fausse sagesse à Athènes. Il en est autrement chez nous (Charles Nodier, Sur "La Morale de la bible" de J.B. CHaud, Mélanges de littérature et de critique, Tome 1, 1820 - books.google.fr).

Pour la version 1966, la voiture de Müller est une Jaguar Mark X 1961-1968 avec l'immatriculation ABP 403 C (dardel.info).

ABP est en anglais l'acronyme de Archbishop (archevêque). "C" en latin peut signifier "condamno" (je condamne).

In a tablet which the present Archbishop has placed on the wall of the room where his predecessor was condemned, he speaks of him as iniquissime damnatus (most unjustly condemned). If this refers to the fact that, as Judge Gascoigne contended, an Archbishop could only be tried and condemned by his peers, the superlative Latin adverb may not be out of place. If it refers to the more general question as to whether Scrope had done anything worthy of death, it is fair to Henry IV. to remember that there were at least two counterfeits of King Richard alive. One was his former chaplain, Maudelin, said to be a natural son of one of the Plantagenets, and bearing the strongest resemblance to Richard; and another was Thomas Ward, a man of weak intellect, who for seventeen years was maintained at the Scottish Court as the veritable English King who had escaped from Pontefract. Sober historians say that had Scrope's action been conducted with more wisdom he might have shaken the usurper's throne. From the sculpture on the choir of York Minster it is easy to see the sort of treatment Churchmen would have meted out to Henry IV. if they had been able, so it is not so wonderful that he did not show the mercy he did not expect. Enough has been said to raise the question whether the adverb iniquissime is quite the one an impartial historian would have chosen to characterize the sentence. (A.N. Cooper, Henri IV and archbishop Scrope, The Antiquary, Volume 41, 1905 - books.google.fr).

Les Romains, pénétrant dans l'intérieur de l'île, achevèrent peu à peu la conquête des deux pays de Logrie et de Cambrie. Les annales bretonnes les appellent Césariens et les comptent parmi les peuples envahisseurs qui ne firent en Bretagne qu'un séjour temporaire. «Après avoir opprimé l'île pendant quatre cents ans, disent ces annales, et en avoir exigé par année le tribut de trois mille livres d'argent, ils repartirent pour la terre de Rome, afin de repousser l'invasion de la horde noire. Ils ne laissèrent à leur départ que des femmes et des enfans en bas âge, qui tous « devinrent Gambriens (400-410).» (Trioedd ynys Prydain, n. 8, p. 88). [...] (410-443) Après la retraite des légions rappelées pour défendre Rome contre l'invasion des Goths, les Bretons cessèrent de reconnaître le pouvoir des gouverneurs étrangers qui régissaient leurs provinces et leurs villes. [...] Au milieu de ce désordre, les Pictes et les Scots forcèrent le passage des deux grands murs que les Romains avaient bâtis, et d'autres ennemis non moins redoutables fondirent sur les côtes maritimes. C'étaient des pirates venus des rivages et des îles de l'Océan germanique, pour piller et retourner chez eux chargés de butin (Augustin Thierry, Histoire de la conquête de l'Angleterre par les Normands, Tome 1, 1846 - books.google.fr).

En 401, les Wisigoths du roi Alaric, installés à la suite du foedus de 382 en Illyrie, sur le territoire de l'Empire par Théodose, se révoltent contre l'Empire romain d'Occident et envahissent l'Italie. Ils pillent Aquilée et assiègent la ville de Milan où réside l'empereur Honorius, mais l'arrivée du régent Stilicon, qui fait office de dirigeant effectif de l'Empire, incite Alaric à lever le siège. Il poursuit donc sa campagne à travers la plaine du Pô en direction d'Asti mais est rattrapé par les armées du généralissime Stilicon, renforcées de contingents prélevés à la hâte des légions de Gaule et de Bretagne. Le 6 avril 402 les deux armées s'affrontent lors de la bataille de la plaine de Pollentia : les troupes de l'Empire remportent à cette occasion une nette victoire sur les Wisigoths; toutefois les soldats d'Alaric demeurent suffisamment nombreux pour que leur roi refuse d'évacuer immédiatement l'Italie. Ainsi, Alaric se retire vers la Pannonie en mettant à sac les villes sur son parcours. Au début de l'été 403, les Wisigoths assiègent la ville de Vérone en Vénétie. Les Romains sortent victorieux du comba. Alaric se replie aussi tôt que possible en Illyrie et quitte le territoire de l'Italie (fr.wikipedia.org - Bataille de Vérone (403)).

