Partie IX - Synthèse   Chapitre LVIII - Autour de Rennes   Eglise Marie-Madeleine et calendrier kabbalistique   

taban.canalblog.com - Images de cul et poncifs culs

Nous mettons en relations les lments dcoratifs de l'glise Sainte-Marie-Madeleine de Rennes-le-Chteau avec le calendrier kabbalistico-tarotique qui a fait ses preuves dans le chapitre Calendrier kabbalistique Rennes-le-Chteau (Rennes le Chteau - Calendrier kabbalistique).

Cette fois nous prenons le Tarot de Marseille.

Le panneau de l'autel

Ce que l'on semble discerner comme la prsence de Rose de Lima et de Thrse d'Avila dans le panneau correspond au mouvement religieux de renaissance catholique qui se manifeste en particulier avec le chantier du Sacr Coeur de Paris.

La colline de gypse qui domine Paris au nord a connu, en l'honneur de Mars et de Mercure, des temples dont on possde encore quelques chapiteaux. Leurs noms fournissent une des tymologies du mot Montmartre. La seconde, Mont des Martyrs, est offerte par saint Denys, premier aptre chrtien de la future capitale, qui aurait sjourn avec ses disciples dans les carrires pltre. Une opinion trs ancienne lui fait y trouver le martyre par dcapitation. Une abbaye entretint son culte, renouvel par la dcouverte, au XVII me sicle, d'une grotte marque de son nom ; sa dernire abbesse fut guillotine par la Rvolution Franaise (www.sacre-coeur-montmartre.com - Butte).

En 1870, la guerre clate entre la France et l'Allemagne. Le Concile qui se tenait au Vatican est interrompu et le pape, qui n'est plus protg par les troupes franaises, se considre prisonnier dans la cit du Vatican ! En France, c'est la dfaite militaire et l'occupation d'une partie du pays par les troupes allemandes. La dmarche de Messieurs Alexandre Legentil et Hubert Rohault de Fleury est spirituelle. Ils font vu de construire une Eglise consacre au Cur du Christ en rparation (en pnitence pour les fautes commises) car pour eux les malheurs de la France proviennent de causes spirituelles plutt que politiques. Fin 1872, Le Cardinal Guibert, archevque de Paris, approuve ce vu et choisit Montmartre. Un an plus tard, il obtient de l'Assemble Nationale une loi qui dclare d'utilit publique la Basilique, permettant ainsi que le terrain soit affect la construction d'une glise. A cette poque, la construction d'une Basilique ddie au Cur du Christ contraste avec la srie de Basiliques ddies Marie construites durant la mme priode : Lourdes, Notre-Dame de Fourvire Lyon, Notre-Dame de la Garde Marseille 1875 : Pose de la premire pierre puis travaux ; 1919, c'est le 16 octobre que la conscration aura lieu (www.sacre-coeur-montmartre.com - Basilique).

La dcoration du Sacr-Cur, mise en place en plusieurs tapes, apporte aussi sa contribution la question du masculin et du fminin en ce haut lieu. Mais avant d'tre considre en elle-mme, elle peut tre compare une description datant des annes 1850 du rle des femmes dans l'Histoire sainte et un projet de programme dcoratif compos la fin des annes 1870. En effet l'abb Georges Darboy, alors aumnier du lyce Napolon (l'actuel lyce Henri IV), a crit deux ouvrages sur les femmes : Les Femmes de la Bible et Les Saintes femmes. Une comparaison avec le palmars montmartrois de 1920 environ fait apparatre des absences, des valeurs sres et des nouveauts. Marie, bien sr, est hors concours. Les dix figures fminines de l'Ancien Testament dcrites par le futur archevque de Paris n'apparaissent pas au Sacr-Cur. Elles n'entrent pas dans la gnalogie de la dvotion au Cur du Christ. En revanche, celles du Nouveau Testament, sauf la fille d'Hrodiade, ornent les murs ou les portes du sanctuaire. L'histoire de l'Eglise selon le Sacr-Cur a retenu neuf saintes et en a oublies neuf de celles choisies par l'abb Darboy. Finalement, les saintes femmes apparaissant seulement Montmartre sur la mosaque du chur sont Jeanne d'Arc qui fait bande part, Gertrude, Catherine de Sienne, Marguerite-Marie, Marie-Antoinette, Madame Royale, Madame Elisabeth, Madeleine-Sophie Barat, prsentes au titre de leur liens avec la dvotion au Cur du Christ. Cette mise en perpective du programme iconographique du Sacr-Cur avec la proccupation fministe de Mgr Darboy, qui pourrait tre tudie pour elle-mme, souligne la continuit et et la nouveaut de la rflexion faite par le pre Xavier Franciosi dans les annes 1890 et par le Comit au temps de la prsidence du cardinal Amette.

L'autre comparaison a t annonce dans le premier volume de cette enqute. Elle se justifie bien davantage, puisque c'est un projet de programme pour le Sacr-Cur lui-mme pens vers 1880. Quatre femmes ont quitt la place d'honneur du chur pour les chapelles : Anne, Clotilde, Radegonde et Jeanne de Chantal. Quatre restent au premier rang : la Sainte Vierge, Genevive, Jeanne d'Arc, qui apparat dj, et Marguerite-Marie. Prennent place avec elles : Marie-Madeleine et Marthe, Agns ; quatre saintes non franaises : Gertrude, Catherine de Sienne, Rose de Lima, Thrse d'Avila ; Marie-Antoinette et sa belle-sur qui rejoignent Louis XVI ; Sophie Barat. Le programme montmartrois a pris en compte l'glise universelle alors que celui de l'abb Vasseur en 1880 se cantonnait en France (Jacques Benoist, Le Sacr-Coeur des femmes, de 1870 1960: contribution l'histoire du fminisme, de l'urbanisme et du tourisme, Volume 3, 2000).

Marie-Madeleine - La Mort - 4 juin

Nous commenons par Marie Madeleine agenouill devant la croix bourgeonnante et le crne d'Adam qui est l'illustration du rachat du pch originel par la mort du Christ.

Avant le XVIme sicle, l'iconographie reprsente Marie Madeleine en riches habits de Princesse ou de courtisane, rarement dans sa grotte, et le plus souvent tmoin de la Rsurrection du Christ, auprs de Jsus sur la croix ou tenant le vase de parfum que la tradition chrtienne lui attribue. C'est avec l'arrive du style Baroque que Marie Madeleine sera alors reprsente pcheresse repentie, un livre auprs d'elle (reprsentant l'vangile), un crne sur ses genoux (signifiant la mort) ou dans ses mains, une croix dresse devant elle (www.descendancedejesusetmariemadeleine.com - Marie-Madeleine et le cabinet de rflexion).

Pourquoi le 4 juin ?

Grgoire le Grand confond Marie de Bthanie et Marie de Magdala. Cependant, dans le martyrologe romain, Marie de Bthanie est fte le 29 juillet, tout comme sa sur Marthe, alors que Marie de Magdala l'est le 22 juillet. Jean Chrysostome dclare qu' il faut d'abord vous avertir que celle-ci n'est point la femme de mauvaise vie dont parle saint Matthieu, ni celle dont parle saint Luc, mais une autre, et une femme vertueuse. Pour l'glise orthodoxe, elle est l'une des porteuses de myrrhe et elle est fte le 4 juin en mme temps que sa sur Marthe (fr.wikipedia.org - Marie de Bthanie).

En effet l'glise orthodoxe Sainte-Marie-Madeleine, construite par le clbre architecte russe Lon Benois sur la Mathildenhhe qui domine Darmstadt et consacre le 8 octobre 1899 en prsence du couple imprial de Russie (photographie in Reinhard Thle, Orthodoxe Kichen in Deutschland, Vandenhoeck & Ruprecht, Gottingue 1997, p.27), prsente en ce qui concerne son porche une certaine similitude avec Rennes-le-Chteau.

Deux des filles du grand-duc Louis IV de Hesse, Elisabeth (1864-1918) et Alix - devenue Alexandra aprs sa conversion l'Orthodoxie - (1872-1918) avaient pous le grand-duc Serge Alexandrovitch Romanov (1857-1905), fils d'Alexandre II, et le tsarvitch Nicolas Alexandrovitch Romanov (1868-1918), fils d'Alexandre III, devenu tsar en 1894. Les deux couples connurent un destin tragique: le grand-duc Serge fut assassin par des terroristes en 1905, l'empereur Nicolas et l'impratrice Alexandra furent massacrs par les communistes dans la maison Ipatiev Catherinebourg le 17 juillet 1918 et la grande-duchesse Elisabeth, qui avait pris l'habit monastique dans son veuvage, fut prcipite par les communistes dans un puits de mine Alapaev dans l'Oural le 18 juillet 1918 (www.forum-orthodoxe.com).

Les doigts croiss de Marie Madeleine font penser une grille, comme le gril de saint Laurent dont une chapelle existe Saint-Mamet-la-Salvetat peut-tre voqu en face, sur le panneau du confessionnal (La Montagne fleurie ou Le Christ s'est arrt Vixalort). A Lourouer Saint-Laurent, l'glise Saint-Laurent propose un ventail des diffrents styles de fresques mdivales et un catalogue trs riche de sa symbolique. Sur le ct gauche, nous pouvons observer le fragment d'une fresque avec des doigts d'enfants replis sur un livre ferm. Il s'agit d'un fragment de La vierge l'enfant. Nous pouvons voir une femme couche, au dessus tout en haut, c'est Marie-Madeleine, qui lave les pieds du Christ. Devant nous prsent face au chur, nous voyons une crucifixion. Le Christ est entour du soleil et de la lune (test.zevisit.com - Eglises de l'Indre).

La basilique de Sainte Marie-Madeleine de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume, acheve en 1532 est le plus important difice religieux de style gothique bti en Provence.

Des peintures sur bois prsentent saint Laurent et saint Thomas d'Aquin et sont d'Andr Abellon, dominicain natif de Saint Maximin tandis que les deux autres ont t maladroitement repeintes. Ces quatre tableaux et la prdelle faisaient partie du mme retable. Saint Laurent est reprsent revtu de son habit diaconal, portant de la main gauche le livre des vangiles et de la droite la palme des martyrs ; un gril plac ses pieds rappelle son martyre car il a t brl vif.

Andr Abellon est n vers 1375 Saint-Maximin de parents aubergistes. Entr dans son jeune ge chez les dominicains, au monastre Sainte-Marie-Madeleine de Saint-Maximin, il fut un grand orateur et un reformateur de l'ordre. Il enseigne la thologie Montpellier, Paris et Avignon. Il continue de prcher Aix tandis que la ville est ravage par la peste en 1445. Paralllement, il est rput avoir t un peintre de talent. Quatre peintures, situes actuellement dans la chapelle Notre-Dame d'Esprance dans la Basilique Sainte-Marie-Madeleine de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume, lui ont t attribues. Il meurt Aix le 15 mai 1450. Andr Abellon a t batifi le 19 aot 1902 par le pape Lon XIII. Sa fte a t fixe au 15 mai (fr.wikipedia.org - Saint-Maximin-la-Sainte-Baume, fr.wikipedia.org - Andr Abellon).

Un reliquaire du doigt de saint Laurent, dat entre 1280 et 1320, a fait partie du mobilier religieux de la reine Jeanne d'Evreux. Fille du Comte d'Evreux, fils du roi Philippe III, et de Marguerite d'Artois, elle est l'arrire-petite fille de Saint Louis. Jeanne d'Evreux deviendra la troisime femme de Charles IV en 1325. Ce dernier fils de Philippe le Bel est galement descendant de Saint Louis. Le roi dcde en 1328. Jeanne d'Evreux, enceinte sans hritier mle, dcdera en 1371 Brie-Comte-Robert. Le mcnat de Jeanne d'Evreux se manifestera dans les domaines de l'enluminure, de la sculpture, de l'orfvrerie, de l'architecture. Ce mcnat interviendra durant les rgnes de Charles IV de 1322 1328, de Philippe VI de 1328 1350, de Jean II le Bon de 1350 1364 et celui de Charles V. Cette priode sera marque par la Guerre de cent ans, la famine, les pestes noires de 1348 et 1350 et une crise conomique sans prcdent, caractrise par la mise en place d'un systme fiscal trs favorable aux riches engendreront une concentration des fortunes individuelles. Les cours princires et les auxiliaires des souverains chargs de collecter les impts ainsi que les lombards constitueront d'importants centres de la cration (www.insecula.com).