Il y a de la fausse monnaie comme des faux Richard II (Maudelin et Thomas Ward) qui entretiennent le mythe de la survivance des rois malheureux.

Richard Scrope, born about 1350, was the third son of Henry Scrope, 1st Baron Scrope of Masham, and his wife, Joan, whose surname is unknown (en.wikipedia.org - Richard Scrope (cleric)).

Alors qu'il est à Rome, il est élu archevêque d'York le 15 mars 1398. Bien qu'il n'ait pas participé à la chute de Richard II, il va recevoir l'abdication «volontaire» du roi le 29 septembre 1399. Scrope annonce le lendemain l'abdication et accompagne avec Thomas Arundel le prétendant au trône Henry Bolingbroke. Le 27 mai 1405, Scrope conduit une révolte contre le roi Henri IV aux côtés du comte de Norfolk, du comte de Northumberland et de Lord Bardolf. La rébellion est vouée à l'échec dès le départ car Northumberland échoue à capturer Ralph Neville, un solide partisan du roi. Scrope et Norfolk sont conviés le 29 mai à déposer les armes par Neville, qui leur annonce que leurs demandes seront accordées. Une fois leur armée dispersée, ils sont capturés. Norfolk et Scrope sont emmenés au château de Pontefract en attendant le roi, qui arrive le 3 juin. Le Lord Chief Justice William Gascoigne refuse de les condamner à mort sans procès. Thomas Beaufort est chargé par le roi de les condamner à mort et ils sont exécutés le 8 juin pour trahison (fr.wikipedia.org - Richard le Scrope).

Ce premier baron de Masham est issu des Scrope of Danby qui ont donné les Scrope de Bolton.

Sir William Scrope, K.G., [fils de Richard Scrope premier baron de Bolton] created EARL of Wiltshire, and appointed treasurer of England, in the reign of Richahd II., by which sovereign he was greatly esteemed, and employed in numerous important services. He purchased the sovereignty of the Isle of Man from the Earl of Salisbury, and in 1394, when the truce was confirmed with France, “Guilliam Le Scrop” is recorded to have assented to it “pour le seigneurie de Man,” as one of the “allies” of the King of England. He is the person of whom Shakespeare makes the Lord Roos to say, “The Earl of Wiltshire bath the realm in farm.” Rich. II., act 2, sc. 1. On the invasion of Lancaster, the Earl of Wilts defended the castle of Bristol for the king, but was taken by the usurper's troops, and beheaded in 1399, in the lifetime of his father (Burke's Genealogical and Heraldic History of the Landed Gentry, Volume 2, 1847 - books.google.fr).

Sir William est décapité et seigneur de Man (cf. encore le bailli de la Fée aux Miettes).

Confondre la couronne et une propriété foncière, c'est précisément l'erreur commise par Richard II et dénoncée par Jean de Gand dans son grand discours prophétique sur son lit de mort (Michèle Vignaux, Henri V et la guerre juste, Droit et justice dans l'Europe de la Renaissance: colloque des 02-07 juillet 2001, 2009 - books.google.fr).

Pour Gaunt, il s'agit d'une dévalorisation du statut royal, et du royaume : se comportant en propriétaire de l'Angleterre, Richard II est réduit au statut d'un sujet du royaume. Gaunt exprimerait donc la légitimité de la monarchie absolue (qui triomphe dans l'Angleterre de Shakespeare) face à une forme politique patrimoniale. Il déplore ainsi le traitement de l'Angleterre (jadis «trône royal de rois») par Richard II (Dominique Colas, Dictionnaire de la pensée politique: Auteurs, œuvres, notions, 1997 - books.google.fr).

L'archevêque Scrope est le parrain de Richard de Beauchamp (1381 - 1439), comte de Warwick, qui combattra à Vérone en combat singulier contre sir Pandulph Malacet alors qu'il est en route pour le pélerinage de Jérusalem (Martial Biography: Or Memoirs of the Most Eminent British Military Characters who Have Distinguiphed Themselves Under the English Standard, 1804 - books.google.fr).

Pour les versions 1938/1946, la voiture de Müller est une Humber Pullman 1936 avec l'immatriculation DXN 234.