Rose de Lima - La Lune - 26 aot

Primus Americae meridionalis flos, elle naquit le 29 avril 1586 Lima, capitale du Prou. Elle reut le nom d'Isabelle au saint Baptme ; mais sa mre ayant, trois mois aprs sa naissance, vu une rose planer au-dessus de la tte de l'enfant mirauleux, s'cria : Isabelle, tu te nommeras dsormais Rose ! (Dictionnaire encyclopdique de la Thologie catholique, Tome 20, 1864).

Elisabeth et Isabelle ne sont qu'un seul et mme prnom cette poque. On trouve galement dans les documents des formes hybrides telles qu'lsabeth ou Elise (Thierry Leroy, Hugues de Payns: la naissance des Templiers : la mmoire retrouve, 2011vv).

En 1543, le roi Charles Quint pour ragir aux luttes intestines entre les conquistadores envoya Blasco Nez Vela en tant que premier vice-roi. Il sera son tour tu par Gonzalo Pizarro, le frre du premier Pizarro. Finalement, un nouveau vice-roi, Pedro de la Gasca parvint restaurer l'ordre et excuta Gonzalo Pizarro aprs sa capture. 39 vice-rois ont succd Nez Vela et ont gouvern la vice-royaut entre 1544 et 1824. Francisco de Toledo (1569-1581) fut celui qui organisa l'tat colonial et fonda les rductions ou cits d'Indiens o ils furent regroups. Au XVIIIe sicle, devant la difficult de l'administration d'un territoire immense, se raliseront reformes dans la structure politique coloniale ("les rformes bourboniennes"). En 1717, la Vice-royaut de Grenade fut forme : elle regroupa la Colombie, l'quateur, le Panama et le Venezuela. En 1776, une nouvelle vice-royaut vit le jour, la Vice-royaut du Ro de la Plata : elle regroupait l'Argentine, la Bolivie, le Paraguay et l'Uruguay (fr.wikipedia.org - Prou).

Le calendrier de Vnus

La paire de cartes Lune / Chariot tudie dans le Tarot de Paris est en rapport avec Vnus, par son char tant tir par des volatiles, et par son amour de la harpe ou de la lyre (Kabbalisation du Tarot : Chariot et Lune).

D'un coup d'aile, nous pouvons nous poser maintenant Tiahuanaco au Prou. Un curieux monument nous attend que certains appellent la Porte du Soleil. Nous en avons la reproduction au muse de l'Homme Paris. Sur cette porte figure figure un calendrier. Ce calendrier prsente une particularit trange : il concerne la rotation de Vnus autour du Soleil et non celle de la Terre autour de l'astre du jour (Paul Posson, Le testament de No, Volume 44 de Les nigmes de l'univers, 1972).

Selon Kazantsev, les sculptures de Tiahuanaco reprsentent un calendrier, vieux de douze mille quinze mille ans, dont l'anne solaire correspondrait la priode de rotation de Vnus autour du Soleil, preuve que le monument fut laiss par visiteurs extraterrestres originaires de cette plante (Wiktor Stoczkowski, Des hommes, des dieux et des extraterrestres: thnologie d'une croyance moderne, 1999).

N'a-t-on pas t jusqu' prtendre que Tiahuanaco avait t difie par une peuplade venue d'une autre plante, de Vnus en particulier, il y a de cela deux cent cinquante millions d'annes ?

Sur la clbre Puerto del Sol, Tiahuanaco, Viracocba a un visage solaire, et il est arm d'une massue et d'une bola trois branches (arme de jet indienne) qui figurent respectivement le tonnerre et l'clair. On voit qu'ici, soleil et tonnerre sont des attributs du Dieu suprme, peut-tre parce que lumire et son sont des manifestations primordiales et des symboles du Verbe. Mais ce titre, ils lui sont infrieurs, et ne peuvent entrer avec Lui dans une Trinit (tudes traditionnelles, Numros 417 428, 1970).

Orjona, la premire mre de l'humanit, vint de Vnus sur un engin volant plus brillant que le soleil , crivit Garcilaso de la Vga. Elle tait semblable en tous points aux hommes sauf ses mains palmes et sa tte en cne (Robert Charroux, Le Livre des matres du monde, 1967, civilisations.chez.com - Orejona).

Mission scientifique franaise en Amrique du sud : travaux et fouilles de Tiahuanaco 1903 - www.brooklynmuseum.org

Antiquit du Perou porte monolithe de tiahuanaco Tiwanaku Pru 1858 - www.ebay.de

Tiauanaco est le centre de ce certains appellent la tawaqapa, un ensemble organis de sites indiens sur le trac d'une croix andine. Le Qhapad Nan est le chemin sacr qui forme une ligne diagonale 45 selon Maria d'Ebneth Scholten (La ruta de Viracocha, Lima 1954).

Marco Alhelm, Die Chacana-Mauer nahe des Pilcocaina-Palastes auf der heiligen Insel Titicaca - www.efodon.de

Proche de Tiahuanaco (Bolivie), se trouve Puno (Prou) qui honore Rose de Lima.

Puno fut le centre de la culture Tiahuanaco (800 1200 ap.J.C.), ne du peuple Aymara, qui sest tendue entre ce qui est aujourdhui le Prou et la Bolivie ; Les Incas simposrent sur ce territoire au XVe sicle, et les Espagnols, attirs par lactivit minire qui sy dploya alors, y laissrent un hritage colonial important dans toute cette rgion. Aujourdhui, la ville de Puno (3827 m) est la capitale du folklore pruvien et le haut lieu de la Fte de la Vierge de la Chandeleur (www.abc-latina.com - Puno).

Le plateau du Collao qui nous intressera ici. Il comporte un fait gographique de premier ordre : la prsence d'une vritable mer intrieure, l'immense lac Titicaca, situ 3 812 m d'altitude (c'est le plus haut lac du monde). Le Titicaca, parfaitement navigable, et le Collao, plaine de haute montagne au sud du lac, ont constitu un ensemble qui est la plaque tournante de la rgion. Il y a au moins treize ou quatorze sicles, la culture de Tiahuanaco existait dj sur les rives orientales du Titicaca, dans le territoire appartenant aujourd'hui la Bolivie. Plus tard, les Incas, grands btisseurs de routes employrent eux-aussi la voie lacustre et la plaine pierreuse du Collao pour communiquer partir de leur capitale, le Cuzco, avec Arequipa au sud, avec le nord de l'actuelle Argentine, et enfin avec les terres chaudes qui se trouvent vers l'est.[...] Ce sont prcisment les routes de l'exploitation du mtal, menant du Cuzco Arequipa, a" Arequipa Potosi, et enfin de Potosi au Cuzco, qui ont tiss ce rseau plus ou moins triangulaire dont le centre fut toujours le grand lac. Au Collao, l'hiver est rigoureux, mais le soleil brille presque toute l'anne, l't est frais, l'air toujours trs pur et sec. C'est dans ce cadre austre et grandiose que s'lve la ville-port de Puno qui va retenir notre attention par sa magnifique cathdrale du XVIIIe sicle.

Au temps du vice-roi du Prou, le comte de Lemos (1667-1672), une ville fut fonde, en 1669, sur la rive mridionale du lac Titicaca, l'emplacement du hameau indien de Laicacota. Elle reut le nom de San Carlos de Puno et fut ainsi que sa future cathdrale mise sous le patronage de saint Charles Borrome, saint de la Contre- Rforme 3. Un sicle plus tard, Puno tait en pleine prosprit grce l'exploitation des mines d'argent. L'glise cathdrale de Puno, place sous la double protection de saint Charles et du roi d'Espagne (Charles III monta sur le trne d'Espagne en 1759), fut difie grce la munificence d'un riche minier, Miguel Jacinto de San Romn. Sur la faade de la cathdrale figure le nom de Simon de Asto, son constructeur prsum; on y lit aussi une date : 1757. Le dcor intrieur ( l'exclusion des retables, qui ont disparu) consiste en reliefs de mdaillons chaque trave. Selon M. Marco Dorta, les thmes sont successivement, en allant de l'abside la porte d'entre : l'Immacule, la Vierge l'Enfant, sainte Rose de Lima, saint Michel, saint Dominique et saint Franois. M. Ricardo Maritegui Oliva pense que le deuxime motif central de la vote est non pas la Vierge l'Enfant mais l'Enfant Jsus de Prague. Il croit voir encore dans ls deux portails latraux extrieurs les reprsentations de saint Jean l'vangliste et de saint Luc.

Cela pour la symbolique chrtienne. Ajoutons qu'on trouve de nombreux grotesques sur toute la faade, et mme deux petites sirnes portant un instrument de musique. Avec ce rpertoire iconographique nous sommes encore dans le domaine europen, ce qui n'est plus le cas pour des reprsentations d'origine indienne mlanges inextricablement aux apports occidentaux.

La ville entire tant btie en damier, la cathdrale occupe un lot carr, et ses quatre faades sont orientes, comme toutes les maisons qui l'entourent de loin ou de prs. Cette glise occupe un lot qui regarde le lac. La faade n'est plus oriente selon la symbolique ancienne bien que rien ne s'y oppose matriellement : elle regarde l'Est et reoit donc le soleil, surtout le matin. Cette cathdrale est du XVIIIe sicle il est vrai, mais elle appartient par dfinition un XVIIIe sicle sud-amricain. Elle n'est pas baroque dans le sens traditionnel du mot, moins encore rococo ou no-classique . Elle est tout simplement la cathdrale de Puno, c'est--dire un monument qui n'est pas interchangeable, un cas particulier (Damian Bayon, Un problme de filiation architecturale : la cathdrale de Puno au Prou. Annales. conomies, Socits, Civilisations. 25e anne, N. 5, 1970, www.jesus-marie.net - Rose de Lima).

La tour et le portique du panneau de Marie Madeleine pourrait form un LM plutt qu'un JM, LM qu'on retrouve sur les pices de monnaie pruvienne anciennes :

gauche, Peru: Lima. Gold cob 8 Reales 1712-LM, F-7, KM-38.2, Cal-93, XF-AU - coins.ha.com

droite, www.benhammott.com - Dtail de l'autel

Thrse d'Avila - Le Monde - 15 octobre

L'arbre de la croix est rcurrent au Carmel.

Dans sa constante floraison, l'arbre de la Croix porte toujours des fruits renouvels de salut. C'est pourquoi les croyants se tournent vers la Croix avec confiance, tirant de son mystre d'amour le courage et la force pour marcher sur les traces du Christ crucifi et ressuscit. Le message de la Croix est ainsi entr dans le cur de beaucoup d'hommes et de femmes, transformant leur existence. Un exemple loquent de cet extraordinaire renouveau intrieur est le parcours spirituel d'Edith Stein. Une jeune femme en qute de la vrit, grce au travail silencieux de la grce divine, est devenue une sainte et une martyre : il s'agit de Thrse Bndicte de la Croix, qui rpte aujourd'hui tous, du haut des cieux, les paroles qui ont marqu son existence : Pour moi, que la Croix de notre Seigneur Jsus-Christ reste mon orgueil.

Edith Stein prit lhabit de carmlite le 15 avril 1934 par admiration pour Thrse d'Avila et pour son uvre qui l'ont conduite au Christ (Pierre d'Ornellas, Ecole cathdrale, Edith Stein, la qute de vrit, Parole et silence, 1999, fr.wikipedia.org - Edith Stein).

Le mariage de l'me et de l'Epoux se fait sous un arbre, le pommier du Cantique spirituel de saint Jean de la Croix, qui est l'arbre de la Croix, et c'est pourquoi les pousailles sont insparables de la Croix :

De mme qu'au Paradis la nature humaine fut perdue et livre la corruption pour avoir joui du fruit de l'arbre dfendu, ainsi ce nouveau fruit que porte l'arbre de la Croix la sauve et la rtablit. Ce fut du haut de la Croix que l'poux lui tendit la main de Sa grce et de Sa misricorde, et, par les mrites de Sa passion et de Sa mort, mit fin l'inimiti qui, depuis le pch originel, sparait les hommes de Dieu. C'est sous l'arbre du Paradis que la nature humaine, notre commune mre, fut corrompue par le pch, en la personne de nos premiers parents. Sous un autre arbre, celui de la Croix, l'me renat la vie (Edith Stein, la science de la Croix, p. 285-286) (Maurice de Gandillac, Denys l'Aropagite: tradition et mtamorphoses, Volume 42, 2006).

Or par le pommier i'entends icy l'arbre de la Croix, parce qu'il est dit dans vn autre lieu deSjCantiques Dessous l'arbre da pommier ie i'ay ressuscit [...] Ah comme ce diuin pommier baisse ses branches,afin que l'ame cueille les pommes,considerant ses grandeurs,& la multitude des misricordes dont il a us envers elle, & afin qu'elle voye, & jouysse du fruict que N. Seigneur Iesus-Christ a tir de sa Passion arrousant cet arbre de son sang precieux avec un amour admirable (Thrse d'Avila, traduit par Cyprien de la Nativit, Conceptions de l'amour de Dieu, chapitre 5, 1667).

Mais Dieu qui auoit plante autres fois l'arbre de vie au milieu du Paradis, a depuis le pech plant l'arbre de la Croix au milieu du monde ; Et les Grands n'en sont pas exempts (Madeleine de Saint-Joseph, La vie de soeur Catherine de Jsus, religieuse de l'ordre de Nostre-Dame du Mont-Carmel, 1628, La Vie admirable de la bienheureuse Marie Magdelaine de Pazzi du Mont Carmel, 1634).

De la clture du jardin oriental, hvre de paix et de dlices, celle du monastre, lieu en retrait, loin de l'agitation du monde, il n'y a qu'un pas, ais franchir puisque le nom mme de carmel, driv de l'hbreu krm, signifie littralement le jardin de Dieu et que d'autre part, les jardins occupent une place essentielle dans l'architecture monastique. Au XVIe sicle, le jardin clos, lieu du dialogue entre l'me et l'poux, alimente la mditation des mystiques, notamment saint Jean de la Croix. Particulirement populaires au Moyen ge sont les reprsentations de la Vierge et de l'Enfant Jsus dans un jardin clos, rappel de la virginit de Marie et figure du paradis dont elle-mme est la reine et la plus belle des fleurs : Rosa mystica. Aprs le jardin du mont des Oliviers, c'est la monte au calvaire o, sur l'arbre de la croix, Jsus rouvre au bon larron le paradis ferm par la faute d'Adam et Eve (Pascale Hummel, La Maison Et Le Chemin: Petit Essai De Philologie Theologique, 2004).

L'homme est hant par le Paradis perdu. C'est le Paradis que Jsus sur l'Arbre de la Croix promet au Bon Larron qui symbolise Adam-Eve voleurs du fruit de l'Arbre dfendu et sauvs par l'Arbre de la Croix. Dans la Ste criture, il y a une troite relation entre le mystre du Paradis perdu et celui du Carmel. La splendeur du Carmel est donne au dsert qui deviendra den Paradis. Le Carmel a toujours runi ces deux ralits: le jardin et le dsert, le jardin par le dsert. Vivre dans le dsert, c'est reconnatre notre exil loin de la Face de Dieu, et refuser d'appeler bonheur les joies fugitives du monde, d'o s'est retire Sa prsence familire (Ps 136, 4-5). Vivre au dsert, c'est vivre dans la vrit de notre tat dchu, c'est disposer tout notre tre s'ouvrir Lui, dans la soif du Dsir, c'est monter sur la Montagne Sainte. Le Carmel enseigne le retour au Paradis perdu jusqu' la communication des personnes que sont les Noces Mystiques (cf. Vive Flamme III, 24) (Harissa, La culture l'cole des saints du Carmel, Carmel de la Theotokos et de l'Unit, Liban,).

Le bnitier

Gabriel - Le Pape - 23 janvier

Le 23 janvier est le jour des pousailles de Joseph et Marie, prsent dans l'glise de Rennes-le-Chteau.

Si l'on tabli un lien entre les uvres de Prugin et de Raphal, Monsieur Jean-Pierre Babelon fait remarquer que la charge symbolique est alors trs forte : "comme si la Vierge tait encore, lors de la venue de Gabriel, devant le temple de Jrusalem o elle avait t marie. L'appel de Dieu se fait dans le respect du cadre matrimonial (de l'acceptation de Joseph de ne pas renier sa jeune pouse) et de la vocation de la virginit." (Par ce signe tu le vaincras 3).

Le 23 janvier est attach Rochemaure qui vit passer le pape Urbain II (Par ce signe tu le vaincras : sephiroth, tarot et arbre de vie).

Il fut dcid par le pape Urbain, dans le concile tenu Clerinont, en 1095, qu'on sonnerait tous les jours la cloche, le matin, midi et le soir, et qu'on dirait chaque fois la Salutation Anglique; c'est ce que l'on appelle l'Anglus; et cela en commmoration de l'annonce que l'ange Gabriel fit la Vierge (Franois Joseph Michel Nol, L. J. M. Carpentier, Philologie franaise ou dictionnaire tymologique: critique, historique, anecdotique, littraire, Volume 1, 1831).

Uriel - L'Etoile - 10 aot

Le Tarot de Paris prsente un lien entre l'Etoile et Sirius, toile de la canicule (mois d'aot) (Kabbalisation du Tarot : Amoureux et Etoile).

Ici, la correspondance est calendaire, et ce n'est pas Michel des anges de la kabbale mais Uriel qui est associ l'Etoile identifie Sirius.

Dans le Paradis perdu de John Milton, Uriel est compar une toile filante. Il peut s'agir de la sinistre influence de l'toile du Grand Chien, Sirius, l'"aster oporinos" d'Homre (Iliade, v. 5) (John Milton, Charles Stanger Jerram, Paradise Regained: A Poem in Four Books, 1888, The similes of Homer, Virgil and Milton examined and comapred, Monthly magazine and British register, Numros 1 5, 1796).

Le lien se perptue jusqu' l'poque contemporaine avec les crits de Juilien Benda.

L'essai en forme de rapport dun ange nomm Uriel Dieu montre que limportance dun tel auteur ne peut se rsumer en un seul ouvrage. Par ce Rapport dUriel, Benda rvle ses talents rels dessayiste et sa profonde personnalit. Les pointes dironie sont, en effet, nombreuses dans ce livre. On pourrait galement dceler entre les lignes une certaine amertume, voire un dsespoir, lesquels sont parfaitement comprhensibles : lorsque lon sait que cet essai a t crit en partie pendant lanne 1943 (!). Benda en tant que Juif avait notamment t contraint de se rfugier chez un universitaire Carcassonne pendant la priode difficile de loccupation allemande. Do cet isolement dramatique, mais aussi salutaire, puisque Benda prend suffisamment de distance ou de hauteur pour dire ce quil pense de ltre humain en gnral et du Franais quil connat bien en particulier. Le polmiste laisse transparatre aussi sa misanthropie et sa misogynie qui sont tempres par des jugements qui slvent la condition de vrits salvatrices. Concernant lamour, par exemple, Benda constate cyniquement que lintimit entre deux tres ne peut aboutir une fusion totale, source de frustration importante ; ou que le couple institutionnalis est synonyme, pour lespce humaine, de reproduction et de soumission de lenfant venir aux dsirs de ses parents ce qui signifie que le clibat, a contrario, a au moins lavantage dviter ce lamentable dterminisme. Il faut ajouter cette haine mle de comprhension pour la masse humaine, ainsi que les commentaires de lessayiste sur lantismitisme [je songe ainsi cette vision de la mchancet qui, par lintelligence quelle dploie, reconnat implicitement la part dhumanit dans sa ou ses victime(s)] qui demeurent, selon moi, tout fait actuels (Thomas Dreneau, Petites vrits dun solitaire, Le rapport dUriel de Julien Benda (Actes Sud, 1992)).

Le Rapport dUriel est paru sous le pseudonyme de comminges aux ditionsde Minuit en 1943.

Montesquieu a besoin de se forcer pour tre Persan, Voltaire de se contraindre pour tre Huron. Benda n'a pas besoin de feindre pour se mettre dans la peau d'un envoy de Sirius. Il est Uriel. Son Rapport d'Uriel est un livre de fourmi rouge : quand il s'achve, il ne reste plus de l'homme qu'un petit tas d'ossements bien nettoy. Il y a deux faons de porter sur l'humanit un regard dgag de nos habitudes d'tre (Claude Roy, Descriptions critiques, Volume 1, 1950).

Sirius est attach au parcours de Julien Benda : Le Point de vue de Sirius et les Billets de Sirius.

Pendant la Grande Guerre, il prne lUnion sacre, souvent contre le pacifisme de nombre de ses anciens amis dreyfusards, et devient, notamment dans Les Sentiments de Critias et Le Point de vue de Sirius, recueil de ses articles dans Le Figaro, un ardent dfenseur de la civilisation et de lesprit franais contre la Kultur germanique et sa conception de la nationalit fonde sur la race (que, selon lui, le nationalisme barrsien ne fait que copier).

Constant Bourquin reprocha lauteur de La Trahison des clercs, dont il avait dabord lou la similitude de vues avec Maurras et Jules de Gaultier, dtre retourn son rationalisme juif (Itinraire de Sirius Jrusalem, ou la trahison de Julien Benda, Paris, ditions de la Nouvelle Revue critique, 1931). Dans Julien Benda ou le point de vue de Sirius (Paris, ditions du Sicle, 1925) Bourquin ayant dress un portrait de Benda comme essayiste proche des thmes de Maurras, ce dernier crivit au Mercure de France une lettre o il nie toute relation avec lcole juive groupe La Revue blanche, avec Benda et les siens et o il assimile les ides de Benda celles dun nietzschen. Bourquin rpond Maurras quil ne voit pas en quoi les ides de Benda sont particulirement juives et surtout ce quelles ont de nietzschen, et il rtorque mme Maurras que le refus de celui-ci dopposer pense et action lapparente nettement lidologie smitique dont nous imprgne le christianisme (Pascal Engel, Les Lois de lesprit, Julien Benda ou la raison, 2012).

Dans Billets de Sirius, Benda emploie les mmes procds. Dans la prface, il prcise que ces lettres lui ont t envoyes par un homme dsirant garder l' anonymat, et sont destines Gallus ou Mlisandre, cellel mme pour qui Benda, qui se prsente ici comme le prfacier, a crit Lettres Mlisandre pour son ducation philosophique. ll s'agit de ses articles parus dans Le Figaro durant la premire guerre mondiale, qui sont lgrement remanis. L'ensemble est peu retravaill par rapport la premire dition hormis dans une note, qui joue un rle particulier, en tablissant des relations inter-textuelles entre les diffrents auteurs fictifs et Benda lui-mme (Lise Dumasy, Chantal Massol, Pamphlet, utopie, manifeste: XIXe-XXe sicles, 2001).

Le point de vue de Sirius est tir du Micromgas de Voltaire. Aucune fantaisie dans l'itinraire que suivent le Sirien et le Saturnien depuis leur plante d'origine, jusqu' leur destination dernire : l'univers qu'ils traversent est strictement conforme ce que pouvait en rvler Voltaire une connaissance assez pousse de l'astronomie ; il porte trs prcisment la marque des tudes de Cirey, dans ce domaine, tudes qui aboutissent en 1738 aux Elments de la philosophie de Newton (Jacques Van den Heuvel, Voltaire dans ses contes: de "Micromgas" "L'Ingnu", 1967).