DXN : "Deixen" pour Daces (M. C. von Rauner, Erster Ursprung und Aufnahme der Weltberühmten Allerhöchst Kaiserlichen Königlichen Residenzstadt Wienn, 1782 - books.google.fr).

Ce fut en 234 que les Alamans envahirent les Champs Décumates et que les Iazyges, les Carpes et les Daces s'attaquèrent aux défenses du Danube. Toute la région du Taunus fut ravagée et Strasbourg détruite une fois de plus. Sévère Alexandre réussit à rétablir la situation et proposa la paix aux Alamans, ce qui entraîna une mutinerie et sa mort (mars 235) (Jean Tulard, Les Empires occidentaux de Rome à Berlin, 1997 - books.google.fr).

La voiture à la caravane est immatriculée (1966) DUK 586 : "duk of Saxons".

Hengist and Horsa, who first came into Britain about A.D. 449, were Jutes, but the subsequent settlers in this Island were chiefly from the Angles; hence, when the eight Saxon kingdoms were settled in Britain in A.D. 586, it formed the Anglo-Saxon Octarchy, generally, but most improperly, called the Saxon Heptarchy. They were called Anglo-Saxons, to point out their origin; Anglo-Saxon denoting that the people so called were the Angles, a nation coming from the Saxon confederacy. In subsequent times, when the Angles bad been alienated from the Saxon confederacy by settling in Britain, they denominated that part of this kingdom which they inhabited Engla-land (the land of the Angles), Angle's land, which was afterward contracted into England (Joseph Bosworth, A Compendious Grammar of the Primitive English Or Anglo-Saxon Language, 1826 - books.google.fr, The Acts of the Parliaments of Scotland, 1844 - books.google.fr).

Stilicon, 403

Claudianus, between the consulship of Stilicho, 400 A.D., and his death, 408 A.D., writes in the same strain of Scots from Ireland, Picts from Caledonia, and Saxons from the sea. Britannia speaks :

Illivs effectvm cvris ne tela timerem

Scottica, ne Pictvm tremerem, ne litore toto

Prospicerem dvbiis ventvrvm Saxona ventis.

This is just before the evacuation of the island (The Antiquary, Volumes 1 à 2, 1871 - books.google.fr).

Now is the winter of our discontent

Made glorious summer hy the sun of York,

And all the clouds that lour’d upon our house

In the deep bosom of the ocean buried.

Analogues of this stately, one is almost tempted to say “pompous”, passage, so appropriately introducing this greatest of Shakespeare’s history plays, have been pointed out in works of the poet’s contemporaries. The metaphor of the first line was no doubt in the air, as it were, in Elizabethan England, and it is therefore hardly admissible to speak of this or that “source” of Shakespeare in the sense that he must have found it there and nowhere else. One may well ask, however, where the metaphor originated in the first place, and I am inclined to think that all the Renaissance references to it are ultimately derived from a passage of Claudian’s Be Bello Gothico. The hero celebrated there is the Vandal Stilicho: the lines in question read as follows).

Hie celer effecit, bruma ne longior uua

esset hiems rerum, primus sed mensibus aestas

temperiem caelo pariter patriaeque referret.

It is to he noted that the situation in both passages is identical, the “winter of discontent” being the Wars of the Roses and the Gothic Wars respectively. Summer, in the Latin text spring, is brought on by the victory of a celebrated general: Edward of York in Shakespeare, Stilicho in Claudian. Even the disappearance of the clouds in the English text corresponds pretty well to the aesias temperiem... caelo... referret of the Latin poet. The resemblance of the two passages goes certainly far beyond the parallelism which has been pointed out to exist between Shakespeare and other Renaissance authors who utilised the metaphor. Were one sure that all Eenaissance derivatives of Claudian have come down to us and been mentioned in this connexion, the conclusion that Claudian was Shakespeare’s direct source would be fairly obvious. This condition is, however, anything but fulfilled, and a similar uncertainty exists even in regard to Elizabethan translations of part of Claudian’s works. It is therefore prudent to see in Claudian only ultimately the source from which the opening lines of King Richard III as well as any parallels in the literature of the Renaissance are derived (The Source of “King Richard III”, Act I, Sc. 11, 11. 1-4) (A.H. Krappe, Shakespeare Notes, Anglia Zeitschrift Fur Englische Philologie, 1928 - archive.org).