Raphal - Le Soleil - 12 septembre

Raphal archange, dont le nom signifie Remde de Dieu, prit la forme d'un jeune voyageur, Azarie, pour guider Tobie le fils dans son voyage Rags, lui fit pouser Sara, fille de Raguel, le ramena dans sa patrie, et lui enseigna le moyen de rendre la vue son pre. On le fle le 12 septembre avec Tobit le pre, et aussi le 24 octobre et 20 novembre.

Lassociation de Raphal avec le Soleil et la Justice font rfrence aux paroles de Malachie, (4 :2) : Mais pour vous qui craignez mon nom, se lvera Le soleil de la justice, Et la gurison sera sous ses ailes; Vous sortirez, et vous sauterez comme les veaux d'une table. (Kabbalisation du tarot : Justice et Soleil).

Raphal est en jaune, comme le Soleil

Michel - Le Jugement - 29 septembre

Sous le Christ se tient saint Michel, prince du jugement clestes. Il est dpeint jeune, parce qu'il est immortel et beau, parce qu'il est l'incarnation de la justice divine. Il tient dans des ses mains une balance dans laquelle il pse les mes. Les mes sont reprsentes par deux petites figures nues, dont les noms sont "Vertu" et "Pchs". Le premier est agenouill et heureux alors que l'autre semble horrifi et crie de terreur.

 

Asmode - La Maison Dieu - 24 juillet

La peste et la foudre sont rapprochs par les diffrentes reprsentation de la carte XVI du Tarot : Maison Dieu (nom d'un hpital pour pestifrs) du Tarot de Marseille, Foudre du Tarot de Paris et Sagitta du Tarot Visconti (flche d'Apollon symbolisant la peste) (Kabbalisation du Tarot : Pape et Foudre).

La Maison Dieu peut tre une tour carre comme au sommets du signe de la croix d'Huriel.

La Maison-Dieu du Tarot dit de Charles VI (Italie du Nord - Fin du XVe sicle) est une peinture a tempera l'uf, sur un dessin prparatoire l'encre noire de type spia ; dcor de rinceaux estamps, aprs fixation de feuille d'or et d'argent sur une couche d'assiette, dpose sur un support de papier ; dos blancs unis. Papier en plusieurs couches avec rabats l'italienne dont certains sont rogns. La partie du dessin dissimule par les rabats raliss aprs, a t redessine.

Tour carre, crnele d'o s'chappe des flammes, elle se lzarde, et semble frappe par la foudre. Cet atout pourrait tre une vocation de la destruction de la tour de Babel que les hommes, rvant d'atteindre le ciel, avaient construite avec des briques cuites, cimentes par du bitume. Dieu irrit de l'orgueil des hommes, empcha la poursuite du chantier en confondant les langues. La destruction de la tour n'est pas mentionne dans la Gense, mais la dispersion des ouvriers la rend implicite. C'est partir de la fin du Moyen ge que les artistes imagineront la dislocation du btiment provoque par des clairs jaillissant du ciel plutt que par une intervention divine ou une tempte comme ils l'avaient fait antrieurement. Les marches de feu qui se succdent sur l'un des cts de l'difice pourraient reprsenter la rampe extrieure qui figure ds le XIVe sicle dans l'iconographie de la tour de Babel. L'appellation de Maison-Dieu peut surprendre pour cette forteresse la porte obscure, cependant en hbreu Babel signifie Porte du ciel et correspond bien la fonction que devait remplir cette tour (expositions.bnf.fr - Maison Dieu).

La table des 22

Nous nous livrons ici un petit jeu de multiplications de 22 comme cela a t le cas pour la Rose kabbalistique : du 17 janvier (Rennes le Chteau) au 8 fvrier (Sainte-Croix de Beaumont), 22 jours et du 8 dcembre (Ferrassires) au 16/17 novembre (Amplepuis), 22 jours aussi (La Rose kabbalistique).

Les vanglistes de la chaire

Mathieu (6 mai) - Justice - 13 mars : - 14 x 22 (22,3) jours

Les martyrolges du nom de S. Jrme, celui de Bde, ceux du neuvime sicle et les suivans s'accrodent tous marquer la fte de saint Mathieu au XXI septembre. On la trouve encore au VII d'octobre, au premier, au VI et au XXI de may dans quelques lectionnaires et dans ceux des martyrologes du nom de S. Jrme qui marquent le lieu de son culte ou de sa mort en Perse (Adrien Baillet, Les Vies des saints, 1704).

L'annonce de la venue du Royaume entrane une conduite humaine qui dans Matthieu s'exprime surtout par la poursuite de la justice et l'obissance la Loi. La justice, thme prfr de Matthieu (3,15 ; 5,6 ; 6,1.33 ; 21,32), est ici la rponse humaine d'obissance la volont du Pre, plutt que le don divin du pardon qu'elle est pour saint Paul. La validit de la Loi (Torah) est affirme, 5, 17-20, mais son dveloppement par les pharisiens est rejet en faveur de son interprtation par Jsus, qui insiste surtout sur les prceptes thiques, sur le Dcalogue et sur les grands commandements de l'amour de Dieu et du prochain. (Bible de Jrusalem, 1998, page 1670) (fr.wikipedia.org - Evangile selon Matthieu).

Marc (23 septembre) - L'Hermite - 30 mars : - 8 x 22 (22,11) jours

[La feste de ce saint Evangliste se fait comme nous avons dit,dans toute l'Eglise le 25. d'avril.] 'Les martyrologes qui portent le nom de S. Jrme, la marquent le 23. de septembre ;[de quoy on ne fait point la raison (Louis Sbastien Le Nain de Tillemont, Memoires pour servir a l'histoire ecclesiastique des six premiers siecles, Tome 2, 1694).

L'Eglise copte porte comme autre nom celui d'Eglise de saint Marc. Saint Marc est cens avoir t le premier vanglisateur de l'glise d'Alexandrie. Problme trs difficile rsoudre : historiquement, il n'y a pas de preuves de cette prdication. On a seulement des attestations du sjour de Marc Alexandrie. On ne dispose pas non plus de traces archologiques. Il n'y a cependant aucune raison srieuse de douter de cette tradition et c'est bien, semble-t-il, partir de Marc que le Christianisme prend son dpart Alexandrie, entre la lgende et la ralit.

L'rmitisme, c'est la solitude absolue. Le moine, l'ermite, vit seul, retir dans une grotte. C'est l'image du fondateur de l'rmitisme, Antoine, qui a d'ailleurs vcu lui-mme un certain nombre de monachismes diffrents, une relle solitude mais aussi une solitude partage avec un ou deux disciples. On le considre comme le fondateur de l'rmitisme. Il faut d'ailleurs garder en tte que, ds le dpart, rmitisme n'implique pas absence d'influence ou de contacts sur ce qui se passe l'intrieur du pays en matire ecclsiastique. On le voit avec Antoine, puisque, en particulier, il sera le conseiller de l'archevque d'Alexandrie Athanase et que c'est Athanase qui a crit la vie d'Antoine et se trouve donc tre notre source son sujet. On a aussi l'habitude de penser (sans que ce soit historiquement certain) que l'rmitisme a t la premire forme, la forme authentique du monachisme. Ce serait, dans une certaine mesure, en raction contre ce qu'il pouvait y avoir d'orgueil dans cette attitude de solitude, dans la pense qu'on pouvait seul se battre contre la tentation, que serait n le dsir de fonder des communauts, donc l'autre forme de monachisme qu'on appelle le cnobitisme, c'est dire la vie en commun, dont le fondateur est Pachme, les premires fondations se situant au sud de l'Egypte, Tabennsi, lieu du premier monastre pachmien (www.erf-auteuil.org - Les coptes d'Egypte).

N'a-t-on pas lieu de croire que les monastres des ces Ascetes toient de vritables monastres, les perscutions ne permettant pas qu'ils fussent si peupls qu'ils ont t dans la suite ? Ne trouvera-t-on pas unesuire d'Asctes & de Solitaires,en remontant depuis S. Antoine jusques S. Marc , auquel tems tous les Thrapeutes, que M. de Tillemont reconnot avoir t convertis par saint Marc, se retirrent dans la solitude ? & n'est-ce pas reconnotre pour moines ces Therapeutes, & leurs demeures pour de vritables monastres, lorsqu'il dit qu'il est impossible de trouver une succession de moines 8c de monastres depuis ce tems-l jusques saint Antoine ; puisque toute succession suppose un commencement ? (Pierre Helyot, Histoire des ordres monastiques, religieux et militaires, et des congrgations sculires de l'un & de l'autre sexe, Volume 1, 1721).

Jean l'Evangliste (27 dcembre) - La Roue - 16 avril : + 5 x 22 jours

Dans les trois vangiles synoptiques (Matthieu et Luc reprenant Marc selon la Thorie des deux sources), Jean fils de Zbde (et non Jean l'vangliste) apparat dans les premiers de la liste des douze aptres (Mc 3. 16-19, Mt 10. 2-5 et Lc 6. 13-16), avec son frre Jacques dit le Majeur.

Ce sont des pcheurs du lac de Tibriade (appel mer de Galile ou lac de Gnsareth ), qui comme Simon-Pierre et son frre Andr abandonnent leurs filets pour suivre Jsus ( Mc 1. 16-20, Mt 4. 18-22 et Lc 5. 1-11). Marc prcise que Jsus les surnomme Boanerges, c'est--dire fils du tonnerre (Mc 3. 17) (fr.wikipedia.org - Jean (aptre)).

Galile veut dire migration, circuit, roue qui tourne, et Jude confession (Ludolphus de Saxonia, La grande vie de Jsus-Christ, 1864).

Alors que la Galile ressemble une immense roue, la Jude-Samarie fait penser un gigantesque escalier. Il conduit de la mer un plateau qui constitue un vritable chteau d'eau puis redescend par des marches plus escarpes vers valle du Jourdain (Cham Herzog, Mordechai Gichon, Les Guerres bibliques, Traduit par Pierre-Henri Bunel, 2004).

Fortune

Rien nest acquis dans notre monde. Celui qui trne au sommet de lchelle sociale aujourdhui se verra prcipiter dans la boue un autre jour. De mme, celui qui rampe au font du gouffre pourra respirer lair libre dans des temps meilleurs car la roue tourne imperturbablement. Tel est le message de la Roue de fortune, arcane X du tarot de Marseille. Btie sur le modle de lunivers visible, la roue de fortune en intgre le symbolisme. Rien nest fixe dans le cosmos sauf laxe central, lAxe du Monde matrialis par ltoile polaire et la pierre leve, le menhir, la montagne sacre, ou larbre. La fortune est une image du mouvement du cosmos et de sa rotation autour de la Polaire, mais aussi du rythme des saisons, de lalternance du jour et de la nuit, des cycles lunaires, de la course du soleil, de la course du Zodiaque dans le ciel, de la rptition des solstices marqus dans la chrtient par la Saint-Jean dt et la Saint-Jean dhiver. Le recommencement est sans fin, inexorable (www.dictionnairedessymboles.fr - Le symbolisme de la fortune, lieuxsacres.canalblog.com - Roue de la Fortune).

A la Saint-Jean d't, les jours commencent diminuer et la Saint-Jean d'hiver (deux jours aprs Nol) ils recommencent crotre. Le renversement astronomique concrtise le passage d'un temps premier un temps diffrent. Comme le microcosme est alors en accord avec le macrocosme, c'est le jour de la Saint- Jean que se produit l'vnement qui renverse le cours des destines. C'est le jour de la Saint-Jean que tourne la roue de la Fortune. "O roue de Fortune, dit Sicard de Crmone dans son Chronicon, qui tantt nous jette bas et tantt nous porte au pinacle" (Philippe Walter, La mmoire du temps: ftes et calendriers de Chrtien de Troyes La mort Artu, 1989).

Luc - La Force - 2 mai

Quelques-uns mettent encore une seconde translation de saint Luc au second jour de may (Adrien Baillet, Les vies des saints composes sur ce qui nous est rest de plus authentique et de plus assur dans leur histoire, Volume 7, 1739).

Comme les Apostres ne devoient pas s'exposer aller rendre publiquement tmoignage Jesus Christ, avant cette effusion de l'Esprit divin, qui leur estoit ncessaire pour les remplir de la force dont ils manquoient, il leur dfendit exprelment de se produire avant ce temps-l; Cefendant, ajota-t-il, demeurez dans la ville de Jrusalem, jusqu' ce que vous soyez, revetus de la force d'enhaut; c'est--dire: Prparez-vous par la prire, & par la retraite, me rendre tmoignage, quand le Saint-Esprit qui doit estre toute vottre force, sera descendu sur vous (Le Saint Evangile de Jesus-Christ selon Saint Luc, 1698).

Dans la perspective dhistoire du salut qui est la sienne, Luc attribue lEsprit le dveloppement du dessein salvifique de Dieu. Cest lEsprit qui donne limpulsion ncessaire pour lvanglisation et le tmoignage ; cest Lui qui mne lglise jusqu son accomplissement eschatologique. Pour Luc, lEsprit est bien la Force de lglise (Gonzalo Haya-Prats, L'Esprit, force de l'glise, Sa nature et son activit d'aprs les Actes des Aptres, 1975) (www.editionsducerf.fr - La Force de l'Eglise).

La force, le saint Esprit et le lion

L'Esprit du Seigneur se prcipita sur Samson, et il dchira le lion comme il aurait fait d'un chevreau. Il le mit en pices sans avoir aucune arme dans sa main , et il n'en dit rien ni son pre ni sa mre. Il vint ensuite parler la femme qui avait su plaire ses yeux. Quelques jours aprs, revenant pour l'pouser, il se dtourna afin de voir le corps du lion qu'il avait tu, et il trouva dans sa gueule un essaim d'abeilles et un rayon de miel. Il prit ce rayon de miel entre sesmains, et en mangeait en marchant (Juges 14,6-19) (abb Chantome, Office du Saint Amour, 1846, Kabbalisation du Tarot : Force et Fou).

Les statues de l'glise Sainte-Marie-Madeleine

Antoine Ermite (17 janvier) - L'Amoureux - 8 fvrier : : 22 jours

Les amoureux du Christ, ce sont les saints, qui ont vaincu toute crainte et ne connaissent que l'amour, comme saint Antoine, qui pouvait dire : Moi, je ne crains pas Dieu, parce que je l'aime (Saint Nikola Velimirovic, Cassienne: enseignement sur la conception chrtienne de l'amour, Traduit par Jean-Louis Palierne, 2003).

Aussitt que les diables eurent saoul leur cruaut et, de rage, se furent replongs en l'abme, honteux de se voir surmonts, ce saint ermite aperut le Sauveur ; si lui dit d'un cur amoureux et tirant un gros soupir du plus profond de son de son cur : hlas ! bon Jsus, et o tiez-vous quand, parmi la grle des coups de ces bourreaux, je vous suppliais de m'aider ? Adonc le Seigneur lui rpondit : j'tais en ton cur, Antoine, mon ami et contemplais ta constance et tes combats victorieux. Eusses-tu voulu que je t'eusse t l'occasion de conqurir la plus belle couronne que jamais tu gagneras en ta vie ? (tienne Binet, Claude Louis-Combet, Consolation et rjouissance pour les malades et personnes affliges en forme de dialogue: 1627, 1995).

Germaine de Pibrac (15 juin) Elisabeth de Portugal - Diable - 8 juillet : 22,5 jours

Un jour de 1601, son pre la trouva morte dans le rduit o on l'obligeait dormir. Elle avait 22 ans. Elle fut enterre dans l'glise de Pibrac, et peu peu tout le monde oublia l'existence de cette spulture. Son miracle des roses est comparable ceux d'Elisabeth de Portugal et d'Elisabeth Hongrie sa tante, morte un 17 novembre ; et de ceux de Rose de Viterbe et de Roseline de Villeneuve. Germaine fut batifie par Pie IX le 7 mai 1854, puis canonise en 1867.

Dieu nous a permis de dcerner le culte et les honneurs des Saints aux invincibles Martyrs Josaphat Kunciewicz, Evque polonais ruthne, Pierre Arbus, Nicolas Pichi et ses Compagnons; aux deux glorieux Confesseurs Paul de la Croix et Lonard de Port-Maurice, et deux illustres Vierges, Marie Franoise-des-cinq-Plaies et Germaine Cousin. Quoique envelopps de la mme infirmit et faiblesse que nous, passagers sur cette terre et exposs beaucoup de prils et de tribulations, [...] ils ont triomph compltement du monde et du dmon le plus acharn. Par la splendeur de leur saintet, par leurs prodigieux miracles, ils ont illustr l'Eglise catholique et nous ont laiss imiter les plus beaux exemples de toutes les vertus (Louis-Franois Gurin, Sainte Germaine Cousin: sa vie, ses miracles, son culte, 1867).

Joseph (19 mars) - Le Chariot - 25 fvrier : - 22 jours

Pour moi, il me suffit d'tablir que Joseph et Jsus furent charpentiers. Quoique j'aie prouv que Joseph ne fut pas proprement parler serrurier, mais que lui et Jsus ont t menuisiers, je n'ai pas expliqu pourquoi il est nomm faber dans l'vangile, et non carpentarius. 11 est ncessaire de savoir qu'en quelques pays les offices de ceux qui travaillent le bois se divisent en quatre : le premier est l'ouvrier en charrues et chariots; et parce que le chariot ferr se nomme carpenta, on donne celui qui le lait le nom de carpentarius; le second fait les tables, les bancs, etc.; le troisime se nomme sculpteur; le quatrime enfin est architecte et travaille en mme temps les poutres, planches, etc., concernant les maisons : tous sont fabri. En d'autres lieux, ces quatre offices n'ont qu'un seul nom , comme aujourd'hui dans les pays peu civiliss et sans doute alors en Palestine. Le jour, ces ouvriers vont travailler la construction des maisons, la tombe de la nuit, ou lorsqu'ils ne sont pas appels au dehors, ils s'emploient en leur boutique faire des caisses, des tables, etc. Tel tait l'office de Joseph; c'est pourquoi l'criture le nomme faber. Et il tait fort ingnieux fabriquer toutes sortes d'ouvrages en bois (Jean-Flix-Onsime Luquet, Des excellences du glorieux Saint-Joseph, 1857).

En franais on dit "charpentier".

Le pre Franois Ribeyra, historien de sainte Thrse d'Avila, dit que violemment jete par terre par la roue d'un chariot, saint Joseph la secourut de telle sorte qu'elle se releva sans aucune blessure. {Lit. 3, ch. 9.) venait de lui rendre ce service. Aussi, sa dvotion pour ce grand saint fut-elle ds lors plus tendre que jamais (Bolland., 19 mars, q. 25, n 106) (Ren Pieu, Vie de Saint-Joseph, l'poux de la divine Marie et le pre nourricier de Jsus, 1842).

Marie de l'Assomption (15 aot) - Foudre - 24 juillet : - 22 jours

Cette statue semble doubler Asmode.

Un Mystre de la Passion fut reprsent Montferrand en Auvergne en 1477. Des sept journes qu'il comprenait, seules deux ont t conserves dans le manuscrit Paris, B.N., nouv. acq. fr. 462, publi par Graham A. Runnalls en 1982 sous le titre La Passion d'Auvergne. Comme presque tous les mystres, celui-ci prsente dans une cohabitation surprenante deux types de discours : celui de l'dification des spectateurs (prires, prdications, exhortations, sermons moralisateurs, dveloppements thologiques et mystiques, lamentations) et celui du divertissement (diableries, intermdes musicaux, danses, jeux, tirades cruelles des bourreaux, boniments des marchands, etc.). Quant la langue du mystre, elle se caractrise par l'emploi d'un bon nombre de termes rgionaux de Basse-Auvergne (Clermont-Ferrand et ses environs).

Bien que l'existence du manuscrit de la Passion d'Auvergne soit connue depuis le XIXme sicle, surtout cause de quelques passages en patois auvergnat, la Passion mme a t trs peu tudie. Le mystre n'tait apparemment pas connu de Petit de Julleville qui n'y fait aucune allusion dans son ouvrage magistral sur le thtre religieux franais publi en 1880, Les Mystres, Paris. Il connaissait les passages en patois (Vol II, 40-41), mais l'poque o il rdigeait son ouvrage, il ignorait le reste du manuscrit. Il en fait pourtant une brve mention dans son Appendice, II, 644. La seule tude dtaille du texte fut publie par Emile Roy en 1903-4 dans sa monographie sur les sources et le classement des Mystres de la Passion. La Passion d'Auvergne est galement discute dans Jeanroy et Teulli, Mystres Provenaux du XVme sicle, Toulouse 1893. Il subsistait du drame la deuxime et la cinquime journes. La Passion d'Harvard, plus rcemment dcouverte, est probablement un remaniement de la premire journe de la Passion d'Auvergne qui prsente le baptme du Christ et la tentation au dsert.

Dans la deuxime journe Sathan, Belzbuth et Asmode se mettent en campagne, non sans avoir obtenu de Lucifer une mission officielle ou une "lettre procuratoire" (triolets fol. 6 r). Satan se charge du roi, Belzbuth de la reine, et le lascif Asmode de la fille qui continue toujours sa morisque au milieu d'un cercle bahi. Le roi, transport d'admiration, lui promet tout ce qu'elle voudra, et la jeune fille, sur le conseil d'Hrodias exige la tte de saint Jean-Baptiste.

Ces "lettres procuratoires" viennent du Procs de Bartole et du Processus Belial ; on en retrouve une dans le mystre franais de l'Assomption.

L'action de la 5me journe se termine par une scne curieuse. Notre Dame est miraculeusement leve in haltum, au Paradis [Assomption]. Les anges chantent la Glorieuse Marie, et elle voit Dieu le Pre et, aux Limbes, son fils. Dans la seconde de deux ballades, elle prie Dieu de protger tous ceulx qu'ont veu la Passion vostre fils (4525-4588) (http://atilf.atilf.fr - La Passion d'Auvergne, Graham A. Runnalls, La Passion d'Auvergne: une dition du manuscrit nouvelle acquisition franaise 462 de la Bibliothque Nationale de Paris, 1982, Emile Roy, Le mystre de la Passion du XIVme au XVIme sicle, 1974).

La foudre

Ce n'est pas tout, Messieurs, je ne puis m'arrter en si beau chemin : saint Cirile Patriarche d'Alexandrie m'ouvre une nouvelle et si vaste carrire la gloire de Marie, que je ne puis me dispenser d'y entrer. Ce grand saint voyant que Nestorious avait commenc de rpandre ses impits et ses erreurs contre la Mre de Dieu, s'y opposa d'abord avec toute la fermet de son zle et toute la solidit de sa doctrine ; il en crivit au pape Clestin I. Ce souverain pontife assembla en mme temps le concile gnral Ephse l'an 431, et nomma saint Cirile pour y prsider ; Ce fut devant cette illustre assemble compose de deux cents prlats, que ce gnreux dfenseur de la divine maternit de Marie pronoa un excellent discours, dans lequel entre plusieurs belles choses qu'il dit, il avana cette parole hardie : Per Mariam tentator diabolus coelo decidit : c'est par la puissance de Marie que Lucifer a t prcipit du ciel. Vous voulez bien, messieurs, que puisque ce pre m'a foruni sa pense, je lui prte aussi mes paroles pour lui donnerplus de jour. car comment se peut-il faire que la sainte Vierge ait chass du ciel cet esprit orgueilleux ; elle qui n'est venue au monde que prs de quatre mille ans aprs sa chute.[...] Lucifer, jaloux de l'honneur que Dieu voulait faire la nature humaine, en l'levant sa divine alliance par prfrence la nature anglique, et indign de ce commandement qui le soumettait un homme et une femme qui leur taient infrieurs par les conditions de leur nature ; il se rvolta contre les ordres de Dieu, il refusa de rendre hommage et adoration cet homme Dieu, et cette Vierge Mre, i ne voulut point reconnatre Jsus-Christ pour Souverain, ni Marie pour Souveraine, et attira par ce refus sur lui, et les autres anges rebelles le carreau de foudre qui le prcipita dans les Enfers. Et c'est en ce sens que ce Pre a dit : Per te Virgo diabolus de coelo decidit. [...] Ah, Messieurs, ne pourrais-je pas dire que lors que l'Eglise dans ce concile , o saint Augustin aurait assist s'il n'et t prvenu de la mort, condamna l'impit de Nestorius ; et dclara que Marie n'tait pas seulement Christotocon, Mre de Christ, comme voulait cet hrsiarque ; mais Theotocon, Mre de Dieu : Oui, il faut dire que le carreau de foudre que l'Eglise lana sur cet indigne patriarche de Constantinople, en condamnant son erreur, en le dposant de tout grade, dignit, et honneur ecclsiaistique, tomba encore par contre-coup sur la tte du Prince des tnbres (Nicolas de Dijon, Octave de l'Assomption de la Sainte Vierge prche par le R. P. Nicolas de Dijon, 1687).