Manuscripts circulating within York's family circle emphasized the duke's distinguished pedigree, and likened him to the Roman general Stilicho, a courageous and worthy warrior undermined by an effete and corrupt court party (Philippa Langley, Michael Jones, The King's Grave: The Search for Richard III, 2013 - books.google.fr).

In 1445 an English translation was made of a letter of Claudian addressed to General Stilicho in AD 400 requesting him to come to Rome to accept the honour of consul at a time when the Roman empire, due to weak leadership, was in peril. The translator was possibly Osbern Bockenham, an Augustinian friar of Clare, who travelled to Italy twice and wrote a life of female saints for Richard, Duke of York's, sister, Isabella, Countess of Essex, and perhaps translated the Golden Legend, which was printed by Caxton. Stilicho, who represented all the classical virtues of patience, temperance, prudence and chastity celebrated in such works as Scrope's Epistle of Othea was a powerful symbol for the Duke of York and his followers, the last great Roman before the collapse of the empire (Jonathan Hughes, The Religious Life of Richard III: Piety and Prayer in the North of England, 1997 - books.google.fr).

Scrope, Stephen (1397–1472), author and translator, was the grandson of Richard Scrope, first Baron Scrope of Bolton (c. 1327–1403), and the eldest son of Sir Stephen Scrope, several time deputy in Ireland under Henry IV, and the Tiptoft heiress, Millicent (d. 1446) (www.oxforddnb.com).

Stephen le Scrope was the 2nd Baron Scrope of Masham (d. 1408). He breaks bad news to Richard, in Shakespeare's Richard II 3.2 (www.oxfordreference.com).

When Sir Stephen died in Ireland in 1408 he left a teenage son, also named Stephen. His widow, the wealthy heiress Millicent Tiptoft, then married Sir John Fastolf (www.hevercastle.co.uk).

John Fastolf est un militaire anglais issu d'une famille noble du comté de Norfolk, né en 1378 et mort le 5 novembre 1459. On considère qu'il inspira à Shakespeare son célèbre Falstaff, personnage important des pièces Henri IV et Les Joyeuses Commères de Windsor (fr.wikipedia.org - John Fastolf).

Stuckling et East-Down

Tintin, page 11, passe devant un poteau indicateur : à droite "Eastdown" et à gauche la partie cachée "...uckling".

The Sussex Downs form part of the South Downs, a range of gently undulating chalk hills which stretch across much of Sussex and into neighbouring Hampshire. This beautiful swathe of countryside — characterized by rolling chalk downland, and famously described by Rudyard Kipling as the “blunt, bow-headed, whale-backed downs” — is protected within the newly created South Downs National Park. [...] The South Downs - and the long-distance South Downs Way footpath, which follows the escarpment through Hampshire and Sussex - meet the sea at the Seven Sisters, a series of spectacular chalk cliffs, culminating in the dizzying 530-foot-high Beachy Head, the tallest chalk sea cliff in the country. This pristine stretch of coastline provides some of the finest scenery in the national park. The seaside town of Eastbourne, on the eastern side of Beachy Head, marks an end to the dramatic views, with dazzling, sheer white cliffs dropping down to an elegant promenade (Samantha Cook, Claire Saunders, The Rough Guide to Kent, Sussex and Surrey, 2013 - books.google.fr).

I was interested in the article entitled “Flapjacks and Slapjacks” on page 398 in the S.C.M. for December 1941, and should like to make some comment on the confection known as an “apple turnover”. This in some parts of Sussex used to be called an “apple stuckling”. It is also baked in an oven without a pan. When baked the top of the pastry is cut around and taken off. Then the fruit is chopped up and sugar and nutmeg mixed into it; this being done the top pastry is cut into small pieces and put into the fruit. This old Sussex sweet is very tasty, served either hot or cold. While I am writing may I add that now I am serving with the R.A.F. many thousands of miles from England, I find great pleasure in reading the S.C.M. as it brings back pleasant memories. I lived in Sussex for many years, and had many happy rambles on the South Downs in days of peace. May the time soon return when we can once again enjoy our lovely Downland county to the fullest extent (Michael Short - R.A.F. Pretoria S.A.) (The Sussex County Magazine, Volume 16, 1942 - books.google.fr).

The earliest surviving English cookery manuscript, The Forme of Cury, compiled c. 1390 by chefs to King Richard II and not printed until 1780, contains a recipe for a medieval type of apple pie, "Leshes Fryed in Lenton." (The American Magazine and Historical Chronicle, Volumes 1 à 2, 1985 - books.google.fr).