Immacule Conception (8 dcembre) - Le Bateleur - 17 novembre : - 22/23 jours

Le pilier rcupr, dans lglise, lors de la dmolition de lancienne table dautel, est aujourdhui labri dans le muse de Rennes-le-Chteau. Il sagit dune copie, supportant une vierge "Immacule Conception", qui se trouve dans un petit clos, gauche, en arrivant devant lentre de lglise et du presbytre. Ce chapiteau est dcor de trois frises troites motifs gomtriques diffrents. La partie frontale et plane comporte, grave, la sentence bien connue dans laffaire de Rennes-le-Chteau : PENITENCE ! PENITENCE ! (www.societe-perillos.com- Pnitence).

Un oratoire ddie l'Immacule Conception a t rig Revest-du-Bion, commune contigu celle de Ferrassire. Le sommet du grand nonagone de Ferrassires est aux confins des deux communes. Il est align avec Amplepuis (17 novembre) et Farnay.

Au XIIIme sicle, le plateau tait entirement bois. Il fut dfrich par les moines bndictins de Villeneuve-ls-Avignon [dont l'abbaye conserve la tombe de sainte Casarie] des fins d'exploitation agricole. Plus tard la rgion fut ravage par la peste et le brigandage, mais elle se repeupla nanmoins au XVIme sicle. Au XXme sicle, l'arme de l'Air implanta ses missiles nuclaires, aujourd'hui dmonts, dont on voit encore les terrains clturs non loin de la chapelle.

Btie au XIIIme sicle, la chapelle fut d'abord appele "Notre-Dame-de-la-fort-d'Albion", et fut reconstruite la suite de l'tonnante dcouverte d'une statue de "Vierge noire rayonnante de lumire", dans les orties qui envahissaient ses ruines. C'est de l que vient le nom de l'Ortiguire. La statue de la Vierge noire disparut au XIXme sicle, probablement vole.

La tradition rapporte que les enfants morts-ns qui taient prsents dans cette chapelle reprenaient vie ou bnficiaient d'un sursis suffisant pour pouvoir tre baptiss de leur vivant. Ce curieux phnomne est appel "rpit" ou "suscitation" (chapelles.provence.free.fr - Revest-du-Bion - Notre Dame de L'Ortiguire).

Le dcor relativement tardif (XIIIe sicle) est d'une diversit technique et d'une richesse symbolique tout fait remarquables. Dans ce sanctuaire chevet plat, les nervures qui supportent la vote (reconstruite en 1665) s'appuient sur quatre tailloirs, sommairement dcors (boules, cubes, toiles en relief), ports par des consoles en forme de ttes d'atlantes - deux visages d'hommes carrs, burins et rudes (2 et 4), et deux visages de femmes tout en rondeur et en finesse (1 et 3) - supportant maladroitement de leurs bras le poids d'une vote qui les crase. Sous les ttes, quatre petits bas-reliefs : un paysan, vu de profil, vtu d'un bliaud, enfonant un pieu dans la gueule d'un norme dragon, alors qu'un loup, couch sur le dos, s'apprte dvorer le personnage par les pieds (ternelle tentation du Mal. 1) ; une face humaine trs schmatise, crispe et quelque peu diabolique, qui transparat au travers d'une mtamorphose vgtale, dont elle semble vouloir se dgager non sans douleur (2) ; une fugace figure fminine, aux gestes amples et gracieux (danseuse ?), naissant d'un vgtal qui pourrait tre l'arbre de vie (symbole de fcondit. 3) ; enfin un norme serpent, symbole du Mal, lov sur lui-mme (4). Au total, un mlange de ralisme et d'art abstrait pour transcrire dans la pierre (calcaire fin) le passage de l'homme de la terre au ciel travers les combats et les mtamorphoses qui sont le lot de chacun (www.revestdubion.fr/).

La commune, comme toute celles du plateau d'Albion, de 1971 1996, vit s'installer sur son territoire des bases de lancement de missiles balistiques charge atomique. L'Office national d'tudes et de recherches arospatiales a install le rcepteur du radar GRAVES sur une des anciennes zones de lancement prs du Revest. Le radar Grand rseau adapt la veille spatiale a t mis en service le 15 dcembre 2005 afin de permettre la dtection des satellites espions amricains et chinois. C'est actuellement le seul systme de veille satellite oprationnel en Europe de l'Ouest. Seuls la Russie et les tats-Unis disposent de systmes de ce type. Il prsente la particularit d'avoir le site d'mission dissoci du site de rception. Le site d'mission est situ sur l'ancienne base arienne de Broyes-ls-Pesmes prs de Broye-Aubigney-Montseugny, le site de rception est sur le plateau d'Albion, au Revest, environ 400 km du site de rception, prs de Notre-Dame-de-l'Ortiguire (fr.wikipedia.org - Revest-du-Bion).

Le bateleur

En temps que personnage, le jongleur est omniprsent dans tous les lieux et les milieux de la socit mdivale : du chteau au village, de la route de plerinage au monastre, du parvis des glises aux tuves. Il est lamuseur public par excellence, le matre du divertissement. Ce don dubiquit favorise a priori son rle dintermdiaire culturel. Edmond Faral, dans son ouvrage fondamental sur la question, ingal ce jour, rend compte de la panoplie et de la varit du jongleur : Un jongleur est un tre multiple : cest un musicien, un pote, un acteur, un saltimbanque ; cest une sorte dintendant des plaisirs attach la cour des rois et des princes ; cest un vagabond qui erre sur les routes et donne des reprsentations dans les villages ; cest un vielleur qui, ltape, chante de geste aux plerins ; cest le charlatan qui amuse la foule aux carrefours ; cest lauteur et lacteur des jeux qui se jouent aux jours de fte, la sortie de lglise ; cest le matre de danse qui fait caroler et baller les jeunes gens ; cest le taboureur , cest le sonneur de trompe et de buisine qui rgle la marche des processions ; cest le conteur, le chanteur qui gaie les festins, les noces, les veilles, cest lcuyer qui voltige sur les chevaux ; lacrobate qui danse sur les mains, qui jongle avec des couteaux, qui traverse des cerceaux la course, qui mange du feu, qui se renverse et se dsarticule ; le bateleur qui parade et qui mime ; le bouffon qui niaise et dit des balourdises ; le jongleur, cest tout cela et autre chose encore.

ct des sermons et des sommes thologiques, le jongleur est prsent sous un autre aspect dans les rcits de miracles. Bien que rares mettre en scne le jongleur, ils le traitent par les thmes spcifiques, non pas au personnage, mais la littrature mariale et miraculeuse : la louange la Vierge (ou au Christ), magnifie par la musique terrestre et cleste, le miracle proprement dit, et la conversion des murs. Le plus rpandu de ces rcits est celui compos par le prieur de labbaye de Soissons, Gautier de Coinci (1200-1240). Dans ses Miracles de Notre-Dame, Pierre Siglar, jongleur, part en plerinage Rocamadour. Or, voulant obtenir le pardon de ses pchs, il sinquite de lefficacit de sa requte, car il ne sait prier la Vierge quen jouant de son instrument de musique, la vile archet. Toutefois, la Marie entend sa demande et se manifeste lui en faisant descendre sur sa vile un beau cierge. Sa prire est exauce, puisquaprs sa mort, quant Dieu plout quant sa fin vint, la gloire du ciel parvint , son me entre en paradis par la prire Nostre-Dame, dont il chantoit si volentiers , grce sa musique. Les moines de Rocamadour durent reconnatre son lection par la Vierge. La vile est dans ce miracle trs clairement identifie la prire du jongleur, elle est le lien visible entre la terre et le ciel, sa figuration symbolise visuellement et acoustiquement le chant de louange la Vierge. crit vers 1268, le texte du miracle du Tombeur de Notre-Dame insiste, quant lui, davantage sur la conversion des murs 40. Le jongleur fait le rcit de sa vie dbauche laquelle il renonce pour entrer labbaye de Clairvaux. Opposant sa vie mouvemente et ses paroles dsordonnes au silence du monastre, il dplore lui aussi de ne savoir prier autrement quavec sa vile et en dansant devant lautel de la Vierge. Elle lexauce, lui pardonne ses pchs, son me est sauve, les anges lemmnent au ciel en chantant

Le Jongleur de Notre-Dame est un miracle lyrique en trois actes de Jules Massenet, sur un livret de Maurice Lna, cr le 18 fvrier 1902 l'Opra de Monte-Carlo, puis repris l'Opra-Comique de Paris le 10 mai 1904 (fr.wikipedia.org - Le Jongleur de Notre-Dame).

Le fondateur de lordre franciscain assimile ses frres et lui-mme aux jongleurs : Nous sommes les jongleurs de Dieu ; () cest pourquoi ils [les jongleurs] sont les serviteurs de Dieu, si ce nest que certains de ces jongleurs tendent les hommes comme une corde et les poussent la joie spirituelle. Saint Franois tablit un parallle entre les activits vocales et musicales du jongleur et celles des franciscains. Les raisons de ce rapprochement sont fondes sur le corps et les gestes des jongleurs, dont lusage est pourtant condamn chez les moralistes. Or, en se dfinissant comme un jongleur de Dieu , saint Franois voit dans ces mouvements corporels les gestes utiles la prire et la prdication : Il ne chante pas seulement en franais, mais accompagn avec les gestes et les sons la manire des jongleurs.

Dominicains et francsicains s'affrontaient sur la question de l'Immacule Conception. Les dominicains s'y opposaient en suivant la position thomiste. Le pape franciscain Sixte IV essaya dabord de soumettre les deux partis larbitrage de la curie en convoquant le dominicain Vincent Bandelli de Castronovo, futur Matre gnral de lordre en 1501-1506, et le Matre gnral des Frres Mineurs, Franciscus Insuber, au commencement de lan 1476 Rome. Immdiatement aprs cette rencontre, le protonotaire apostolique Lonard Nogarol demandait au pape sous forme dune supplique la confirmation de son office et de sa messe en lhonneur de la Vierge immacule, ce que Sixte IV allait faire le 27 fvrier 1476 avec la constitution Cum praeexcelsa23. partir de ce moment la fte de la conception jouissait dune approbation officielle de lglise universelle et navait plus besoin de lapprobation du concile de Ble considre comme illgitime, puisque celui-ci avait t dlocalis Ferrare pour s'tre oppos l'autorit du pape (Martina Wehrli-Johns, LImmacule Conception aprs le concile de Ble dans les provinces dominicaines et franciscaines de Teutonie et de Saxe : dbats et iconographie, 2012, Martine Clouzot, Un intermdiaire culturel au XIIIme sicle : le jongleur, 2008).

Barbe (4 dcembre) Roch (16 aot) - La Papesse - 110 jours : 5 x 22

Quant saint Roch, dans les glises, il est trs souvent en compagnie de sainte Barbe sans que l'on en connaisse la raison ! (vivrevouivre.over-blog.com).

La peste et la foudre sont rapprochs par les diffrentes reprsentation de la carte XVI du Tarot : Maison Dieu (nom d'un hpital pour pestifrs) du Tarot de Marseille, Foudre du Tarot de Paris et Sagitta du Tarot Visconti (flche d'Apollon symbolisant la peste).

partir de leur suppose fondation au XIIIme sicle, les chapellenies de Sainte-Barbe et Saint-Sbastien se seraient maintenues durant trois sicles sans connatre de remise en cause de leur existence, jusqu ce que le statut particulier de la chapelle Sainte-Barbe fasse lobjet dune premire contestation au xvie sicle. En 1549, le titulaire de la chapelle Saint-Sbastien rclame ainsi le partage des revenus que le chapelain de Sainte-Barbe reoit des officiers de cour pour accomplissement de son service, en utilisant comme argument la relative similarit de leurs attributions la Cour.

Mais le jugement du grand aumnier met en valeur la similarit de privilges dont bnficient le chapelain de Sainte-Barbe et les ecclsiastiques directement attachs la Chapelle royale. Le rappel de cette parent institutionnelle est dautant plus surprenant quil survient moins de cinq ans aprs la cration des aumniers de Saint-Roch, institus par Franois Ier en 1545, prcisment dans un contexte dpidmie de peste8. galement intituls aumniers du commun , ces ecclsiastiques, sils relvent bien du personnel de la Chapelle royale, ont pour charge principale la clbration liturgique devant les domestiques des maisons royales. Cette affectation rejoint pour une part certaine les missions prcdemment attribues aux chapelains de Saint-Sbastien et Sainte-Barbe, chapelains curiaux plutt que royaux, chargs de la clbration du rite devant la suite de la Cour, cest--dire devant la domesticit du roi. Malgr cette parent dattributions, les titulaires de Saint-Roch ne semblent pas tre entrs en conflit avec ceux de Sainte-Barbe. Cette entente pacifique repose notamment sur lvolution des attributions du chapelain de Sainte-Barbe au XVIIme sicle.

Au XVIIme sicle, la chapelle Saint-Sbastien disparat : les pidmies de peste tant de moins en moins frquentes et de moins en moins virulentes, une chapelle consacre au salut des pestifrs de la Cour ne semble plus ncessaire. Les revenus de la chapelle Saint-Sbastien sont nanmoins maintenus, et transfrs au profit de la chapelle Sainte-Barbe. Cette dernire se maintient en effet, bien que son fonctionnement connaisse quelques modifications (lonore Alquier, De la Cour la Ville : la chapelle curiale Sainte-Barbe (xvie-xviiie sicle)).

La seule papesse trouve est une prostitue que frquenta Jean-Jacques Rousseau :

J'ai dit que le ministre Klupffell [ministre et chapelain du prince de Saxe-Gotha] tait aimable : mes liaisons avec lui n'taient gure moins troites qu'avec Grimm, et devinrent aussi familires; ils mangeaient quelquefois chez moi. Ces repas, un peu plus que simples, taient gays par les fines et folles polissonneries de Klupffell, et par les plaisants germanismes de Grimm, qui n'tait pas encore devenu puriste. La sensualit ne prsidait pas nos petites orgies; mais la joie y supplait, et nous nous trouvions si bien ensemble, que nous ne pouvions plus nous quitter. Klupffell avait mis dans ses meubles une petite fille, qui ne laissait pas d'tre tout le monde, parce qu'il ne pouvait l'entretenir lui seul. Un soir, en entrant au caf, nous le trouvmes qui en sortait pour aller souper avec elle. Nous le raillmes: il s'en vengea galamment en nous mettant du mme souper, et puis nous raillant son tour. Cette pauvre crature me parut d'un assez bon naturel, trs-douce et peu faite son mtier, auquel une sorcire qu'elle avait avec elle la stylait de son mieux. Les propos et le vin nous gayrent au point que nous nous oublimes. Le bon Klupffell ne voulut pas faire ses honneurs demi, et nous passmes tous trois successivement dans la chambre voisine avec la pauvre petite, qui ne savait si elle devait rire ou pleurer. Grimm a toujours affirm qu'il ne l'avait pas touche : c'tait donc pour s'amuser nous impatienter qu'il resta si longtemps avec elle; et s'il s'en abstint, il est peu probable que ce ft par scrupule, puisque, avant d'entrer chez le comte de Frise, il logeait chez des filles au mme quartier Saint-Roch. Je sortis de la rue des Moineaux, o logeait cette fille, aussi honteux que Saint-Preux sortit de la maison o on l'avait enivr, et je me rappelai bien mon histoire en crivant la sienne. Thrse s'aperut A quelque signe, et surtout mon air confus, que j'avais quelque reproche me faire ; j'en allgeai le poids par ma franche et prompte confession. [...] Nous donnmes la fille de la rue des Moineaux le nom de papesse Jeanne. C'taient des rires inextinguibles; nous touffions. Ceux qui, dans une lettre qu'il leur a plu m'attribuer, m'ont fait dire que je n'avais ri que deux fois en ma vie, ne m'ont pas connu dans ce temps-l ni dans ma jeunesse; car assurment cette ide n'aurait jamais pu leur venir (Jean-Jacques Rousseau, Confessions, 1846).

La Rue des Moineaux commenait au carrefour rue des Moulins, rue des Orties-Saint-Honor, rue L'vque et se terminait rue Saint-Roch. En 1561 elle portait dj ce nom. Elle tait parfois appele rue Monceau car elle conduisait au montceau des Moulins (fr.wikipedia.org - Avenue de l'Opra).

Baptme de Jsus - L'Empereur - 6 janvier

On ne sait si vers la fin du quatrime sicle ou solennisait cette fte dans l'le de Chypre le 6 de novembre; mais saint Euiphane soutenait que Jsus avait t baptis ce jour-l. Saint Clment d'Alexandrie nous apprend que les basilidiens fesaient cette fle le 15 de tybi, pendant que d'autres la mettaient au 11 du mme mois, c'est--dire, les uns au 10 de janvier, et les autres au 6 : cette dernire opinion est celle que l'on suit encore. A l'gard de sa naissance, comme on n'en savait prcisment ni le jour, ni le mois, ni l'anne, elle n'tait point fte (Voltaire, Dictionnaire philosophique, 1838).

Antoine de Padoue (13 juin) l'octave - Temprance - 21 juin : + 16 x 22 (22,3) jours

L'installation de la statue de L'Immacule Conception sur le pilier wisigothique se fait le 21 juin 1891, jour de la Saint-Laurent de Gonzague.

Voici en quels termes un des principaux crivains de sa vie numre les vertus dont Antoine de Padoue donnait alors l'exemple:

Il aurait vivement dsir occuper la place de son Sauveur attach la croix, et celle de son prochain quand il le voyait afflig et indigent. Il faisait marcher de front, dans son esprit et dans son cur, l'obissance aux lois de sa patrie et aux commandements de ses parents, les sentiments de rvrence envers les vques et les prtres, la soumission ses matres, le respect pour les vieillards, l'amour de la puret, de la retraite, de l'humilit, de la souffrance, de la douceur, de la charit, de la temprance, des jenes, de l'abstinence, et l'horreur du mensonge mme joyeux. Il ne riait jamais aux clats, il ne profrait aucune parole inutile ; il tait l'ennemi dclar de la vanit, des jeux bruyants, du faste, de la vengeance, des haines, des murmures, des jugements tmraires Quel devait donc tre ce soleil annonc par une si brillante aurore ? (Lelio Mancini Poliziano, Relazioni di S. Antonio di Pudova; Padova, 1654, p. 6.) (Jean-Augustin Guyard, Saint Antoine de Padoue, sa vie, ses oeuvres et son temps, 1868).

Les initiales des statues de Germaine, Roch, Antoine, Marie-Madeleine et Antoine (de Padoue) composent l'accrostiche : GRAMMA : gramma, c'est la lettre, comme lorsque d'un enfant on dit qu'il forme bien ses lettres. C'est donc l'criture, mais en tant qu'inscription (Franois Fdier, Interprtations, 1985).

La ligne et la lettre se disent de la mme faon en latin : Gramma, ae : nom fminin. Gramma est la ligne, en tant que terme de gomtrie, et galement la lettre, le caractre d'alphabet. Gramma, la ligne, c'est le dessin et la lettre tant Fcriture, Gramma est le sens dessin 2 deux choses en seul mot (Gisle Grammare, L'aurole de la peinture, 2004).

Jacob - L'Impratrice - 20 dcembre

En 1892, Branger Saunire achve le porche quil fait surmonter dun texte qui aggrave son cas, en quelque sorte : Ce lieu est terrible, parole de Jacob aprs son songe (Gnse, 28,17) (chroniques.pagesperso-orange.fr).

L'impratrice serait sainte Hlne, mre de Constantin Ier.

Ascalon, quoique peu de chose maintenant, subsiste encore : c'est la patrie de Smiramis} et elle tait renomme par ses bons vins, ses pigeons et ses oignons, qui de son nom, dit-on, ont t appels chalottes. Hbron, l'une des plus anciennes villes de l'univers, est encore un fort village environ huit lieues de Jrusalem. Abraham y demeura ; il y fut inhum dans la caverne de Macphala, avec sa femme, son fils Isaac et son petit-fils Jacob. David y fut lu roi. Saint Hlne y a fait btir un tombeau du patriarche, un magmfique temple, que les mahomtans ont converti en mosque. Les Arabes appellent ce pays Elkahill, c'est--dire demeure de l'ami de Dieu; c'est le nom qu'ils donnent Abraham (Pierre Blanchard, Le voyageur de la jeunesse dans les quatre parties du monde, Volume 3, 1818).

La Tradition juive, lors des lectures de la Fte de la Pque, rapproche ces trois ruminants des trois Patriarches fondateurs : Abraham, Isaac et Jacob. Ces derniers sont maintes fois cits ensemble, dans cet ordre, en l'Ancienne et en la Nouvelle Alliance (Ex. 3,15, Le. 20,37...). L'Eglise d'Orient les fte d'ailleurs le mme jour, le 20 Dcembre. "Le Taureau, en premier, doit rappeler l'Ancien d'Orient parfaitement pur (= Abraham)" qui offrit un veau, d'aprs la Gn. (18,8), ainsi que du lait et du fromage. L'Agneau, en second lieu, doit "rappeler le mrite du Juste (= Isaac) qui se lia lui-mme sur l'autel et tendit son cou pour le Nom de Y H W H". C'est alors, dit le Livre de la Gense (22,13) qu'un blier fut pris sa place pour le sacrifice. Enfin, le Chevreau, en troisime lieu, doit "rappeler le mrite du Parfait (= Jacob) qui revtit des peaux de chevreaux et prpara des mets qu'il apporta son pre; il fit manger son pre de ses mets, il lui fit boire du vin et il mrita de recevoir la srie des bndictions d'Isaac, son pre, et de susciter douze tribus saintes pour ton Nom (Jean-Marie Mathieu, Les bergers du soleil: l'or peul, 1988).

L'antienne de Nol du 20 dcembre : O clavis David ( cl de David) fait allusion Jacob.

O Clavis David, et sceptrum domus Israel ; qui aperis, et nemo claudit ; claudis, et nemo aperit : veni, et educ vinctum de domo carceris, sedentem in tenebris et umbra mortis.

O Clef de la cit de David, sceptre du royaume d'Isral, vous ouvrez, et personne alors ne peut fermer ; vous fermez, et personne ne peut ouvrir ; venez, faites sortir du cachot le prisonnier tabli dans les tnbres et la nuit de la mort

Les grandes antiennes sont chantes avant et aprs le Magnificat, aux Vpres dans la semaine prcdant Nol. On les appelle ainsi car elles commencent par . On les nomme familirement : Grandes , , Antiennes ou juste , de Nol . Elles s'adressent au Christ qui va natre, et comme toutes les antiennes anciennes, contiennent de nombreuses rfrences bibliques et allusions au Nouveau et l'Ancien Testament. En grgorien, elles sont toutes dans le mme mode, le deuxime mode. Attente de Dieu, elles se terminent 23 dcembre, veille de la fte de Nol clbrant la naissance de Jsus-Christ pour tous les chrtiens. Elles associent l'invocation du Messie ( ) avec la prire pour sa venue (introduite par : veni, viens ) et s'appuient sur les textes de l'Ancien Testament (notamment sur le livre d'Isae). Chaque antienne reprend une prophtie d'Isae et chacune est un titre du Messie attendu. L'initiale du premier mot de ces sept antiennes de la dernire la premire donne en invers, en latin l'acrostiche ERO CRAS : Demain je serai l prsent dans l'Office de la Nuit de Nol (fr.wikipedia.org - Grandes antiennes "" de l'Avent).