Les os

Milou et l'os qu'il déterre dans un bois d'Eastdown occupent les pages 11 à 15. Os qui lui est disputé par le danois de Müller.

Nous savons que Diogène, au contraire, recommandait l'utilisation d'osselets comme monnaie, comme le rappelle, d'après Philodème, Chrysippe dans son Sur les choses qui ne sont pas préférables par elles-mêmes et dans le premier livre du Contre ceux qui conçoivent autrement la sagesse. Loin d'être, comme l'a pensé Gomperz une anticipation de la monnaie fiduciaire, il ne s'agit ici que de subvenir le fonctionnement de la monnaie même. Puisque chacun peut fort bien pourvoir à ses maigres besoins véritables, il n'est nullement besoin de commerce ni de monnaie. La monnaie pourra ainsi être remplacée par une chose sans valeur, qui serait bonne à jeter si l'on ne s'en servait pour jouer. Dans une cité vraiment cynique l'argent n'aurait pas plus de valeur que les osselets. Voilà, donc, un des multiples sens que peut prendre le slogan cynique : mettre la monnaie en cours hors circulation pour introduire une fausse monnaie, elle-même sans valeur (Suzanne Husson, La politeia de Diogène le Cynique, Socrate et les socratiques, 2001 - books.google.fr).

Les trois feux : du cynisme au stoïcisme

Pour le stoïcisme toutes les connaissances émanent des sensations élaborées et généralisées par l'entendement. Il n'existe pas d'autres êtres que les corps, dont les uns sont actifs et les autres passifs. Le principe passif s'appelle matière, le principe actif s'appelle Dieu. C'est l'éther ou le feu. Le monde est un grand animal. Les âmes des dieux et des hommes sont les émanations du fluide universel. Dieu, l'âme universelle, ou le fluide primitif, n'agit que selon les lois de sa nature; il en est de même des âmes individuelles. Les âmes individuelles s'évanouiront un jour en se fondant dans la grande âme. Tout, dans cette théorie, est soumis à un mécanisme fatal. Ce qui surprend, c'est l'ostentation de vertu de cette école; vertu si pure en effet, que le cynisme a fini par se fondre dans le stoïcisme. Un principe commun devait tôt ou tard amener cette fusion (Théobald Mitraud, De la Nature des Sociétés humaines, 1854 - books.google.fr).

La capacité du cynisme, raccourci vers la vertu qui est sa fin ("telos"), à produire des sages rejoint le stoïcisme, voie longue, selon le philosophe stoïcien pro-cynique Apollodore. Stoïciens et cyniques sont caractérisés par l'austérité de leur vie, ce sont deux écoles de philosophie ("airesis"). D'autres stoïciens y étaient opposés comme Panétius (Marie-Odile Goulet-Cazé, Les kynica du stoïcisme, 2003 - books.google.fr).

Ce qui précède permettra de glisser vers la cosmogonie stoïcienne.

The Stoic distinction of three fires - auge, aither (or phlox), and anthrax - determine three regions of the cosmos: empyrean, ethereal, and material. See SVF 2: 612, 668. Tardieu (1980: 194–231) has shown the link between these three fires and the Chaldaean Oracles. “In this regard, each of the three worlds can be viewed as a 'fiery' circle dominated, respectively by the transmundane sun, mundane sun, and moon..." Majercik 1989: 17) (Michel Roberge, The Paraphrase of Shem (NH VII,1): Introduction, Translation and Commentary, 2010 - books.google.fr).

Posidonius, à la suite de Chrysippe, place au sommet de l'univers, non pas la sphère des fixes, mais le ciel, distinct d'elle, région où l'éther est dans toute sa pureté, où règne cette "augè", feu essentiellement lumineux, qui est le feu dans lequel, au moment de l'ekpyrose, doit se résorber le monde. [...] Nous savons par Philon que Cléanthe et Chrysippe n'étaient point d'accord sur la nature du feu, dans lequel au moment de la conflagration finale le monde se résorbait. Pour le premier, c'était le "phlox". Pour le second c'était l'"augè". Diverses notices nous font connaître l'existence chez les Stoïciens d'une doctrine qui distinguait trois sortes de feu, dont le troisième est l'"augè". Cléanthe la connaissait-il déjà ? Ou n'a-t-elle été introduite que par Chrysippe, qui fait de l'"augè" le feu le plus élevé en dignité puisque c'est en lui que se résorbe tout l'univers ? On peut, croyons-nous, établir que Chrysippe doit être l'introducteur de cette idée. En effet, dans une page du De nalura deorum, où Cicéron expose sur le soleil des considérations qu'il attribue en termes exprès à Cléanthe, il ne connaît que l'opposition de deux sortes de feu : le feu qui détruit et le feu qui vivifie. Cette distinction, est en quelque mesure esquissée chez Aristote. Il est donc certain que c'est Chrysippe qui a distingué le premier trois sortes de feu et introduit la notion de l'"augè". Cela répond tout à fait à l'idée qu'on se fait de sa méthode et à son amour des divisions subtiles et nouvelles. [...]

En ce qui concerne plus particulièrement l'"augè", il faudrait savoir si la Ttacvavyc.i. l'astre hyperouranien du De opificio mundi de Philon, est influencée par la cosmologie stoïcienne ou ne représenterait pas au contraire, à quelques égards, la doctrine qui a suggéré à Chrysippe sa nouvelle distinction en trois feux. Notons qu'il est un système platonisant où prédomine la notion de lumière, qui caractérise l'"augè". C'est celui d'Héraclide le Pontique. selon lequel l'âme est essentiellement "phôtoeidès". On a voulu trouver à cette conception des origines orientales et plus spécialement iraniennes. Elle peut en tout cas, s'être raccordée avec l'idée platonicienne du soleil intelligible, où on trouvait déjà unis le spirituel et le lumineux (Pierre Boyancé, Études sur le Songe de Scipion: essais d'histoire et de psychologie religieuses, 1936 - books.google.fr).

L'esprit et la monnaie

Il faut le constater : le fond du système de Valentin est bien le même que celui de l'Apocryphon de Jean. Valentin a puisé dans des documents analogues, nombreux sans aucun doute dans ce centre prestigieux qu'était Alexandrie. Voici comme l'on peut, semble-t-il, se représenter les couches de formation de cette gnose, du point de vue de leur valeur de structure : 1° Un point central (très ancien), qui est la chute de la parcelle divine et son retour à la divinité ; 2° Autour de ce centre, un noyau de pensée (orientale, irano-babylonienne ?) : doctrine des émanations, révélation du Dieu Inconnaissable ; matière mauvaise ; Démiurge inférieur, organisateur de cette matière (c'est le Platon du Timée stéréotypé et gauchi au IIe siècle) ; dualisme de lumière (monde divin) et de ténèbres au sein desquelles surgit notre monde ; cadre des sept sphères (devenu usuel) ; lutte de la parcelle divine pour remonter à sa source à travers ces éléments étrangers et hostiles ; légende de l'Homme ; rôle éminent de la Déesse-Mère vénérée dans tout l'Orient ; 3° Enfin, entourant tout cela, une zone (alexandrine ?), celle qui nous apparaît au premier abord, et qui pourtant n'a qu'une valeur secondaire par rapport au reste : «puissances» hiérarchisées au sein du Dieu Infini (Philon) ; groupement en Plérôme ; disposition par couples (élément mythologique) ; personnage de Sagesse (fondu avec la Déesse-Mère et Isis), pour illustrer la chute de la parcelle et sa purification ; émission par Sagesse des germes pneumatiques contenus en elle (cf. Isis et Osiris, 43) ; rôle du Logos (Logos de Philon, ou Hermès psychopompe) par rapport au monde féminin du Pneuma (Stoïciens). Que ces éléments se présentent sous une couleur philosophique (logos et pneuma ; "nous" et logos ; exclusion des passions, etc.) ou sous une couleur chrétienne (grâce, Logos, Monogène, germe de Pneuma...), cela ne change pas leur nature foncière, empruntée à un courant de gnose existant alors (François Louis Marie Matthieu Sagnard, La gnose valentinienne et le témoignage de saint Irénée, 1947 - books.google.fr).

Dans l'Apocryphon de Jean, le mythe de la chute des anges n'est plus ici un mythe de chute. Les anges ne tombent pas sur terre mais ils y sont envoyés par le Démiurge qui se sert d'eux pour accomplir son dessein d'une grande tromperie envers la race humaine. [...] Il n'est pas question dans l'Apocryphon de Jean d'enseignements ou de révélations des anges aux hommes. Les anges ne communiquent ici ni les arts ni les sciences, se limitant à introduire sur terre des matières brutes. Ces «dons» sont à double tranchant, car ils entraînent les hommes à la tentation et à la plané. [...]