Balaam avait prophtis mille cinq cents ans plus tt, Je le vois, mais non maintenant, Je le contemple, mais non de prs. Un astre sort de Jacob, Un sceptre slve dIsral." (Nombres 24:17). Ce scptre est astronomiquement le bton de Jacob, les Rois Mages, le Baudrier d'Orion (ccnicemeditations.blogspot.fr).

Sarah - Le Pendu - 19 mai

Pour un isralite, la galerie des anctres commence avec Abraham et Sara. Or Sara tait strile ; elle dit Abram : Va donc vers ma servante, peut-tre que par elle j'aurai un fils [Gn 16, 2]. Mais ensuite Sara est galement enceinte. Ainsi naquirent Ismal, l'an, fils de la servante, et Isaac, le plus jeune, fils de la femme libre. Ds l'ptre aux Galates, Paul dveloppe l'allgorie (allgoroumna) des deux femmes d'Abraham qui sont les deux alliances [Ga 4, 24]. Agar, l'esclave, correspond la Jrusalem actuelle (les juifs), Sara, la femme libre, la Jrusalem d'en haut (les chrtiens). Ambroise crit : Ce qui est dit de Sara concerne l'Eglise... Agar, sa servante, est la Synagogue (Traits sur l'Ancien Testament). Hilaire : Sara est le type de l'Eglise, Agar de la Synagogue (Trait des mystres, 17. SC n 19). Pendant des sicles, jusqu' la fin du Moyen-Age, l'iconographie chrtienne reprsentera inlassablement ces deux femmes, en particulier aux porches des cathdrales gothiques (Entre autres Paris, Reims, Strasbourg, Naumburg et Bamberg) : gauche du Christ en gloire, une femme avec les yeux bands, la hampe de son tendard brise, les tables de la Loi lui chappant des mains. A droite une femme couronne, avec diffrents attributs : calice, pe, tendard... Paul crit aux Galates : Abraham eut deux fils... De mme que celui qui tait n de la chair (Ismal) perscutait celui qui tait n selon l'esprit (Isaac), ainsi en est-il maintenant [Ga 4, 29]. Paul emprunte la littrature rabbinique cette histoire d'enfants qui se disputent. Mais surtout, la ralit, savoir la situation des chrtiens de Galatie vers l'an 57, se projette sur la figure, sur l'image prophtique : Ismal perscute Isaac. Impressionnant tmoignage historique transmis au travers d'une exgse qui, au nom du sens spirituel, compte comme postrit d'Ismal non pas les arabes, mais les juifs ! (home.scarlet.be).

Le pendu peut tre un juif faisant le signe de croix l'envers. Au Moyen ge, les excutions capitales contre les juifs taient particulirement brutales. Ils taient pendus par les pieds et on lchait les chiens contre eux. On trouve une description de ces supplices dans les Annales et Chroniques de Colmar (1296). Des illustrations en sont montres dans le pome de Thomas Murner Entehrung Maria (1515). Un exemple d'excution de ce type rpond la profanation d'une image de la Vierge Cambron en Belgique (Kabbalisatioon du Tarotr : Bateleur et Pendu).

Flour (Florus) - Le Mat - 1er novembre

Au-dessus des fonts baptismaux se trouve une croix trfle rouge peinte et entortille d'une plante fleurs blanches qui est un lis.

Flour dsigne en provenal la couleur de trfle au jeu de carte (Simon-Jules Honnorat, Dictionnaire provenal-franais, ou Dictionnaire de langue d'oc ancienne et moderne, 1846).

Saint Flour voque encore le nom provenal de la fleur qui donne Flour de Lis pour fleur de lis. Entortill autour de la croix trfle, c'est un lis blanc, lis commun, cinq ptales. Les armoiries de la ville de Saint-Flour sont sems de fleurs de lis.

Une pice manuscrite, intitule: Amusemens pour le roi Philippes qui ores rgne, c'est Philippe V, le Long, pice attribue Godefroi ou Geoffroi de Paris, pote des premires annes du XIVme sicle, parce qu'elle se trouve dans un recueil d'autres pices de lui , dit :

Rois, la flour de lis esmre (naturelle) / Blanche est comme la noif neige, / Ms en la teue a dorement (Jean Rey, Histoire du drapeau, des couleurs et des insignes de la Monarchie franaise, prcde de l'histoire des enseignes militaires chez les anciens, Volume 2, 1837).

Ajoutons que le lis a cinq ptales, et qu'en gnral lorsqu'on le dessine comme fleur, on le reprsente ainsi en blazon (Adalbert de Beaumont, Recherches sur l'origine du blason et en particulier sur la Fleur de Lis, 1853).

Ce lis blanc est aussi le "lis baptismal" dont parle le pome de dcembre 1830 de Paul Reynier (1832-1856) :

Il est tant ici-bas d'enfants infortuns / Qui du lis baptismal ne sont plus couronns, / Dont les curs, sanctuaire o Dieu daigna descendre, / Sont des tombeaux remplis de vices et de cendre ! (Paul Reynier, uvres choisies, 1856).

Another variation of the legend says a lily appeared at Clovis' baptismal ceremony as a gift of blessing from an apparition of the Blessed Virgin Mary, who is often associated with the flower (en.wikipedia.org - Fleur de lis).

Rouziers tait, avant 1789, de la Haute-Auvergne, du diocse de Saint-Flour, de l'lection et de la subdlgation d'Aurillac, aujourd'hui encore.

Croix trfle entortille d'un lis blanc au-dessus des fonts baptismaux de l'glise de Rennes-le-Chteau

Jean Marie Franois Lamouroux (Murat, 25 fvrier 1834, 12 juillet 1906) fut lev, le 2 avril 1892, par un dcret du prsident de la Rpublique au sige piscopal de Saint-Flour. Il est prconis le 11 juillet et sacr le 29 septembre de la mme anne. Atteint depuis longtemps d'une cruelle maladie, il venait de donner sa dmission, quand il mourut, le 12 juillet 1906, la veille de la nomination de son successeur, Monseigneur Lecur.

Son blason est "De sinople la croix alaise et trfle d'or, charg d'or, charg d'un cur de gueules enflamm de mme (image du Sacr Cur), surmont d'une croix de sable, adextr au 1er canton d'une toile d'argent, charge du chiffre de la Vierge de sable (souvenir de son prdcesseur de mme nom)." (Jol Fouilheron, La cathdrale de Saint-Flour, avant-propos par Georges Pompidou, 1966).

Devises : per ipsum et cum ipso (Rom. XI, 36) et Auspice Maria en souvenir de la Vierge de Murat, o il naquit, vnre sous le nom de Notre-Dame-des-Oliviers.

Dans la liturgie catholique, le Canon de la messe se termine par la doxologie : Per ipsum et cum ipso et in ipso... qui semble inspire d'un passage de l'Eptre de saint Paul aux Romains : Quoniam ex ipso, et per ipsum, et in ipso sunt omnia : Ipsi gloria in saecula. Amen. (Rom. XI, 36.) Lemaistre de Sacy a rendu tous ces ipse par des anaphoriques : Tout est de lui, tout est par lui, tout est en lui ; lui soit gloire dans tous les sicles ! Amen. (Sacy.) (Gabriel Spillebout, 1968, Le vocabulaire biblique dans les tragdies sacres de Racine, 1968).

A gauche, Edouard Onslow (1830 - 1904), Mgr Lamouroux - archives.cantal.fr

Sa seconde devise Auspice Mariae est symbolise par un A M entrelac que l'on retrouve Rennes-le-Chteau sur le socle du pilier wisigothique qui supporte l'Immacule Conception :

On trouve ses armes dans l'glise de Saint-Jacques-des-Blats, dans le vitrail du baptme du Christ (don de Franois Marie Desprats), date du deuxime quart du XXme sicle (1925-1933) (www.culture.gouv.fr - Saint-Jacques-des-Blats).

Dans le cimetire, tout prs de la Croix de 1667, une tombe est bien trange : La famille Davines tait une riche famille de Saint-Jacques-des-Blats, affilie au Comte du Caldagus. Elle avait au XIXme sicle, t introduite dans les socits parisiennes. C'est certainement la raison pour laquelle, sur leur tombe saint-jacquoise, une croix est grave l'envers ainsi que le "N" de Davines... tout comme les signatures du peintre Signol Saint-Sulpice Paris (fr.geneawiki.com - Saint-Jacques-des-Blats).

La croix trfle se rclame d'une longue tradition puisqu'on la voit, parfois, sur le costume de moines-chevaliers. Au XVIIme sicle, elle retrouve une nouvelle vogue : Croix de Mozat (Lezoux), Varenne-sur-Morge, Chatel-Guyon (Puy-de-Dme). Aucun monument ne prsente l'originalit de la croix de la Chaumette St-Flour. Le trfle y est constitu par trois disques qui remplacent les bras de la croix. Une inspiration semblable se rencontre sur une monstrance de saint Franois au muse du Louvre (v. 1228), qui dessine un quadrilobe. C'est donc au XIIIe s. que peut tre rapporte la croix de la Chaumette. La prsence de 7 fleurs de lys en relief augmente encore l'intrt de ce monument qui rvle, une fois de plus, l'influence des Chevaliers : La Chaumette tait une dpendance de la commanderie des Hospitaliers de Montchamp. A Vixe et Cros de Ronesque se trouvent aussi des croix trfles (Jacques Baudoin, Les croix du Massif Central, 2000).

Montchamp est un sommet de la Rose kabbalistique.

Croix rouge

Les templiers portant croix rouge possdaient Saint-Flour une chapelle ddie Saint-Thomas ainsi qu'une maladrerie. La "croix de rsurrection" est aussi gnralement de gueules.

Un trfle fleur rouge, le trifolium alpestre, a ses racines vicaces; ses tiges droites, peu rameuses, hautes d'un 2 pieds; ses folioles ovales, allonges; ses fleurs rouges, disposes en tte globuleuse de plus d'un pouce de diamtre. Il crot naturellement dans les Basses-Alpes, dans les Pyrnes, et il est des pturages dans les montagnes du Cantal, dont il compose tout le gazon. J'ignore si on a fait des tentatives pour le soumettre la culture; mais ce que j'ai dit du trfle rouge lui est compltement applicable (Andr Thouin, Socit royale et centrale d'agriculture, Nouveau cours complet d'agriculture thorique et pratique, 1823).

Mat, plerin, gueux...

Dans les annes 1970, lorsque commena le balisage du chemin du Puy, lune des tches des responsables fut de convaincre les habitants que le mot plerin ntait pas synonyme de gueux dont il faut se mfier. Cette mfiance remontait aux XVIIe et XVIIIe sicle, au temps o la misre ambiante, les guerres, la peur de la conscription poussaient des jeunes hommes sexpatrier sous prtexte de plerinage. Partout rgnait la mfiance la vue dun plerin. Par exemple, ce jeune bourguignon de Ciry, Claude Boisselet, arrt Saint-Flour en 1755, sans papiers et porteur dune marque dinfamie prouvant quil avait dj t aux galres du Roy, condamn pour faux-saunage, qui cherchait maintenant gagner sa vie en vendant des ciseaux sur les routes de plerinage. Au demeurant, un bon garon, ce dont tmoigne le cur de sa paroisse. Mais la punition tait conforme aux dsirs du roi : les galres perptuit pour les plerins dmunis des autorisations ncessaires (G. Roux, Un plerin Bourguignon incarcr Saint-Flour , Revue de la Haute-Auvergne, janv. mars 1946, p.153-157) (www.saint-jacques.info - Saint Flour, Annales de Bourgogne, Volumes 25 26, 1953, Denise Pricard-Ma, Les routes de Compostelle, 2002).