«Ils créèrent un esprit (pneuma) imitant l'image de l'esprit (pneuma) qui descendit de façon que (hôste) les âmes (psyché) soient souillées par lui, et les anges (angelos) changèrent leur apparence selon (kata) l'image des époux des femmes ; celles-ci furent alors remplies de l'esprit (pneuma) des ténèbres et de méchanceté (ponèria) qu'ils mélangèrent (kerannunai) en elles. Ils amenèrent or et argent et un don (dôron) et cuivre et fer et métal (metallon) et toute sorte (genos) de choses (eidos) et ils firent sombrer les hommes qui les avalent suivis dans de grands soucis et ils les amenèrent à de nombreuses erreurs. Les hommes vieillirent dans des difficultés, moururent, ne trouvèrent pas la connaissance, ne connurent pas le Dieu de vérité Dieu de vérité. Ainsi la création (ktisis) entière fut esclave pour l'éternité, de la fondation (katabolè) du monde (kosmos) jusqu'à maintenant» (AJ II.30.5-7). Le but ultime de la tromperie des anges est donc de rendre esclave l'humanité. Pour réaliser cela, le moyen le plus efficace a été de la lier par la chaîne de l'adultère et de la procréation. (M. Scopello, Le mythe de la chute des anges dans l'Apocryphon de Jean (II.I) de Nag Hammadi, Revue des Sciences Religieuses, 1980 - books.google.fr).

Le codex de Berlin a été acheté en 1896 en Égypte, par un spécialiste allemand des chrétiens d'orient, Carl Schmidt. Son origine exacte est inconnue, mais Schmidt pensait qu'il avait dû être trouvé dans une tombe chrétienne, à Akhmîm en Haute-Égypte. Sa rédaction semble dater du Ve siècle. Une première publication en a été faite par Carl Schmidt en 1903, mais à la suite de multiples contretemps et de son décès il a fallu attendre 1955 pour voir paraitre son édition définitive par Walter Till, après rapprochement avec les textes découverts en 1945 dans la bibliothèque de Nag Hammadi. Il s'agit de la traduction en sahidique (un dialecte du copte) de quatre textes, rédigés à l'origine en grec, dénommés respectivement : Évangile selon Marie (BG 8502,1 ), pages 7 à 19, les premières pages et les pages 11 à 14 manquent ; Apocryphon de Jean (BG 8502,2), pages 19 à 77 ; Sagesse de Jésus-Christ (BG 8502,3), pages 77 à 127 ; Actes de Pierre (BG 8502,4), pages 128 à 141 (fr.wikipedia.org - Codex de Berlin, (fr.wikipedia.org - Livre des secrets de Jean).

«Makarioï oï ptôchoï tô pneumati...» (Sermon sur la Montagne). Makarioï peut et doit être traduit par "heureux". Ptôchos signifie pauvre, mais il s'agit ici d'un substantif dont le sens correspond assez bien à ce que nous nommons «un pauvre», c'est-à-dire un mendiant (comme dans l'expression : «donner de l'argent à un pauvre»). Quant à pneumati, il s'agit du datif du mot pneuma, qui signifie «le souffle». Pour connaître la correspondance entre les mots grecs de l'Évangile et les notions hébraïques de la Bible, il est utile de se reporter à la traduction en grec de la Bible exécutée à Alexandrie au IIIe siècle avant Jésus-Christ. Or dans ce texte, que l'on appelle Septante parce que soixante-dix sages juifs sont censés y avoir contribué, le mot grec pneuma correspond à l'hébreu ruah, qui signifie également «le souffle». Il s'agit aussi bien du souffle que l'on inspire que du souffle de Dieu qui inspire. C'est pour cette raison que l'on a d'abord traduit pneuma par le latin spiritus, puis par le français «esprit» (ces deux mots étant d'ailleurs de la même racine que inspiration, expiration, respiration...). Le problème, c'est que le mot «esprit» en est venu à signifier dans notre langue non plus la dimension proprement spirituelle, mais la faculté intellectuelle en général (ce que les Anglais appellent mind par opposition à spirit). [...] Est heureux, selon Jésus, celui qui est par rapport au souffle divin dans la position d'un pauvre, d'un mendiant par rapport à l'argent : il en manque, il a conscience d'en manquer et il ose en emander - ce qui rend possible qu'il en reçoive. En d'autres termes, une des clés du bonheur selon cet enseignement est d'avoir conscience du manque de Dieu, d'oser assumer son désir et s'ouvrir au don de la Grâce. C'est pour cela que j'ai choisi de traduire cette première injonction des béatitudes : "heureux les mediants du souffle" (Denis Marquet, Le Testament du Roc, 2016 - books.google.fr).

À l'époque même de Rousseau, le Tristram Shandy de Lawrence Sterne (1760) atteindra les sommets dans la lucidité théorique. Voici que Tristram Shandy (le personnage), tout en étant censé être un véritable homme, est l'incarnation non pas seulement du romancier en train d'écrire (douloureusement) le roman, mais bien du roman en train de (douloureusement) s'écrire. Le contenu du livre est directement constitué par l'incarnation, par la littéralisation, la littérarisation de tous les genres de discours, et, pour la première fois directement, de toutes les figures de rhétorique (à la fois nommés et mis-en-œuvre). L'identification culmine ici : Tristram est la personnification en être humain, non seulement de l'ouvrage en train de se concevoir (psychologiquement), mais bien du texte en train de se réaliser, par et dans les figures rhétoriques prises au propre. Dans une figure sensible et "réaliste" (un petit penseur anglais du XVIIIe siècle), s'incarnent ainsi les figures-de-l'écriture, dans leur sens figuré. Un autre enfin, avant Rousseau, avait bâti déjà son chef-d'oeuvre par incorporation des mots dans des figures de chair et de sang, — si l'on peut parler ainsi d'êtres par-delà notre monde. Et comme Rousseau il avait su lui donner valeur de sacrement. Dante en effet réaccomplissait sciemment le sacrifice du Christ, dans l'union des deux natures que sont l'intellectuel et le sensible du langage humain. C'est bien chez lui que s'était nouée la problématique moderne du faux-monnayage : non seulement parce qu'il avait établi, comme l'a souligné Roger Dragonetti, un lien intime entre la faute du faux-monnayeur et celle de Narcisse (tous deux détournent l'image, l'humilient, portent atteinte à son vrai sens), mais parce que cette unique faute est selon Dante, celle-là même aussi dont s'occupent et la théologie et la littérature. Le péché d'Adam consiste, pour lui, dans ce même détournement de l'image : de l'image sainte que lui-même, homme créé à la ressemblance de Dieu, il constitue. Maître Adam le faux-monnayeur historique, le contemporain dont parle Dante, porte donc bien son nom; il est l'emblème de la faute humaine qui consiste à falsifier l'image de Dieu en lui, à détourner l'homme de sa valeur de signe de Dieu. Si anthropologiquement, la racine du mal réside ainsi dans un mauvais maniement de l'image, alors on comprend que, théologiquement, le "génie" du christianisme soit de proposer le salut par la bonne Image. Dante adhère pleinement à cette certitude que le Christ répare le dévoiement fait par Adam à l'image humaine, en greffant cette nature humaine sur la nature divine : il insiste constamment sur la réussite, en Jésus-Christ, de l'union des deux natures (Nanine Charbonnel, Philosophie de Rousseau: Tome 3 : Logiques du naturel, 2006 - books.google.fr).

L'inspiration écossaise, à laquelle nous devons Trilby ou Le Lutin d'Argail se prolonge bien au-delà de 1822 puisque La Fée aux Miettes se passe en partie dans l'asile des aliénés de Glasgow. [...]

Dès les premières pages de son livre Histoire du roi de Bohême et de ses sept châteaux, Nodier prend soin de nous informer que toute création littéraire est vaine, et impossible. Car tout livre n'est qu'un pastiche. [...] L'histoire même du roi de Bohême et de ses sept châteaux est évoquée par l'Irlandais Sterne (1713 - 1768) dans La Vie et les Opinions de Tristam Shandy. Le récit est plus d'une fois annoncé sans que jamais il ne nous soit donné de savoir de quel roi de Bohême ni de quels châteaux il s'agit (Claudine Gothot-Mersch, Narration et interprétation, 2019 - books.google.fr).

Comme roi de Bohême, cf. les Ottokar Prezmysl à ne pas confondre avec ceux de Syldavie, selon la brochure que lit Tintin dans l'avion qui le conduit à Klow avec le faux Nestor Halambique, son frère jumeau Alfred.